Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3963 fois

Ramallah -

Je veux garder ma femme !

Par

> Abdullah@palnet.com

Israel a décrété que mon épouse et moi ne pouvions plus vivre ensemble. Je suis Palestinien et elle est Suisse et nous sommes mariés depuis 28 ans. Elle a deux semaines pour quitter les Territoires Palestiniens Occupés.
Le Ministère de l'Intérieur israélien a inscrit sur son passeport suisse : "DERNIER VISA".
Nous habitons ensemble à Ramallah depuis 12 ans.

Je veux garder ma femme !


Photo ci-contre :
Anita, l'épouse de Ghassan qu'Israël expulse parce qu'elle est Suisse, ou plutôt parce qu'elle a osé tomber amoureuse d'un Palestinien et venir vivre en Palestine.




Nous sommes venus en 1994, après les Accords d'Oslo, quand les perspectives de "paix" et de développement nous ont encouragé à nous installer en Cisjordanie .

Mon épouse Anita parle Arabe, elle aime le paysage, elle prépare des plats Arabes, et elle s'occupe bien mieux que moi de la maison de mon grand-père située dans le village, un vieux bâtiment de pierre ainsi que des plantes du jardin.

Elle vote aux élections palestiniennes en tant que conjointe d'un Palestinien.
Elle est active dans l'association locale de la santé publique. Elle a ainsi beaucoup d'amis ici et se considère comme chez elle.

Elle a toujours son élément et ses contacts européens, mais elle ne veut pas être séparée de cet environnement ou de moi, et je ne veux certainement pas être séparé d'elle.

Nos enfants sont grands et ils travaillent à l'étranger. Mais ils ne sont pas sûrs eux aussi d'être autorisés à venir nous voir ici.

Il y a quelques mois, alors qu'elle venait nous rendre visite à Ramallah, notre fille, qui a un passeport suisse, a été retardée pendant six heures à l'aéroport de Tel Aviv et a eu droit à un interrogatoire serré lorsqu'elle a atterri. Elle a eu de la chance.

D'autres sont expulsés vers l'endroit d'où ils ont décollé, souvent en passant une nuit ou plus dans le fameux "centre" de détention de l'aéroport.

Au cours des 12 dernières années, Anita est parvenue à rester ici en renouvelant diligemment son visa ou en partant et en revenant tous les trois ou six mois pour se conformer à la "loi" israélienne qui est appliquée dans les Territoires Palestiniens Occupés.

Elle se bat maintenant pour rester ici à mes côtés en allant voir un avocat et les tribunaux israéliens, en espérant une injonction pour pouvoir rester jusqu'à ce qu'un verdict soit rendu.

Elle est également en contact avec son ambassade, et elle s'est jointe à d'autres personnes dans la même situation fâcheuse pour s'adresser à l'Union Européenne et au consulat Américain, et pour parler aux organisations des droits de l'homme, israéliennes et palestiniennes, et aux médias.

Nous ne savons pas quoi faire. Mais nous devons le faire rapidement.

Qu'allons-nous faire de notre vie ensemble, de nos papiers et de nos comptes, des centaines de petites choses que nous partagions ?

Qu'allons-nous faire du nouvel appartement que nous avons fait "l'erreur" d'acheter au mauvais moment ? Elle était très excitée de choisir les tuiles et la façon d'aménager la cuisine.

Nous ne pouvons pas croire, ou accepter, que nous allons être séparés. Cependant, nous le croyons quand nous voyons d'autres couples ou familles "mixtes" qui ont été ou qui vont être séparés autour de nous.


Depuis le printemps dernier, les Autorités de l'Occupation Israélienne ont augmenté la pression sur les détenteurs de passeports étrangers en leur refusant l'entrée dans les secteurs palestiniens.

Ceux qui sont affectés incluent des Palestiniens ayant des passeports étrangers ou des épouses étrangères, des maris, des enfants, des parents et d'autres membres de la famille.

Cela inclut également les ressortissants étrangers, qui viennent pour enseigner dans les universités, pour travailler ou comme volontaire dans des organisations non-gouvernementales locales ou étrangères, des experts avec divers projets souvent financés par les pays européens, des sympathisants ou des activistes des droits de l'homme.


Bitakhon est le mot magique en Israël.
Au nom du Bitakhon, ou de la sécurité, les autorités israéliennes peuvent prendre des mesures illégales, inhumaines, immorales ou agressives contre la population palestinienne sous occupation militaire.

Elles peuvent jeter le mot Bitakhon au visage de n'importe quel diplomate européen ou étranger qui remet en cause l'une de leurs mesures, même lorsque ces mesures vont à l'encontre des droits de l'homme, de la loi internationale et humanitaire, ou de la Quatrième Convention de Genève qui régit la conduite des puissances occupantes à l'égard des populations occupées.

Pour les Palestiniens, il semble parfois qu'un fonctionnaire de troisième grade dans n'importe quel ministère israélien peut effrayer l'ensemble de l'Union Européenne et ses responsables en invoquant la "sécurité" des Israéliens, ou en laissant entendre ce que l'Europe a fait aux juifs.

