Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1739 fois

Gaza -

Forcés de passer au vert à Gaza

Par

Al-Khozendar Electronics à Gaza City est devenu récemment un lieu de pèlerinage pour de nombreux Palestiniens. Les visiteurs viennent observer la dernière invention forcée : une voiture électrique
Les ingénieurs gazaouis, Wasim al-Khozendar et Fayez Annas, ont récemment mis au point une voiture qui fonctionne entièrement à l'électricité comme une solution à la pénurie de carburant causée par les près d'un an de blocus israélien qui a causé de graves diminutions des importations de carburant.

Forcés de passer au vert à Gaza


Photo Rami Almeghari : le moteur électrique de Wasim al-Khozendar et Fayez Annas

Un passant, comme Ziyad Barakat, un habitant de Gaza de 50 ans, s’émerveille de l’ingéniosité des ingénieurs : «C'est une grande invention et nous attendons avec intérêt de voir plus d'exemplaires d’une telle voiture pour que les gens puissent être soulagés du siège israélien. Que Dieu bénisse les gars qui ont fabriqué cette voiture."

Le moteur de la voiture, un modèle français qui roulait précédemment à l’essence, a été totalement remplacé par un moteur électrique qui fonctionne uniquement sur batterie. Al-Khozendar, qui a conçu le moteur avec son collègue Annan, dit qu’ils ont eu l’idée il y a presque un an, juste avant le début du siège paralysant imposé à Gaza.

"Mon collègue et moi avons décidé de commencer à travailler sur la transformation du moteur de la voiture en un moteur électrique, qui respecte l'environnement, à la différence des voitures ordinaires qui roulent au carburant," dit al-Khozendar.

"Le moteur électrique de notre voiture est un moteur à courant alternatif, contrairement au moteur à courant continu, qui est coûteux et non disponible sur le marché local. Lorsque nous avons commencé à faire rouler la voiture dans les rues de Gaza, nous avons été surpris par la réaction de la population", ajoute-t'il.

"Sur le marché local, nous avons des pièces électriques pour fabriquer de 20 à 30 voitures, et ce n'est certainement pas suffisant pour répondre à la forte demande, qui est de plus de 1000 depuis que nous avons commencé à faire rouler la voiture la semaine dernière."

La voiture totalement électrique est exposée en permanence devant le magasin d'al-Khozendar Electronics dans la ville de Gaza.

"Nous avons remplacé toutes les anciennes pièces par des pièces électriques, les nouvelles pièces sont composées de 33 batteries avec une capacité de 12 volts et 17 ampères, plus un chargeur qui alimente le moteur de 7 heures de courant," a expliqué Annan.

"Les sept heures de charge vous permettent de faire 180 kilomètres, et tout ce qu'il faut, c’est de recharger les batteries. A l’intérieur de la voiture, nous avons trois paramètres pour mesurer le voltage consommé, la vitesse et la batterie."

Toutefois, les ingénieurs disent que l’utilisation d’une voiture électrique à Gaza sera inabordable pour la plupart des gens dans le cadre du resserrement des conditions économiques. Si un propriétaire de voiture souhaite transformer son moteur, cela lui coûtera environ 2500dollars – inabordable pour la plupart des gens puisque 75% dépendent de l'aide alimentaire.

Selon le directeur de la Fédération des industries locales, Amr Hammad, le siège israélien actuel nuit gravement au secteur privé de l’industrie de Gaza.

"Si cette situation persiste, nous ne serons pas en mesure de faire travailler plus de 95% des sous-traitants industriels. Toutes les matières premières sont importées et doivent passer par les passages israéliens et si le blocus n’est pas levé, nous ne seront plus en mesure de les faire travailler."

Hammad affirme qu'ils ont lancé de nombreux appels depuis que le siège a été imposé en Juin 2007, mais "il semble que les Israéliens soient devenus sourds."
L'actuelle pénurie de diesel, d'essence et de gaz de cuisine a donné naissance à d'autres solutions, comme des voitures qui roulent à l'huile de cuisine.

Selon Annan, «Notre voiture électrique est un message au monde entier que les Palestiniens ont la volonté de briser le siège, tout siège de n'importe quel type!"

Source : http://www.imemc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Environnement

Même auteur

Rami Almeghari

Même date

1 juin 2008