Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1716 fois

Jénine -

Interview avec une Palestinienne

Par

- Que ressentiras-tu quand la Palestine sera libérée ?
- Je crois que ce sera un très beau sentiment !! Nous, le peuple palestinien, nous connaissons le mot "Liberté" mais seulement son sens, nous ne vivons pas en liberté. Nous jouirons de la vie quand nous serons libres, mais c’est loin dans le futur, je pense.

Salut.

Voici une interview réalisée avec la fille d'un ami très proche . C’est une jeune personne charmante qui travaille dans une station radio proche de notre appartement. Elle est particulièrement aimable et intelligente et s’intéresse beaucoup à la politique et au monde entier. Vous l’aimeriez.
Elle a souvent émaillé l’interview de ses questions sur mon pays, ce que je fais pour vivre etc… Alors, voilà :

- Sabah Iheer Noor
- Bonjour, Ben

- Dis ton nom à tous
- Noor

- Quel âge as-tu ?
- 20 ans

- D’où es-tu ?
- de Djénine`

- Tu fais quoi ?
- Je suis étudiante à Al-Quds à l’Université Ouverte

- Tu as déjà un job ?
- Je suis présentatrice à la radio

- Qu’est-ce que tu fais à la radio ?
- J’ai un programme de 10h30 à 12h, avec différents sujets, chansons, informations sur des auteurs, sur beaucoup de gens importants dans cette vie comme les chanteurs, les écrivains. Et bien d’autres choses, les belles choses qu’il y a dans ce monde, c’est cela mon programme.

- Tu aimes ton boulot dans ce studio ?
- Oui

- Pourquoi ?
- Parce que c’est un bon boulot, je peux parler aux auditeurs grâce au micro, c’est très beau. Et j’ai plein d’amis à la radio, et j’aime voir mes amis de l’ISM.

- Pourquoi fais-tu des études à l’université ?
- J’étudie pour enseigner aux petits enfants dans le futur, l’histoire, les math, les sciences.

- Pourquoi veux-tu être professeur ?
- En fait, il n’y a pas tellement de matières, dans notre universités. Et en fait je n’ai pas envie d’être enseignante ; Mais j’essaierai d’être un bon prof.

- Alors tu n’as pas beaucoup de choix dans tes études?
- Oui ! Et il y a plein d’autres gens comme moi ?

- Si tu avais un large choix, qu’est-ce que tu étudierais ?
- Dans le passé à l’Université arabe américaine, j’étudiais la gestion des hôpitaux, mais sans aimer cela. Petite, j’aurais aimé être avocate. Maintenant en grandissant, je n’aime pas non plus le métier d’avocat.

- Noor, qu’est-ce que tu penses de l’occupation de la Palestine ?
- Pas la peine de parler de ce que je ressens, parce que les soldats israéliens ne savent rien faire d’autre que de tuer les gens, et mentent toujours à ce sujet. Ils ne veulent pas que nous vivions. Ils ne voient même pas les belles choses de la vie.

- Pourquoi les israéliens sont-ils ici en Cisjordanie ?
- Vous n’avez qu’à leur demander !! Ils ont pensé que cette terre est pour les Israéliens, que c’est leur terre, mais c’est une idée fausse. Tout le monde dans cette vie sait que c’est la nôtre.

- Pourquoi croient-ils que c’est leur terre ?
- Parce qu’ils n’en ont pas à eux.

- Quel est l’effet de l’Occupation sur ta vie ?
- Cela a un tas d’effets, nous ne pouvons pas aller tout le temps à l’Université, ni travailler, ou nous rendre dans d’autres villes comme Naplouse ou Al-Quds (Jérusalem) ni même dans les villages près d’ici ! Tout ce qui fait la beauté des choses, les Israéliens le prennent. Alors ?!! Qu’est-ce que nous leur avons fait ?!! Leur avons-nous demandé de venir ?

