Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1763 fois

Beit Furik -

La colonie d'Itamar par M. Hanani

Par

> bfscenter@yahoo.com

Entretien avec Mohamed Odih Hanani de Beit Furik - Master en Histoire, Recherches sur les colonies israéliennes. Ecrivain de deux livres publiés sur l'Histoire de Beit Furik et les Colonies israéliennes dans la région de Naplouse. Mr. Mohamed Hanani est né à Beit Furik en 1958, il est diplômé de l'université Al Najah (Naplouse)

Mr Hanani raconte l'histoire de la colonie d'Itamar, qui a été construite sur les terres des villages de Beit Furik, Rujeeb, Awarta et Yanun. Il parle des colonies et de leurs buts dans la région. La colonie prévoit de contrôler autant de terre et de routes que possible et un mur est en cours de construction autour des villages palestiniens pour former des ghettos.

La colonie vise à prendre le contrôle, de façon stratégique, sur toutes les zones critiques, dont la partie sud de Beit Furik, la partie nord d'Aqraba, Yanun et Awarta.

La colonie d'Itamar a saisi environ 10.000 dunums et s'est établie sur la plus haute colline, là où la vue atteint la Jordanie, le nord de la Palestine et même la mer méditerranée.

Ces terres constituaient le seul passage pour les habitants de Beit Furik pour atteindre la Vallée du Jourdain à l'Est, Ramallah ou Jérusalem, au sud. Itamar s'étend maintenant sur plus de 7 kilomètres d'est en ouest.

Le Haut Conseil des Colonies a prévu de construire des routes de contournement entre les colonies autour de Salfeet (à l'Ouest de la Cisjordanie ) et la Vallée du Jourdain et la frontière jordanienne (à l'Est de la Cisjordanie ).

Une route passe ainsi entre la chaîne de collines et sa construction a coûté cher en destruction de l'environnement. Des terrains supplémentaires ont été saisis et des arbres ont été déracinés pour deux raisons :

1 - permettre la construction de la route

2- dégager le terrain autour pour protéger les colons utilisant la route.


La colonie d'Itamar a été fondée en 1984 et à cette date, contrôlait plus de 4285 dunums.

Elle s'est agrandit et bientôt, 4 points de colonies ont été installés sur 4 collines palestiniennes différentes. Bien que les Palestiniens détiennent les documents délivrés par le gouvernement Jordanien ou Britannique, prouvant que les terres leur appartenaient, les Juifs ont appliqué un droit de disposition afin de pouvoir jouir de la propriété.

La colonie a maintenant le contrôle d'un grand nombre de terres, qui étaient essentiellement des terres agricoles, comprenant des arbres et des cultures saisonnières.

Les routes de contournement séparent maintenant Beit Furik de ses terres et des autres villages palestiniens.
La route qui relie la colonie d'Itamar à la colonie d'Elon Moreh sépare Beit Furik de Naplouse, tandis que la route reliant Itamar à la colonie de Alhamra dans la vallée du Jourdain, ferme Beit Furik à l'Est.
Sur ces routes, plusieurs Palestiniens ont été tué par les colons : Ibrahim Musa Hanani a été tué à 85 ans, renversé par un colon roulant trop vite, devant les soldats israéliens se tenant au check-point de Beit Furik.

Les colons vivant à Itamar sont principalement des religieux et des gens d'extrême-droite. Ils affirment que la terre est juive et qu'ils peuvent s'installer où ils le désirent, ils refusent de construire une barrière de protection autour de la colonie afin de se protéger de toute infiltration palestinienne.

Ils empêchent les fermiers d'atteindre leurs terres tout autour de la colonie et dans le Nord, une nouvelle route en terre est en construction, d'autres terres ont été saisies et cette zone est désormais surveillée par l'armée.

En 1984, Itamar était habitée par 400 colons.
Mais depuis le début de la Seconde Intifada, ce nombre a chuté à 200. Ils travaillent essentiellement dans l'agriculture et cultivent les terres saisies et volent de temps à autre les animaux des Palestiniens.

Itamar possède une école secondaire et les enfants viennent des colonies voisines, Elon Moreh et Brakah, par bus, pour assister aux cours.


Combien y'a t-il de colonies en Cisjordanie ?
Il y a environ 155 colonies principales et 80 à 188, qui ne sont pas stables, qui sont formées de caravanes mais celles ci deviennent en principe officielles.

Combien de personnes habitent dedans ?
Environ 250 000, ils représentent 2.6% des Israéliens.

La construction des colonies a t-il un but de logement pour les Israéliens ou un problème de sécurité ?
L'idéologie des colons est que cette terre est pour les Juifs.
Les premières colonies ont été construites dans la Vallée du Jourdain et elles formaient une ligne de contrôle qui s'étendait de Mahola au Nord à la Mer Morte dans le Sud. C'était avant tout un problème de sécurité : ces colonies séparaient les terres jordaniennes et palestiniennes, elles représentaient la première ligne de défense sur le front est.
Les colonies de Cisjordanie contrôlent en général les collines, et leur but est stratégique, sécuritaire, religieux et géographique.
Les projets agricoles ou industriels peuvent être entrepris là et seront moins coûteux qu'en Israël.
Les colonies représentent aussi un but de logements et une tentation qui fait partie du mouvement sioniste.

Comment les colons se tiennent ils en sécurité ?
Ils construisent des barrières de sécurité, séparant les colonies, et elles contiennent des abris, des centres de police, des armes et sont bien sûr, défendues par l'armée israélienne.

Entretien effectué par Yasser.

Source : www.beitfourik.levillage.org/

Traduction : BM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Beit Furik

Même sujet

Colonies

Même auteur

Yasser

Même date

16 décembre 2003