Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2239 fois

Libye -

La Grèce détient le "convoi Espoir" sur la demande de l’entité sioniste pour tenter d’empêcher le départ d’un nouveau navire humanitaire (vidéo)

Par

Des sources du convoi Européen "Road to Hope" ont déclaré que les autorités grecques détiennent actuellement plusieurs membres du convoi, dont l’activiste humanitaire, Ken O’Keefe, un Américain qui a renoncé à sa citoyenneté et est devenu un citoyen irlandais, en contestation aux massacres sionistes contre Gaza et le silence de son pays envers ces crimes affreux.

La source estime que les autorités sionistes ont mis la pression sur la Grèce pour les détenir comme des otages, et les empêcher de voyager de nouveau vers la Bande de Gaza à travers le port d'El Arish, en Egypte, en transportant des aides humanitaires aux habitants de la Bande assiégés depuis 4 ans consécutifs.

L’activiste Anna O'Leary a rapporté qu’une militante qui a été enlevée par la Grèce a dit dans une lettre qu’elle a réussi à envoyer au site d’un réseau social à travers le "Facebook", où elle a raconté l'histoire de leur enlèvement par le capitaine grec, en disant : « Le commandant de bord a arrêté dix d'entre eux sous la menace d'arme au poing en les incarcérant dans une petite cabine, et en les empêchant de dormir ou de prendre une douche, ni même d'utiliser leurs téléphones et l'Internet durant plus de 48 heures.

« Tout ce que nous voulons des autorités grecques est de nous permettre de continuer notre voyage vers la Libye, où l'on peut rejoindre le reste du convoi "Espoir", et transporter une aide humanitaire aux habitants de Gaza », a-t-elle ajouté.

L’Agence "Qods Press" a rapporté selon d'autres activistes humanitaires que le commandant de bord avait agi d’une façon folle avant de les transporter du port de Tobrouk, et prendre son voyage, tout en soulignant que cela a conduit à des dégâts, et que ce capitaine n'avait chargé qu’un seul véhicule de leur convoi.

Les activistes ont indiqué que le capitaine du navire a prétendu devant les autorités navales, à Malte et en Grèce, qu’il avait peur qu’on l’oblige de naviguer vers Gaza par la force, et qu'il craignait pour son navire d’une attaque sioniste, comme ce qui s'est passé à bord du navire Mavi Marmara, pour cela il a décidé de retourner vers la Grèce, malgré que le différend avec les activistes était la demande de plus d'argent pour les transporter vers El-Arish.

Les militants humanitaires ont diffusé un film vidéo dans leurs sites d’internet à travers le monde que leurs collègues ont réussi de filmer, et qui montre l’évènement de ce kidnapping par la force, malgré les cris et hurlement des activistes et membres du convoi enlevés ainsi que les douaniers et agents Libyens qui étaient à bord pour organiser le transport de ces aides humanitaires.

Article du Centre Palestinien d'Information, 13.11.2010

Article paru sur Irritate the state, le 12.11.2010

Le Strofades IV a accosté en Grèce aujourd’hui vendredi 12 novembre et les militants humanitaires sont maintenant accusés par le capitaine du ferry d’être des « terroristes » qui ont détourné le bateau. Vendredi soir, les militants étaient toujours détenus à bord, sans charge.

Ci-dessous leur message le plus récent :

« Nous avons été kidnappés dans le port libyen de Derna par le capitaine et l’équipage du Strofades IV. Le capitaine et l’équipage ont maintenant quitté le bateau et les autorités grecques nous détiennent en otage à bord du ferry.
10 d’entre nous sont détenus à la pointe des fusils d’une unité de police spéciale grecque, dans une petite pièce de 2,5m x 2,5. Ils nous ont dit que si nous bougions, ils nous tiraient dessus. Nous avons demandé à dormir, à nous laver, à téléphoner, à utiliser internet, et à avoir une aide consulaire – tout nous a été refusé. Au cours des dernières 48h, nous avons eu un verre de coca et un sandwich. Pas d’autre accès à l’eau qu’à celle des toilettes. Nous devons demander la permission pour faire quoi que ce soit, y compris pour aller aux toilettes. Nous n’avons aucun statut. Nous ne connaissons pas la nature des accusations sous lesquelles nous sommes détenus et nous nous sentons extrêmement vulnérables. Nous vous demandons, s’il vous plaît, de faire pression sur le gouvernement grec et exiger la fin de ce cauchemar. Nous voulons que les autorités grecques nous relâchent et permettent que nous revenions en sécurité en Libye, où nous pourrons rejoindre les autres membres du convoi Road to Hope et acheminer l’aide humanitaire à la Palestine.
»

Un message de Tauqir “Tox” Sharif dit :

« AU SECOURS ! J’ai été arrêté avec 9 autres membres du convoi sur le bateau. Nous avons besoin de l’aide de vous tous. S’il vous plaît, prenez contact avec les médias et dites-leur que les autorités grecques essaient de nous accuser d’avoir occupé illégalement le ferry, alors que nous avons été kidnappés. Les autorités grecques nous traitent très mal. On nous tient en otage. »

Les organisateurs demandent que les gens appellent et écrivent à leur ambassade grecque locale et exigent la libération immédiate des militants humanitaires, et qu’ils soient autorisés à repartir en Libye pour y retrouver le reste du convoi et continuer leur mission.

Ken O'Keefe explique la situation, le 13.11.2010 à 13h



Pas de greffon vidéo disponible...

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Libye

Même sujet

Actions

Même auteur

Road to Hope

Même date

14 novembre 2010