Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1443 fois

Hébron -

Huit militants internationaux et une famille palestinienne attaqués à Hébron

Par

> palsolidarity@yahoogroups.com

Hébron n’est pareille à aucune autre ville de Cisjordanie.
Les colons s’y sont illégalement installés, eux et leurs maisons, au coeur de la ville palestinienne.
Cela crée inévitablement tension et hostilité, très souvent au détriment de la communauté palestinienne.
Le 21 mai, huit internationaux et un groupe de 40 militants de la paix israéliens ont décidé d’aller voir une famille palestinienne pour discuter de sa situation.

Les Israéliens n’ont pas été autorisés à entrer dans la zone. Quand nous sommes arrivés, l’armée est venue et nous a ordonné de quitter la maison.
Nous avons refusé et sommes restés assis dans le living room..


L’un des soldats à décrété la maison “zone militaire fermée”. M. Abu Haikai, le chef de famille, leur a dit que c’était son bien privé, mais que s’ils en avaient envie ils pouvaient assister à notre réunion.

On nous a finalement donné l’autorisation de rester mais les trois journalistes d’Al-Jazeera qui filmaient la réunion ont été forcés de s’en aller.

A un certain moment de la réunion, des internationaux et moi sommes allés dehors avec les enfants.

Soudain les colons, qui sont les voisins de la famille Haikai, sont arrivés dans le jardin et nous ont lancé des pierres et des bouteilles.
Ils ont cassé deux des fenêtres de la maison.

Pour protéger ses enfants, à côté de la fenêtre brisée, M. Abu Haiki est sorti avec un bâton pour se défendre aussi contre la violence des colons.

Après dix longues minutes de peur et de cris, les soldats sont arrivés et nous ont demandé de rentrer dans la maison. Nous leur avons demandé pourquoi ils ne faisaient rien puisque c’était les colons les agresseurs.

Les soldats ont décidé d’arrêter M. Abu Haiki “pour calmer les colons”’. Ils l’ont relâché au bout d’une demie heure mais pour les colons, ils n’ont rien fait.

Quand nous sommes repartis, nous avons été attaqués pour la deuxième fois par un groupe de jeunes colons qui nous ont une fois de plus lancé des pierres.

Cette fois, deux soldats qui étaient dans la rue sont venus et ont repoussé les colons loin de nous.


J’ai été très effrayée par la violence de ces gens.

J'ai compris que nous avions eu de la chance que personne n’ait été blessé.
J’ai vécu pendant deux heures ce que cette famille et tous les Palestiniens qui vivent à Hébron subissent tous les jours.


La violence des colons, leur impunité, la position de l’armée qui n’hésite pas à prendre leur parti, rend la situation très douloureuse et très difficile à vivre pour les Palestiniens qui vivent à Hébron.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Attaques de colons

Même auteur

Sarah

Même date

25 mai 2005