Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2313 fois

Jaffa -

La démolition d'une maison est évitée à Jaffa, mais la menace persiste

Par

Une vague de démolitions en masse devait commencer aujourd'hui, avec la destruction d'un bâtiment qui abrite une famille de cinq personnes. La famille a pu obtenir qu'un juge émette une injonction de 14 jours tôt ce matin, après avoir passé la nuit barricadée dans la maison avec des douzaines de militants.

La démolition d'une maison est évitée à Jaffa, mais la menace persiste


Près de 300 ordres de démolition ont été émis récemment contre les maisons de Palestiniens d'Israël (ndt. les Palestiniens de 48) à Ajami, la banlieue palestinienne la plus importante à Jaffa. Cette vague fait partie d'un projet pour judaïser Ajami, où vit la communauté pauvre, en majorité palestinienne.

A partir de 23h la nuit dernière, les militants sont entrés en masse dans la maison de la famille Saba, avec l'intention d'arrêter l'éviction de la famille et la démolition de la maison. Une action légale a aussi été entreprise puisqu'on n'a appris le projet de démolition que le jour précédent. Vers minuit, une requête a été adressée à la Cour du district de Tel Aviv. L'ordre d'injonction émis par le juge était conditionné au paiement d'une caution de 2.500 Shekels le matin suivant.

Un seul obstacle administratif demeurait – l'ordre de démolition devait entrer en vigueur à 8h du matin, mais le dépôt de la caution avant cette heure était impossible à cause des heures d'ouverture du secrétariat.

Les militants ont continué à arriver pendant la nuit et tôt le matin. Lorsque la police est arrivée, elle a été accueillie par des douzaines de militants, barricadés sur le toit, dans la maison et dans la cour.

Ceci, ainsi que la présence de deux membres du Parti Communiste à la Knesset, était suffisant pour tenir éloignés les flics pendant environ une heure, jusqu'à ce que l'ordre d'injonction soit prêt.

Bien que la maison soit hors délais pour les quatorze prochains jours, rien n'est encore gagné. Avec 300 autres maisons, elle est menacée par le projet de judaïsation d'Ajami.

Ce nouveau plan n'est qu'une partie de la longue histoire de la colonisation et de la dépossession d'Ajami. En 1947, près de 7.100 Palestiniens vivaient à Jaffa. La guerre de 48 et l'occupation brutale de Jaffa par l'Irgun sioniste (Etzel) et la Hagana ont fait de la plupart d'entre eux des réfugiés et ils ne restent que 3.650 Palestiniens dans la ville.

Pratiquement toutes les propriétés privées ont été expropriées et gérées par le Gardien de la Propriété des Absents (c'est ainsi qu'Israël a choisi de parler des réfugiés). Plus tard, la propriété a été transférée à l'Administration Israélienne d'Etat. Les Palestiniens qui restaient, dont un grand nombre venait des villages de la région, furent enfermés dans le ghetto d'Ajami, qui était entouré par une grille et sous règlement militaire jusqu'en 1966.

Dans les années 70-80, Shlomo Lahat (Chich), alors maire de Tel Aviv, a ouvertement déclaré sa politique de judaïsation de Jaffa. Cette politique incluait la démolition de centaines de maisons, pour la plupart à Ajami. Les gravas des constructions qui restaient, ainsi que les gravas de la zone entière ont été déposés sur une bande de deux kilomètres de la plage à Ajami. La Cour suprême israélienne a mis un terme à cette activité en 1984, mais c'était trop tard pour sauver la plage de Jaffa.

Le projet actuel est de transformer la montagne de déchets en un beau par cet de restaurer Ajami comme elle était dans ses premiers jours. Evidemment, sa situation, ses collines dominant la mer et les projets grandioses confirment que personne n'a l'intention de la rendre à ses habitants d'origine. Même aujourd'hui, on peut voir de plus en plus d'hôtels particuliers énormes construits par des Juifs fortunés, faisant grimper les prix et poussant lentement dehors la population palestinienne pauvre.

La "conjonction fortuite" entre les projets ambitieux de la ville pour nettoyer Ajami, en particulier la restauration de la plage d'Ajami, et l'émission à grande échelle d'ordres de démolition ne doit laisser personne dans le doute : une nouvelle campagne israélienne de nettoyage ethnique est en cours.

Voir les autres photos de l'action



Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jaffa

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

Anarchistes contre le Mur

Même date

13 mars 2007