Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1411 fois

Cisjordanie -

La police palestinienne terrorise les journalistes palestiniens

Par

> amayreh@p-ol.com

La police palestinienne relevant de l'Autorité Palestinienne du Président Mahmoud Abbas terrorise les journalistes palestiniens non conservateurs dans l'ensemble la Cisjordanie d'une manière sans précédent depuis la création de l'Autorité Palestinienne suite des Accords d'Oslo en 1993.
Les agressions contre les journalistes et les cameramen ont récemment augmenté de manière spectaculaire, en particulier à la suite de la conférence de paix à Annapolis, Maryland.

La police palestinienne terrorise les journalistes palestiniens


Photo PCHR : Les policiers palestiniens, parfois masqués, matraquent les manifestants anti-Annapolis

Le jeudi 29 novembre, dans le sud d'Hébron en Cisjordanie des policiers ont sauvagement agressé Muhammed Halayka, un cameraman travaillant pour une chaine de télévision de Gaza qui filmait les manifestations contre Annapolis.

Au moins un Palestinien, un homme de 37 ans, a été tué au cours de la manifestation de mardi lorsque des policiers à la gachette facile ont tiré sur des manifestants dans le centre d'Hébron.

Des dizaines de manifestants et de journalistes ont été blessés, dont certains très grièvement, dans l'ensemble de la Cisjordanie puisque la police avait reçu l'ordre de réprimer violemment toute opposition publique à la conférence d'Annapolis.

Halayka, qui a été emmené à l'hôpital a déclaré aux journalistes que sept policiers lui étaient tombés dessus et l'avaient assailli de coups de pied et de coups de crosses de fusils, jusqu'à ce qu'il s'effondre.

"Les services de sécurité m'avaient convoqué pour m'interroger au sujet de mon reportage sur les manifestations. Et lorsque je suis arrivé, au moins sept jeunes officiers me sont tombés dessus, m'ont tabassé et donné des coups de pied sur tout le corps, y compris au visage, jusqu'à ce que je m'effondre."

Dans la soirée, Halayka a été transféré à l'hôpital.

Selon Halayka, les interrogateurs l'ont prévenu qu'il devrait payer dix mille dollars s'il informait les médias de ce qui lui est arrivé.

Auparavant, la police de l'Autorité Palestinienne avait arrêté Bassam Duweik pour avoir filmé les manifestations dans Hébron et il a été accusé d'"incitation à la violence et d'avoir souillé l'image de l'Autorité Palestinienne".

Duweik est un traducteur en hébreu qui travaille également pour plusieurs journaux aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des Territoires Palestiniens Occupés.

En outre, la sécurité préventive de l'Autorité Palestinienne dans la ville de Dura convoqué Walid Amayreh, également journaliste, pour l'interroger aus sujet de sa soi-disant intention d'écrire un livre critique à l'égard de l'Autorité Palestinienne

Amayreh a été contraint de signer une promesse écrite indiquant qu'il ne serait pas critique à l'égard de l'Autorité Palestinienne ou qu'il ne s'adonnerait pas à l'incitation.

Mardi, la police de l'Autorité Palestinienne à Ramallah a violemment attaqué des journalistes à Ramallah, Bethléem et dans plusieurs autres localités, et frappés sauvagement ceux qui couvraient les manifestations contre la conférence d'Annapolis.

Plusieurs journalistes auraient été battus, notamment Wael Shoyoukhi, un correspondant d'Aljazeera, qui a été gravement blessé après avoir été frappé à la tête.

Un responsable de l'Autorité Palestinienne a déclaré qu'il regrettait les attaques contre les journalistes. Le Ministre de l'Intérieur de l'Autorité palestinienne, Abdul Razzaq Al Yahya, aurait déclaré que "les journalistes devraient se rendre compte de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous sommes désolés pour ce qui s'est passé, mais les journalistes et les reporters doivent obéir à la loi."

Certains journalistes palestiniens ont condamné les partisans occidentaux de l'Autorité Palestinienne pour leur silence face aux attaques de la police palestinienne contre la liberté de la presse en Cisjordanie .

"Les Etats-Unis et l'Union européenne parlent toujours de la liberté de la presse et de la démocratie et ce genre de choses. Mais quand ils regardent ces bandes de brutes tabasser sans pitié les reporters dans les rues de la Cisjordanie , ils jouent les aveugles, sourds et muets", a déclaré Muhammad Rajoub, un journaliste de la région d'Hébron.

"Est-cela, la démocratie qu'ils nous promettent ?"

Rajoub a déclaré : "Dans ce cas, le silence signifie la satisfaction et même la complicité."

Depuis les événements de la mi-juin à Gaza, quand les miliciens du Hamas ont évincé les forces de police du Fatah, après une longue semaine sanglante, le gouvernement à Ramallah soutenu par l'Occident a bailloné la presse.

L'Autorité Palestinienne a fermé plusieurs bureaux de presse et stations de radio et de télévision pour "activités illégales et incitation".

En outre, plus de 15 journalistes ont été arrêtés et, dans de nombreux cas, ils ont été maltraités et torturés.

Le système judiciaire palestinien en Cisjordanie est pratiquement paralysé et dans la plupart des cas, les agences de sécurité ne tiennent pas compte des décisions de justice.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Collabos

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

30 novembre 2007