Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2741 fois

USA -

L'Université de St Thomas refuse de recevoir l'archevêque Tutu à cause de ses critiques d'Israël

Par

Les rumeurs ont circulé pendant quelques temps : l'Université de St Thomas, Minnesota, refuserait de recevoir l'Archevêque Desmond Tutu à cause de ses déclarations, que certains considèrent comme antisémites.

L'Université de St Thomas refuse de recevoir l'archevêque Tutu à cause de ses critiques d'Israël

Maintenant c'est officiel : être Prix Nobel de la Paix ne vous protège pas des accusations d'antisémitisme si vous critiquez les violations israéliennes des Droits de l'Homme. Pas plus qu'être l'une des voix les plus convaincantes pour la justice sociale dans le monde aujourd'hui, ou de recevoir le grade de docteur honoris causa ou de faire l'allocution de remise des diplômes à Brandeis. (1)

Le City Pages de Saint-Paul, à Minneapolis, vient de rapporter que les membres du programme d'études Justice et Paix de St Thomas ont été ravis que l'archevêque Tutu accepte de faire un discours à l'Université – mais les administrateurs ont lancé, auprès des Juifs de Minneapolis, une enquête scientifique qui a consisté à questionner exactement un porte parole du Conseil des Relations de la communauté juive du Minnesota et quelques rabbins qui enseignent dans le programme de l'université. Le sondage a conclu que Tutu était méchant avec les Juifs et devait donc être interdit de campus.

"(…) dans une démarche qui fait hocher la tête des membres de la faculté d'incrédulité, les administrateurs de St Thomas – inquiets que l'apparition de Tutu n'offense les Juifs locaux – ont dit aux organisateurs qu'une visite de l'archevêque était hors de question."

"On nous a dit qu'il aurait dit des choses que certaines personnes ont jugé antisémites et contre la politique israélienne", a déclaré Doug Hennes, vice-président et responsable des relations avec le gouvernement de l'Université de St Thomas.

"Nous ne disons pas qu'il est antisémite. Mais il a comparé l'Etat d'Israël à Hitler, et nous pensons que faire de telles comparaisons blesse certains membres de la communauté juive."

Les officiels de St Thomas ont conclu ainsi après qu'Hennes ait parlé à Julie Swiler, porte parole du Conseil des relations de la communauté juive du Minnesota et du Dakota.

"Je lui ai dit que j'avais lu des déclarations qui me posaient problème", dit Swiler. "Lors d'un discours à Boston en 2002, il a fait quelques commentaires qui étaient particulièrement blessants. Je pense qu'il y a consensus dans la communauté juive pour estimer que ces paroles étaient choquantes."

Pour dire les choses clairement, Swiler et les autres rabbins ont le droit de dire ce qu'ils pensent, bien que présenter ces opinions, comme le fait Swiler, comme un consensus juif, est ridicule.

En fin de compte, des groupes comme le Conseil des relations de la communauté juive du Minnesota (Jewish Community Relations Council – JCRC), le groupuscule de droite Organisation Sioniste d'Amérique (Zionist Organization of America) et la de plus en plus embarrassante Ligue Anti-Diffamation (Anti-Defamation League), qui ont toutes attaqué Tutu pour sa critique des politiques israéliennes, auront à faire face aux conséquences de leurs calomnies vis-à-vis de Tutu – héros pour des millions de gens et leader d'un mouvement connu pour l'implication massivement disproportionnée de nombreux juifs sud-africains.

Mais c'est l'attitude lâche des administrateurs de St Thomas qui restera certainement comme une honte pour les années à venir.

Alors qu'on peut comprendre, étant donné le passé d'antisémitisme virulent de l'Eglise, que l'institution catholique soit ultra-sensible sur la question des relations avec les Juifs, il n'est pas clair qu'il y ait eu, en l'occurrence, de réelles pressions qui expliqueraient qu'ils aient cédé. Des groupes ont-ils menacé de former un piquet de grève ? Qui sait ce qu'ont pensé les administrateurs ?

De toutes façons, le contre coup a déjà commencé. Mary Davidov, professeur associée du programme Justice et Paix a dit :
"En tant que Juive qui a souffert d'un réel antisémitisme lorsque j'étais enfant, je suis profondément perturbée qu'un homme comme Tutu soit traité d'antisémite et qu'on l'ait fait taire comme ça. J'en veux vraiment au lobby israélien qui essaie de bâillonner toute critique de sa politique. Cela dessert énormément Israël et tous les Juifs."

Et pire, lorsque Cris Toffolo, président du programme d'études Justice et Paix a dit à Tutu ce qui se passait et l'a mis en garde contre une possible campagne de calomnies, elle a été immédiatement rétrogradée.

