Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1612 fois

Ramallah -

La résistance non-violente en Palestine

Par

Patrick O'Connor est un activiste de l'International Solidarity Movement (ISM).

Dans les médias américains, les Palestiniens ne sont généralement pas autorisés à parler pour eux-mêmes ou à exposer leur récit historique.
Pourtant, les Israéliens sont autorisés à parler, à expliquer l'expérience des Israliens et même à expliquer celle des Palestiniens.
En conséquence, l'histoire israélienne est connue aux Etats-Unis tandis que celle des Palestiniens est déshumanisée.

Le fait que des milliers de Palestiniens et des centaines d'Israéliens utilisent ensemble des stratégies non-violentes identiques à celles du Mouvement des Droits Civiques aux Etats-Unis et à celles du Mouvement Contre l'Apartheid Sud-Africain pourrait être une information surprenante et bien accueillie par la plupart des Américains.

Les Américains sont en grande partie ignorants de la lutte du mouvement populaire non-violent en Palestine, parce que l'industrie des médias américains préfère l'histoire simple et imparfaite des attaques terroristes des Palestiniens et des représailles israéliennes.

Dans les médias américains, les Palestiniens ne sont généralement pas autorisés à parler pour eux-mêmes ou à exposer leur récit historique.
Pourtant, les Israéliens sont autorisés à parler, à expliquer l'expérience des Israliens et même à expliquer celle des Palestiniens.
En conséquence, l'histoire israélienne est connue aux Etats-Unis tandis que celle des Palestiniens est déshumanisée.

Les reportages du New York Times, souvent cités comme étant la référence pour les médias américains, sont l"exemple même du problème. Le Times publie quotidiennement des articles sur Israël/Palestine, y compris d'innombrables articles sur la résistance palestinienne armée.

Cependant, le New York Times et les médias américains plus généralement ne parlent presque jamais de ce que 99,5% des Palestiniens ont fait chaque jour de leurs vies pendant ces 38 dernières années, résister de façon non-violente à l'occupation israélienne.


Au cours des trois dernières années, le New York Times a publié seulement trois articles sur la résistance non-violente palestinienne.

Ceci, malgré le fait que les Palestiniens aient organisé des centaines de manifestations non-violentes au cours des trois dernières années dans l'ensemble de la Cisjordanie contre la construction du Mur par Israël sur les terres palestiniennes, et malgré le fait que l'armée israélienne ait tué neuf manifestants palestiniens, blessé plusieurs milliers de protestataires, harcelé et puni collectivement les villages qui ont protesté, et arrêté des centaines de protestataires, y compris les responsables de la contestation non-violente.

Le plus récent de ces trois articles du Times, publié samedi dernier : "A la barrière israélienne, plus de bruit que de colère" par le chef du bureau du Times à Jérusalem, Steven Erlanger est une bonne étude sur la façon dont Israël/Palestine est typiquement déformé par les médias américains, et sur la façon dont la non-violence palestinienne est marginalisée.

Seuls six mots sur les 1.138 mots de l'article sont des citations de Palestiniens, bien que l'article soit concentré sur une manifestation organisée par des Palestiniens contre la construction par Israël d'un Mur qui coupe à travers le village cisjordanien de Bil'in.

Erlanger semble laisser parler les protestataires israéliens à la place des Palestiniens.

Néanmoins, il cite encore deux fois plus les soldats israéliens à Bil'in que les protestataires israéliens.

En conséquence, comme c'est trop souvent le cas dans les médias américains, les explications des militaires israéliens dominent. Un général israélien apparemment de bonne composition et souvent cité est le seul individu dont les lecteurs peuvent obtenir un sentiment.

Les Palestiniens de Bil'in servent seulement de décor et ne sont jamais entendus.
Peut-être parce qu'ils n'autorisent généralement pas les Palestiniens à parler, le Times et les médias américains omettent régulièrement le contexte plus large.

Erlanger oublie 80 manifestations à Bil'in, trois ans de résistance non-violente au mur en Cisjordanie , la riche histoire palestinienne de résistance non-violente et la répression brutale des militaires israéliens contre la dissidence non-violente.

Au lieu de cela, Erlanger mentionne seulement qu'il y a des manifestations hebdomadaires à Bil'in, et que "il y a eu quelques blessés et de nombreuses arrestations, et qu'un soldat a perdu un oeil par un jet de pierre."

"Des soldats utilisant des matraques et des officiers de police qui utilisent des grenades assourdissantes, des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène donne l'impression qu'Israël réprime la dissidence."

S'ils avaient été autorisés à parler, les Palestiniens auraient cité les preuves montrant qu'Israël réprime de façon claire et violente la rebellion pacifique à Bil'in et dans de nombreux autres villages. Des dizaines de manifestants de Bil'in ont été arrêtés, y compris l'organisateur des protestations Abdullah Abu Rahme.
Abu Rahme a été arrêté trois fois pour un total de 35 jours, et a été maintenant interdit par un tribunal israélien d'assister aux manifestations.

361 protestataires ont été blessés en plus de sept mois à Bil'in. Un jeune homme palestinien est presque mort après avoir reçu une balle en acier recouvert de caoutchouc dans la tête.

Trois Palestiniens et un Israélien ont été gravement blessés après avoir été touchés par des boîtes métalliques de gaz lacrymogène tirées à bout portant. Cependant, les seuls blessures spécifiques qui sont notées dans l'article sont celles d'un soldat israélien qui a perdu son oeil, la seule blessure sérieuse d'un soldat en trois ans de manifestations contre le mur.

L'article du Times mentionne que la construction par Israël du Mur et des colonies à l'intérieur de la Cisjordanie dans des lieux comme Bil'in violent le droit international selon la Cour internationale de Justice et les Nations Unies.
Cependant, il est donné autant d'espace et d'importance aux réponses du gouvernement israélien à ces positions.


Avec la tendance des médias américains à réduire au silence les Palestiniens, on en doit pas s'étonner que de nombreux Américains voient les Palestiniens comme les agresseurs dans ce conflit, bien qu'ils vivent sous occupation militaire israélienne.

Les médias alternatifs et non-américains sont actuellement les seules sources pour les Américains de s'informer sur les récits des Palestiniens et la résistance populaire non-violente en Palestine. Mais compter seulement sur les médias alternatifs n'est pas assez.

Le public doit maintenir la pression sur les médias et les journaux comme le New York Times par des lettres et des articles critiques, jusqu'à ce qu'ils dépeignent exactement les deux versions de l'histoire dans le conflit Israël/Palestine.

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Non Violence

Même auteur

Patrick O Connor

Même date

24 octobre 2005