Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1635 fois

Palestine occupée -

Israël enterre des Palestiniens dans le « cimetière des nombres » au mépris d'un appel en cours

Par

13.09.2017 - L’Etat israélien a annoncé mercredi que les corps de quatre Palestiniens ont déjà été enterrés dans le « cimetière des nombres », malgré un appel en cours interjeté devant la Cour suprême israélienne par les familles des Palestiniens assassinés pour exiger de récupérer les corps et de leur offrir de véritables funérailles.

Israël enterre des Palestiniens dans le « cimetière des nombres » au mépris d'un appel en cours

« Le gouvernement israélien a pris la décision politique d’enterrer quatre corps de Palestiniens tués sans attendre la décision de la Cour Suprême. La décision attendue de la Cour Suprême concernera pourtant ces quatre corps, que le gouvernement israélien a transporté de la morgue au cimetière des nombres » a dit Mohammad Mahmoud, avocat u Comité palestinien des affaires des prisonniers.

Il a précisé à Ma’an après l’audience de la Cour Suprême de mercredi que le tribunal a ordonné le report de la prise de décision sur l’appel à rendre les corps de neuf Palestiniens qui ont été tués parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir mené une attaque, ou en avoir réellement mené une.

L’appel concerne les restes de
- Abd al-Hamid Abu Srour
- Muhammad Tarayra
- Muhammad al-Faqih
- Rami Awartani
- Misbah Abu Sbeih
- Fadi al-Qunbar
- Adel Ankoush
- Baraa Ibrahim Saleh Taha
et
Osama Ahmad Dahdouh
qu’Israël détient depuis des périodes allant de 3 à 17 mois.

Le procureur israélien a annoncé pendant l’audience, à laquelle Ma’an a assisté, que Abd al-Hamid Abu Srour, Muhammad Tarayra, Muhammad al-Faqih, et Rami Awartani ont déjà été enterrés dans le cimetière – constitué de parcelles avec des tombes marquées ou non de Palestiniens tués par les forces israéliennes au cours des 60 dernières années.

Un avocat du centre juridique de Jérusalem d’aide et de défense des droits de l’homme, Muhammad Abu Sneina, a également affirmé à Ma’an que l’annonce n’affecterait pas le processus d’appel et que le centre et le comité des prisonniers continueraient à exiger la remise des corps des Palestiniens tués à leurs familles.

L’appel a été interjeté après que Gilad Erdan, ministre de la Sécurité publique d’Israël, a demandé que les corps soient enterrés dans le cimetière des nombres pour pouvoir les utiliser comme monnaie d’échange avec le Hamas pour obtenir le retour de soldats israéliens dont on pense qu’ils sont détenus dans la Bande de Gaza.

Des dizaines de Palestiniens ont manifesté mardi dans le district de Bethléem, au sud de la Cisjordanie occupée, pour exiger le retour des restes de leurs bien-aimés.

Photo
Azhar Abu Srour (centre), dont le fils assassiné Abd al-Hamid Abu Srour est détenu par Israël depuis presque un an et demi, a exhorté le public a organisé davantage d’actions pour exiger le retour des corps palestiniens à leurs familles.


Issa Qaraqe, chef du comité palestinien des Affaires des prisonniers, a qualifié la politique israélienne de rétention des corps palestiniens de « crime organisé » perpétré par Israël au niveau officiel. Il a dit que c’était une politique « vengeresse », une forme de « punition collective et une « violation affreuse de toutes les lois internationales et humaines. »

Des dirigeants palestiniens ont aussi exprimé leur peu d’espoir en la Cour suprême israélienne pour leur rendre justice dans cette affaire. Qaraqe a dénoncé le système comme « injuste, biaisé et n’étant rien d’autre qu’un outil au service des autorités racistes et extrémistes de l’occupation. »

Le comité a dit qu’Israël détient 249 corps palestiniens tués, qui ont été enterrés dans les cimetières des nombres au cours des ans.

En pus d’espérer que les corps pourront être utilisés comme monnaie d’échange, les autorités israéliennes ont également affirmé que la politique de rétention de cadavres a pour but d’éviter « les incitations » pendant les funérailles des Palestiniens par les forces israéliennes dans le territoire occupé. Lorsque les corps sont rendus, Israël impose des conditions de funérailles très strictes.

Le groupe palestinien Addameer de défense des droits des prisonniers et le groupe israélien de défense des minorités Adalah ont condamné cette pratique israélienne de rétention de corps comme « une violation grave du droit humanitaire international ainsi que des droits internationaux de l’homme, ainsi qu’une violation du droit à la dignité, à la liberté religieuse et au droit à une pratique culturelle. »




Source : Maan News

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Maan News