Davidov encore :
"Ce ne sont que des conneries. Dans le combat pour les droits civiques, je considère que Tutu est mon frère. Et je considère que Cris Toffolo est ma sœur. Et ils foutent la merde dans ma famille. Si Columbia autorise quelqu'un qui nie l'holocauste (le président iranien Mahmoud Ahmadinejad) à parler dans son université, pourquoi les officiels de St Thomas refusent-ils à Tutu, un apôtre de la non violence, de le faire dans la leur ?"

"Ce qui se passe à l'Université de St Thomas n'est pas un événement isolé", dit Toffolo. "Tant que nous n'aurons pas un débat honnête sur la politique des USA vis-à-vis d'Israël, et sur la politique israélienne dans les Territoires Occupés, la spirale de la violence continuera."

Pourquoi Tutu ? Pourquoi maintenant ? Ses déclarations sont-elles antisémites ?

L'évêque Tutu est proche de Sabeel, une association de libération théologique chrétienne basée à Jérusalem fondée par le Révérend Naim Ateek, pasteur palestinien anglican.

Sabeel est "un mouvement international pour la paix créé par des chrétiens palestiniens en Terre Sainte, qui milite pour une paix juste basée sur deux Etats – Palestine et Israël – comme défini par la loi internationale et les résolutions des Nations Unies". Le groupe, et son fondateur Naim Ateek en particulier, ont subi des attaques considérables de la part d'importantes organisations juives qui voient son influence sur les associations chrétiennes intérieures comme une menace.

Sabeel travaille avec des partenaires chrétiens locaux à l'organisation de conférences dans les villes principales partout aux Etats-Unis. A la consternation de beaucoup, l'évêque Tutu sera l'orateur vedette de la conférence organisée par Sabeel à Boston à la fin octobre. Le titre de la conférence ? "Le paradigme de l'apartheid en PalestineIsraël : des questions de justice et d'égalité."

Des membres de mon association, Voix Juive pour la Paix (Jewish Voice for Peace - JVP), sont intervenus lors de plusieurs conférences de Sabeel, et notre groupe de Boston sponsorise une marche pacifique à la conférence de Boston.

Comme me l'a dit un collègue de JVP qui a participé à plusieurs conférences de Sabeel, elle croit que Naim Atteek est au plus coupable d'avoir par moments ignoré les sensibilités juives dans l'utilisation d'un certain langage théologique chrétien (en fait, elle l'a interpellé publiquement sur cette question), mais qu'il a plaidé en fin de compte pour une résolution non violente qui reconnaisse l'humanité et les droits à la fois des Juifs et des Palestiniens. De ça, elle ne doute en aucune façon. (Il y a aussi, pour sûr, beaucoup de sensibilités palestiniennes autour du langage, mais la plupart des leaders des différentes croyances religieuses s'en fichent).

On peut peut-être dire la même chose pour l'évêque Tutu, dont le discours chez Sabeel en 2002 semble être la première raison de l'annulation de sa participation. Il est impossible de communiquer l'esprit de son discours en n'en citant que des bouts et des morceaux, alors lisez-le. Lisez-le en entier, en particulier la partie citée par Doug Hennes, de St Thomas, où il dit que Tutu compare Israël à Hitler.

Son discours est remarquable par son philosémitisme et sa condamnation passionnée de l'occupation par Israël de la terre et du peuple palestiniens. Pour quiconque est allé dans les Territoires Occupés, ou y a vécu, ses paroles de condamnation sont indiscutables. Son langage est stimulant parce qu'il est imprégné de la déception d'un chrétien élevé dans le respect des Juifs, et de la douleur d'un leader antiapartheid qui fut soutenu par un appui juif passionné. Il a du mal à trouver une logique aux checkpoints, aux démolitions de maisons, aux confiscations de terre, de la part d'un Etat qui dit représenter ces mêmes personnes.

Il est clair qu'il lui arrive d'utiliser certains mots sans réaliser combien ils peuvent nous blesser ou nous offenser, nous Juifs. Est-ce que cela fait de lui un antisémite ? Bien sûr que non ! Doit-il être banni parce qu'il utilise un terme comme "lobby juif", qui met un certain nombre d'entre nous très mal à l'aise ? Vous plaisantez !

Tutu ne vacille jamais lorsqu'il exprime son amour et son espoir de paix et de sécurité pour les deux peuples. "Une paix basée sur la justice", dit-il, "est possible. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour vous aider à atteindre cette paix, parce que c'est le rêve de Dieu, et vous serez capables de vivre ensemble amicalement, comme des frères et sœurs."

(1) L'Université de Brandeis est une université privée américaine financée par la communauté juive aux États-Unis.

Lire l'article initial sur MuzzleWatch.

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Sionisme

Même date

6 octobre 2007