Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2912 fois

Liban -

La famille de George Ibrahim Abdallah demande sa libération

Par

La famille du citoyen libanais George Ibrahim Abdallah incarcéré en France depuis 25 ans, demande sa libération. Il était accusé de planification d'actions terroristes et condamné à perpétuité. Elle considère que le refus de sa relaxation par Paris traduit la soumission de ce dernier à des dictats americo-sionistes, mais aussi le désintéressement des autorités libanaises de cette affaire.

La famille de George Ibrahim Abdallah demande sa libération

Georges Abdallah a été arrêté en France en possession de faux papiers d'identités en 1984. Il a vu ensuite d'autres accusations se rajouter, entre autres la fondation d'un mouvement clandestin, "les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises", mais aussi la planification d'actions terroristes sur le territoire français.

Les audiences ont été multiples, et l'appareil judiciaire français était loin d'être tendre avec George Abdallah. En 1986 il a été condamné à 4 ans de prison pour possession d'armes et explosifs, mais un an après 1987 il a été jugé une deuxième fois et condamné à perpétuité, accusé de collaboration avec des entreprises terroristes.

L'un des camarades fondateurs de son mouvement a confié à Aljazeera.net: "La crise de la jeunesse pendant les années de guerre civile au Liban a poussé de nombreux jeunes à la recherche d'un domaine de militantisme politique à la hauteur de leurs espérances, pour nous c'était les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises. Nous avons pris la direction des actions à l'étranger, sous le slogan du leader palestinien Wadie Haddad: "la poursuite de l'ennemi là où il est". Les Fractions ont commis plusieurs opérations en Europe, les services secrets français ont dévoilé quelques membres du groupe auquel George appartenait"


Dictats et désintéressement

Joseph, le frère de George affirme:" Le refus de la libération de George est une expression de la partialité des autorités françaises et sa soumission aux dictats americano-sioniste, et puis il ya aussi le désintéressement total des autorités libanaises face à cet affaire depuis des décennies. Ce qui confirme cela, c'est a décision judiciaire de la non relaxation de George qui s'appuie sur des arguments non fondés et non légaux (ou judiciaires), et ceci à la veille de la visite du président libanais en France."

L'affaire de George est suivie de près par un comité crée en 2006 qui s'appelle "Le Comité des camarade de George Abdallah", qui est constitué de jeunes militants de Gauche, L’Union des Jeunes Démocrates Libanais, qui s'est élargi pour accueillir de plus en plus des militants de différents mouvements de gauche libanais ou palestiniens.

Le comité a réalisé plusieurs actions de solidarité lors de visites officielles de personnalités politiques au Liban, dont celle de Nicolas Sarkozy.

La porte parole du comité Hassan Sabra a déclaré: "Le but de la fondation de ce comité est de faire connaitre l'affaire de George Abdallah à beaucoup de libanais et d'arabes et à tous ceux qui l'ignorent. Nous agissons en faisant des conférences de presse ou en remuant les masses media, afin d'élargir l'élan de solidarité, pour multiplier les actions de soutien pour sa libération. Ca suffit, les autorités françaises l’ont incarcéré pendant un quart de siècle. On le soutien parce qu'il a fait plusieurs tentatives pour faire connaitre les causes Palestinienne et Libanaise pour affronter l'ennemi commun Israël, il a essayé aussi d'agir aussi à l'étranger. Je tiens à signaler que les autorités française veulent passer sous silence sa condamnation, afin d'éviter tout mouvement solidarité à travers le monde."


Appels

"La famille de George est fière de ce qu'il a fait depuis le jour où il a refusé de se mêler à l'engrenage de la guerre civile libanaise. Il considérait le sionisme, soutenu par les états européens, les USA en tête, comme étant le principal responsable des grands malheurs du peuple libanais", a déclaré Joseph Abdallah. Il a signalé la grande inquiétude de toute la famille et des proches de George qui est en prison depuis 25 ans, il a ajouté que son incarcération devait prendre fin en 1999, date de son dernier jugement où il avait était convenu d’une relaxation.

La famille de George lance un appel aux autorités libanaises, qui doivent prendre leurs responsabilités pour protéger son ressortissant, incarcéré et jugé avec partialité en France.

Elle condamne aussi la légèreté avec laquelle cette affaire a été traitée, elle est indignée par la lenteur d'action de la plupart des forces de résistance. Elle lance un appel solennel à toutes les forces militantes et intègres, pour un mouvement de solidarité avec George afin d’aider à sa libération.


Pour en savoir plus sur George Ibrahim Abdallah, cliquez ici

Source : http://www.aljazeera.net/

Traduction : Fatima

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Prisonniers

Même date

28 mars 2009