Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1540 fois

Hébron -

La négligence médicale délibérée met les détenus palestiniens en liste d'attente de mort

Par

La mort évitable, le jeudi 16 janvier, de Jamal Hasan Sarahin, du village de Beit Ula près d'Hébron, dans la tristement réputée prison de Kitziot, a jeté une nouvelle lumière sur le calvaire des Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, en particulier pour ceux qui souffrent de maladies graves.

La négligence médicale délibérée met les détenus palestiniens en liste d'attente de mort

Selon le Ministère palestinien des Prisonniers, 1.000 prisonniers malades languissent dans les prisons et centres de détention israéliens, dont une centaine souffrent de sérieux problèmes de santé. Parmi eux, une dizaine ont un besoin urgent d'hospitalisation et/ou d'opération chirurgicale.

Sarahin, qui a été détenu à Kitziot sans charge ni procès, avait un problème respiratoire et des symptômes d'asthme depuis des semaines avant qu'il succombe finalement de sa maladie.

Selon un ami détenu, qui a discuté avec le Centre Palestinien d'Information grâce à un téléphone portable depuis le camp de détention, les représentants des prisonniers n'ont cessé de demander à l'administration carcérale israélienne de l'emmener à l'hôpital, mais sans résultat.

"Nous leur avons dit, nous les avons suppliés de l'emmener à l'hôpital, nous leur avons dit qu'il était dans un état très grave et que sa vie était vraiment en danger, mais ils ont refuséd'agir, nous disant de façon sarcastique qu'il n'avait qu'à boire un peu plus d'eau et prendre un analgésique, du Acamol", a déclaré le prisonnier.

Il a accusé l'autorité pénitentiaire israélienne d'avoir "indirectement tué" Sarahin en l'empêchant de recevoir les soins médicaux dont il avait un urgent besoin.

"Je peux dire sérieusement, en toute honnêteté, je peux même jurer que c'est l'autorité carcérale israélienne qui doit être accusée de sa mort."

Le prisonnier a affirmé que trois jours avant sa mort, Sarahin avait demandé à être examiné par un médecin, sans résultat.

"En fin de compte, le docteur lui a redonné le même analgésique, l'Acamol. Vous voyez, ils donnent à un prisonnier un anti-douleur, quelle que soit la gravité de son cas."

"Ce sont des nazis, vraiment des nazis."

Esprit de vengeance

Selon Hazem Nayrokh, qui est sorti de la prison de Kitziot mercredi, l'autorité pénitentiaire israélienne "traite les prisonniers avec un esprit de vengeance manifeste".

"Ils refusent les soins médicaux aux prisonniers malades, ou très malades, comme punition pour les idées et les positions qu'ils ont par rapport à l'occupation."

Nayrokh a dit au Centre Palestinien d'Information que beaucoup de prisonniers malades préfèrent supporter la douleur de leur maladie plutôt qu'aller à la "clinique" de Kitziot.

"Ce n'est pas une vraie clinique, c'est un endroit dégueulasse qu'ils appellent clinique, et pour y aller, on nous menotte et on nous met des chaînes aux pieds, comme si nous étions des bêtes sauvages dangereuses. Une fois qu'on l'a vu, le médecin nous prescrit soit de boire de l'eau, soit nous donne quelques comprimés d'analgésiques. Et si le médecin est mauvais, et c'est souvent le cas, il dit simplement au prisonnier qu'il n'a pas autorité pour traiter des gens qui ont du sang juif sur les mains."

Selon le Ministère des Prisonniers, près de 11.000 prisonniers politiques et résistants palestiniens croupissent dans les prisons et centres de détention israéliens. La plupart d'entre eux vivent dans des conditions épouvantables, inhumaines, et sont constamment soumis à des traitements cruels et dégradants.

Des témoignages reçus de prisonniers libérés de diverses prisons israéliennes indiquent que les prisonniers sont exposés à des formes graves d'humiliation par les gardiens israéliens.

Cela peut aller de bastonnades à l'aveuglette, jets de gaz lacrymogènes, incursions, provocations et razzias dans les cellules, souvent avec fouille à nu, retard ou refus de traitement médical, annulation arbitraire des droits de visite, alimentation inappropriée en qualité et en quantité.

De plus, les autorités carcérales israéliennes ont recours depuis peu à une mesure consistant à garder constamment quelques prisonniers "sur la route" en les transférant en permanence d'un camp de détention à un autre.

Cette mesure draconienne vise ostensiblement à infliger au prisonnier des souffrances psychologiques et à l'épuiser physiquement, ainsi qu'à le priver de visites familiales.

Un porte-parole de l'autorité pénitentiaire israélienne a tenté d'échapper à sa responsabilité dans la mort de Sarahin en décrivant sa mort comme "naturelle" et "inattendue".

La famille de Sarahin rejette avec force la thèse officielle israélienne.

"Non, la mort de mon frère n'est pas due à des causes naturelles, elle est le résultat de la négligence criminelle des autorités israéliennes. Ils portent la pleine responsabilité de sa mort", dit Muhammed Sarahin, frère de Jamal.

Source : Palestine Info

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

20 janvier 2007