Mon épouse n'est pas la seule à avoir reçu un ultimatum la semaine dernière. Des dizaines d'autres épouses, maris et enfants qui vivaient en Cisjordanie depuis des années en renouvelant tous les trois mois leurs visas de "touristes" délivrés par les Israéliens afin de pouvoir rester, ont obtenu de courtes prolongations, aucune n'excédant la fin de cette année.

Les enfants devront quitter leurs écoles et seront séparés de leurs parents, ou de l'un d'entre eux.

Des mères, des pères, des soeurs, des frères et des grand-pères de familles étendues locales seront déchirés. Des centaines d'autres attendent également leur destin dans les prochains jours et semaines.

Des milliers de personnes n'ont pas eu le droit cet été de rendre visite à leurs familles, leurs maisons et leurs racines.

L'été est souvent la saison des mariages pour les Palestiniens séparés par différents passeports ou identifications et les festivités remplissaient habituellement les nuits d'été de musique et de danse. Pas cet été 2006.


L'occupation israélienne ne s'arrête pas à la confiscation de la terre. Je me sens occupé dans ma poche de chemise.

Ma carte d'identité "palestinienne" est délivrée par les autorités israéliennes. Elles contrôlent le registre de population civile palestinienne.

Chaque naissance, chaque mort, chaque mariage, chaque déplacement en provenance ou vers l'étranger est contrôlé par Israël même à Gaza, malgré le désengagement.

Naturellement, ils contrôlent l'eau, les routes et les déplacements de la population en Cisjordanie par des centaines de barrières et de checkpoints.


Ils déracinent tous les arbres qu'ils estiment être sur leur route, ceux qui sont sur la route du Mur d'Apartheid qui trace son chemin dans la chair de notre terre, ou sur la route de leurs colons qui décident de se saisir d'un autre bout de terre ou d'une colline qui leur plait.

Pourquoi les Israéliens s'attaquent-ils aux mariages mixtes des Palestiniens ?

Maintenant en Palestine, avant de tomber amoureux, les gens se renseignent des identités des autres et d'où elles ont été émises. Ils ne veulent pas construire une vie qui risque d'être déchirée dès le début.



Ghassan Abdullah
Conseiller en informatique
Ramallah, Cisjordanie , ‘Palestine’
Email: Abdullah@palnet.com



Voir les communiqués de presse de la Campagne "Right to Entry"


COMMENT AGIR ?

1 - Nous vous demandons de bien vouloir relayer cette information auprès de vos médias locaux et nationaux, vos élus régionaux, nationaux et européens pour qu'ils agissent d'ugence contre le NETTOYAGE ETHNIQUE qui se déroule sous nos yeux en Palestine.


Vous trouverez une liste d'adresses électroniques des médias sur le site internet de Vigie Média Palestine : cliquez ici

Envoyez également des lettres au courrier des lecteurs de vos médias.



2 - Ecrivez à vos élus, à vos représentants auprès du gouvernement, au Président de la République, au bureau de l'Union-Européenne à Jérusalem pour demander :


Que faites-vous pour vos concitoyens expulsés des Territoires Palestiniens Occupés ?


Demandez leur également d'agir pour :

a) la suspension de l'accord d'Association Union Européenne-Israël

b) la mise en application de l'article 1 de la Convention de Genève

c) la cessation de toute collaboration avec le gouvernement israélien, en particulier dans les domaines scientifique, économique, technologique et militaire.

d) la mise en application de la décision de la Cour Internationale de Justice concernant le Mur illégal d'Apartheid.

connaitre l'élu de votre région

connaitre votre représentant au sénat


Bureau de l'Union Européenne à Jérusalem
Email mailto@delwbg.cec.eu.int
Fax : 00.972.2.532 6249



3 - Ecrivez au Président de la République et au Ministère des Affaires Etrangères pour que notre gouvernement fasse pression sur le gouvernement israélien..

Par mail : http://www.elysee.fr/ecrire/mail.htm

ou par voie postale (votre courrier est alors dispensé d'affranchissement), à l'adresse suivante :
Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Ministère des Affaires Etrangères :
http://www.france.diplomatie.fr/courrier/default.asp?code=actu


Bureau du Coordinateur Spécial des Nations Unies,
Gaza
Email : unsco@palnet.com
Fax: 00.972.8.282.0966



4 - Protestez auprès de l'Ambassade d'Israël :

En France :

• Ambassade d'Israël en France :
3, rue Rabelais
75008 Paris
Téléphone: 01.40.76.55.00
Fax: 01.40.76.55.55
Email: information@paris.mfa.gov.il

ou en cliquant sur ce lien


• Office du Tourisme Israélien en France
Email : infos@otisrael.com


En Suisse :

Ambassade d'Israël en Suisse :
Alpenstrasse 32
3006 Berne
Suisse

Téléphone:
Ambassade: 031 356 35 88
Service d'information: 031 356 35 09
Consulat: 031 356 35 87

Fax:
Ambassade : 031 356 35 56
Consulat : 031 356 35 55

Email: info@bern.mfa.gov.il

Pour les autres ambassades, voir l'adresse suivante :
http://www.embassyworld.com/embassy/israel1.html
ou
http://www.embassyworld.com/embassy/israel2.html


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Refus d entrer

Même date

6 décembre 2006