Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3769 fois

Gaza -

Gaza : L'eau non potable d'une terre assiégée (vidéo)

Par

05.03.2020 - Selon les experts, les politiques et les guerres israéliennes sont responsables de l'aggravation de la crise de l'eau à Gaza, qui aura des effets néfastes sur la santé publique, en particulier sur le segment le plus vulnérable de la société : les enfants. Vidéo en arabe, sous-titre en anglais, traduction en français.

Gaza : L'eau non potable d'une terre assiégée (vidéo)

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous
Les gens n’ont pas assez d’argent, la situation est difficile.
Quelquefois, j’offre l’eau gratuitement.
La dernière fois que j’ai bu de l’eau du robinet, c’était il y a 20 ans.
Même l’eau fournie par la municipalité n’est pas adaptée à la consommation humaine.




Ahmed Hills (expert en eau et environnement) :
« 96% des habitants de Gaza dépendent des eaux souterraines pour leurs besoins quotidiens, y compris l'eau potable.
Plus de 35-40% des eaux usées de la bande de Gaza ne sont pas connectées à un système d'égouts en raison du blocus israélien et de la division politique palestinienne. La nappe phréatique de Gaza est donc exposée à la pollution. Seulement 2% des eaux souterraines de Gaza sont potables, ce qui ne couvre pas les besoins de la population. Les vallées de la bande de Gaza sont en général sèches. D'énormes barrages ont été construits en amont avec une capacité calculée. L'occupation israélienne a construit les barrages et construit des réservoirs à côté, remplissant les réservoirs avec l'eau bloquée.
».

Khalid al-Tibi, directeur du département de la santé environnementale de Gaza :
« Ce sont les enfants et les personnes âgées qui sont les plus touchés par l'eau polluée. Elle peut causer de graves problèmes de santé, en particulier des diarrhées, la typhoïde ou la paratyphoïde, qui est causée par les microbes de la salmonelle. Toutes ces maladies peuvent se développer chez les enfants lorsqu'ils boivent de l'eau polluée. »

Monther Shublaq, directeur de Coastal Municipality Water Utility (l'organisation responsable des services d'eau et d'assainissement dans la bande de Gaza) :
« Pour améliorer la situation dans la bande de Gaza, il faut trouver des solutions par étapes, telles que de petites usines de dessalement, la collecte des eaux de pluie, le traitement des eaux usées, le dessalement de l'eau de mer et des infrastructures comme les réservoirs et les pipelines. La pollution des eaux usées a des effets sur l'environnement, la santé et la société. Elle entraîne également une dégradation supplémentaire des eaux souterraines. Les défis les plus importants qui ont conduit à nos catastrophes hydriques ont été les trois guerres israéliennes dans la bande de Gaza. La guerre a continuellement détruit tous les réservoirs, les puits et les pipelines. Israël n'est soumis à aucun système fiable. Certains projets ont été retardés de quatre ou cinq ans. Il a été question d'apporter des équipements lourds pour les autorités responsables de l'eau, comme des foreuses, afin d'entretenir les canalisations, les puits et les réseaux. Ces équipements ont été achetés en 2015, cela fait donc cinq ans et ces équipements se trouvent toujours dans une unité de stockage en Cisjordanie . »

Ahmed al-Hor, vendeur d'eau :
« Le pourcentage de personnes qui n'ont pas les moyens d'acheter de l'eau se situe entre 80 et 90%. La situation est difficile. Parfois, je connais un client qui n'a pas d'eau potable, et je lui demande s'il veut l'acheter, mais il répond "non", parce qu'il n'a pas d'argent. »

Walid Badwan, habitant de Gaza :
« Allons-y, porte la bouteille.
Je remplis mes bidons avec de l'eau provenant de ce robinet de rue parce que je n'ai pas du tout les moyens d'acheter de l'eau. Je fais de longues distances à pied pour avoir de l'eau potable. C'est, bien sûr, une corvée pour moi et mes enfants. Habituellement, l'eau du robinet est coupée pendant la moitié de la journée. Et quand l'eau du robinet est disponible, elle n'est pas bonne à boire.
»

Mohamed Abo al-Kher, habitant de Gaza :
« L'eau du robinet provoque des maladies comme les calculs rénaux. Chaque mois, quand j'ai assez d'argent comme 5 shekels (1,5 $), j'achète de l'eau. Parfois, je dois emprunter de l'argent. ».

Les usines privées de dessalement éliminent le sel et les produits chimiques nocifs de l'eau polluée. L'eau est ensuite stérilisée et vendue aux citoyens pour qu'ils la boivent. Mais il s'agit d'une solution temporaire, et non stratégique, jusqu'à ce que l'occupation israélienne nous obtenions de l’occupation nos droits à l'eau.

Lorsque l'eau est tirée de puits ou prélevée dans des stations de dessalement, elle est exposée à différents types de bactéries, de virus et de parasites, en particulier pendant le processus de distribution.

L'eau [provenant des usines de dessalement privées] ne répond pas aux normes sanitaires requises pour la consommation humaine. Les carences en calcium provoquent l'ostéoporose et le manque de fluorure entraîne des caries dentaires.
___________

Produit et traduit de l’arabe à l’anglais par Rakan Abed el Rahman
Produit par New Scene.



Source : Middle East Eye

Traduction : de l'anglais : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Eau

Même auteur

Rakan Abed El Rahman

Même date

7 mars 2020