Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1978 fois

Qalqilia -

Journée de l'Enfance : l'armée israélienne vandalise Kufr Qaddum, kidnappe 20 Palestiniens

Par

Témoignage de Lydia, militante d'ISM (son nom a été changé).

Le 5 avril marque la fête des Enfants en Palestine. Cette année, l'armée israélienne a décidé de contribuer à cette journée particulière des enfants de Kufr Qaddoum en envahissant le village et en kidnappant 20 de leurs pères et frères, qui ont été embarqués à leur domicile dans une série de raids excessivement agressifs et destructeurs. Vers 2h du matin, 200 soldats ont pris d'assaut le centre du village et se sont séparés en groupe de 30. Efficacité fut la clef du plan de l'armée pour causer autant de destruction et d'intimidation que possible avant le lever du soleil. Les soldats ne sont pas venus seuls, toutes les équipes étaient accompagnées de chiens, et des officiers du renseignement se sont pointés plus tard dans la matinée pour aider aux interrogatoires.

Journée de l'Enfance : l'armée israélienne vandalise Kufr Qaddum, kidnappe 20 Palestiniens

L'armée israélienne a accru ses tactiques d'intimidation sur les membres du village, et l'objectif principal des soldats est de faire cesser les manifestations du vendredi que les villageois organisent et qui gagnent en force et popularité.

Depuis juin 2011, Kufr Qaddoum a fait l'objet de nombreux raids nocturnes, mais jamais de cette ampleur. Murad Ishtawi, l'un des organisateurs des manifestations hebdomadaires, a dit, "Je n'ai rien vu de tel dans le village auparavant. Je ne les ai jamais vus l'attaquer de cette manière."

Bashar Ishtawi, frère de Riad, un des arrêtés, a comparé les raids à "un jeu vidéo. Très agressif et dans le style américain."

Sur les 20 arrestations effectuées, 5 des maisons où ont surgi les soldats ont été complètement retournées et vandalisées. Chez Bashar Istewi, père de trois enfants de moins de 11 ans, les soldats lui ont demandé "de leur donner les hommes." Ishtawi a essayé de leur expliquer qu'il n'y avait que ses enfants et son épouse, mais cette réponse n'a pas suffi. Les soldats ont bloqué la famille dans une pièce et ont commencé à détruire la maison. Leur fille Zainab, qui a 6 ans, s'est mise à vomir de stress et n'a pas prononcé un mot depuis.

C'est chez Iman Ishtawi, père de deux enfants de moins de 3 ans, qu'a eu lieu l'histoire la plus révoltante. Ishtawi a dit aux soldats qu'il n'avait pas de fils à arrêter, ce à quoi les soldats ont répondu, "nous le savons, nous ne sommes là que pour détruire ta maison, rien d'autre." Ishtawi, sa femme et leurs enfants ont été jetés dehors, attendant et entendant la destruction de leur maison. Vingt minutes après le début du saccage, les enfants ont commencé à se sentir mal et à tousser. Iman a tenté de raisonner les soldats, de montrer au commandant que ses bébés avaient besoin d'être au chaud. Les soldats ont répliqué, "c'est le boulot d'un médecin, pas celui d'un soldat." La famille a fini par être autorisée à rentrer mais a été enfermée dans la petite cuisine jusqu'à ce que les soldats aient terminé leur vandalisme.

Le cauchemar a continué jusqu'à 5h du matin. Les maisons ont été mises sens dessus dessous, dans l'une d'entre elles les soldats ont même enlevé les fenêtres de toutes les pièces.

L'armée israélienne peut toujours essayer de se convaincre que cette opération visait à trouver des armes et des jeunes gens défendant leur terre illégalement, mais en réalité ce ne fut rien d'autre qu'un nouvelle manœuvre d'intimidation pour mettre fin à la résistance populaire pacifique menée en toute légalité chaque vendredi, une entreprise de terreur qui s'inscrit dans le programme de nettoyage ethnique de la Palestine.

On ne connait toujours pas le sort des 20 personnes ci-dessous, toujours en centres d'interrogation.

Rihad Mohammad Ishtawi – 38 ans
Thaer Baseem Ishtawi – 38 ans
Ibrahim Mohammad Amer – 38 ans
Hekmat Mahmoud Ishtawi – 35 ans
Harib Mashur Jumaq – 18 ans
Alkamia Mahmoud Jumaq – 18 ans
Mohammad Majid Jumaq – 17 ans
Mujahed Hassan Habas – 24 ans
Ahmad Abdelkadar Abdullah 17 ans
Salam Teyseer Bayram – 20 ans
Yousef Mustafa Ishtawi – 17 ans
Kais Chaher Jamaq – 16 ans
Roslan Abdulkhalid Ishtawi -25 ans
Awis Abdulrizik Amer – 24 ans
Mujahed Sabeh Darwish – 22 ans
Sabir Atta – 22 ans
Tarik Mahmoud Taha – 18 ans
Mahmoud Manjur Ishtawi – 18 ans
Nisfat Mahmoud Ishtawi – 26 ans
Wassim Abdulkhalid Ishtawi – 25 ans

Photos prises après le passage des hordes militaires de l'occupation dans une des maisons ici.


Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

10 avril 2012