Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2729 fois

Gaza -

Israël : Arrêtez l'utilisation illégale de phosphore blanc dans la bande de Gaza

Par

Israël doit arrêter l'utilisation du phosphore blanc dans les opérations militaires dans les zones densément peuplées de la bande de Gaza, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Le 9 et 10 Janvier, 2009, des chercheurs de Human Rights Watch en Israel ont observé plusieurs explosions aériennes de phosphore blanc tiré par l’artillerie sur ce qui semblait être la ville de Gaza et la région de Jabaliya.

Pas de greffon vidéo disponible...

Israël semble utiliser du phosphore blanc comme "obscurant" (un produit chimique utilisé pour masquer les opérations militaires), une utilisation autorisée en principe par le droit international humanitaire (lois de la guerre).

Cependant, le phosphore blanc a un effet incendiaire qui peut brûler gravement les personnes et les structures, les champs, et autres biens civils à proximité de l'incendie. Le potentiel de dommages pour les civils est amplifié par la forte densité de population dans la bande de Gaza qui est l’une des plus élevées du monde.

"Le phosphore blanc peut incendier les maisons et causer d'horribles brûlures quand il est en contact avec la peau», a déclaré Marc Garlasco, un analyste militaire de Human Rights Watch. "Israël ne devrait pas l'utiliser dans les zones fortement peuplées de la bande de Gaza."

Human Rights Watch estime que l'utilisation du phosphore blanc dans les zones densément peuplées de la bande de Gaza viole les exigences du droit international qui demande de prendre toutes les précautions possibles pour éviter les blessures des civils et les décès.

Cette préoccupation est aggravée par les preuves techniques publiées par les photographies dans les médias, qui témoignent des explosions dans l’air de bombes au phosphore blanc. Les explosions aériennes de bombes au phosphore blanc disséminent 116 galettes incendiaires sur une superficie de 125 à 250 mètres de diamètre, en fonction de l'altitude de l'explosion, exposant ainsi plus de civils et infrastructures civiles aux dommages potentiels qu'une explosion terrestre localisée.

Depuis le début de l'offensive terrestre d'Israël à Gaza, le 3 Janvier 2009, il y a eu de nombreux rapports des médias sur une possible utilisation de phosphore blanc par les Forces de défense israéliennes (FDI).

L'armée israélienne a déclaré à Human Rights Watch aux journalistes qu’elle n’utilisait pas de phosphore blanc dans la bande de Gaza.
Le 7 Janvier, un porte-parole des FDI a déclaré à CNN, "je peux vous dire avec certitude que le phosphore blanc n'est absolument pas être utilisé."

Source : http://www.hrw.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Armement israélien

Même auteur

Human Rights Watch

Même date

11 janvier 2009