- Que penses-tu du gouvernement israélien ?
- Ce n’est pas un gouvernement aussi fort que le gouvernement américain, simplement celui ci leur donne des tanks, des armes, et de l’argent pour les aider à nous tuer. Je ne sais pas pourquoi.

- Bon, y-a-t-il une différence entre le gouvernement israélien et le peuple israélien ?
- Pas beaucoup, je pense parce que les juifs n'étaient pas nombreux, ils étaient dispersés dans le monde, n’avaient pas de terre, ils pensaient qu’ils devaient partir. Alors dans le cas d’Israël, le gouvernement et le peuple c’est à peu près la même chose. Il y a quelques personnes qui sont bonnes en Israël, mais elles n’ont pas de pouvoir. Certains sont très bons, mais pas beaucoup. Je pense que certains sont très bien.

- Qu’est-ce que c’est qu’être une jeune femme en Palestine aujourd’hui ?
- C’est difficile pour une jeune femme dans la situation actuelle, mais nous essayons d’être des gens bien. En travaillant et en étudiant… et on vit avec cette situation. En faisant tout ce que nous pouvons faire pour notre pays.

- Et comment crois-tu que les gens en Amérique et en Europe voient les Palestiniens ?
- Je pense qu’ils se font une bonne idée de nous, comme toi et tes amis, parce que tu peux rentrez là-bas et leur parler de nous… Exact ?
- Oui, nous le faisons

- Comment vois-tu les américains, pas le gouvernement, les gens ?
- Regarde, Ben, de par le monde il y a un tas de gens, riches ou pauvres, n’importe. Je pense que ce sont des gens bien, s’ils se comportent bien avec les autres. Il y a partout dans le monde des gens bien et des salauds.

- Quand la Palestine sera-t-elle libre ?
- Quand les soldats israéliens partiront d' ici, nous serons un peuple libre, un pays libre. Quand les pays arabes nous aiderons, comme la Jordanie, et la Syrie. Et quand le gouvernement américain arrêtera de donner des armes à Israël.

- Que ressentiras-tu quand la Palestine sera libérée ?
- Je crois que ce sera un très beau sentiment !! Nous, le peuple palestinien, nous connaissons le mot « liberté », mais seulement son sens, nous ne vivons pas en liberté. Nous jouirons de la vie quand nous serons libres, mais c’est loin dans le futur, je pense.

- Tu te sens capables d’envoyer un message au peuple israélien ?
- Qu’est-ce que je pourrai dire ? Nous disons renverser votre gouvernement pour arrêter de nous tuer, et quittez notre terre.

- Et que penses-tu du retour aux frontières de 1967 ?
- Nous les méritons toutes, mais nous savons que nous n’avons pas d’armée forte. Que se passerait-il si quelqu’un s’emparait de la moitié de l’Amérique, vous feriez un marché heureux ?

- Un message pour Sharon ? (Rires mutuels)
- Sharon, prends ton peuple et va-t-en. Laisse-nous vivre notre vie en paix. Nous ne te croyons pas, nous ne croyons pas un mot de ce que tu dis, nous savons que nous hais et que tu veux notre mort. Nous te blesserons avec nos pierres. Nous ne quitterons pas notre terre.

- Alors, quels sont tes futurs projets, après l’université ?
- Etre enseignante et enseigner aux enfants ce que j’ai appris . Etre une bonne citoyenne, faire de mon mieux pour ce pays, y vivre librement.

- Tu te marieras ?
- Dans le futur, oui. Dans notre culture la fille se marie toujours.

- Tu as un dernier message pour tous ceux qui lirons ceci ?
- Je souhaite que mon message soit un bon message, et qu’il aille vers chacun dans le monde. Et que les gens qui le lirons le comprennent très bien. Et je remercie celui qui l’a transmis, Ben, du Nouveau Mexique.

Shukran (merci) Noor

Afwan (de rien) Ben

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : CS

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Interviews

Même auteur

Ben J.

Même date

2 décembre 2003