Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 981 fois

Ramallah -

La résistance populaire s’étend à An Nabi Salih (vidéo)

Par

10 personnes ont été blessées par des balles caoutchouc-acier et des grenades lacrymogènes lors de la manifestation d’hier vendredi dans le village d’An Nabi Salih, au nord de Ramallah, contre l’expansion de la colonie illégale Halamish sur les terres du village.

Les nuages d’orage et le froid n’ont pas dissuadé les manifestants, et les 100 résidents (environ ¼ du village), hommes et femmes, ont été rejoints par une vingtaine de militants internationaux et israéliens sur la place du village, après la prière de midi. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers les terres situées au sud du village, où est construite la colonie Halamish sur des terres volées au An Nabi Salih, et où les forces d’occupation israéliennes attendaient leur arrivée.

Les manifestants ont entonné des chants de protestation et emmené des plants d’olivier, dans l’espoir de les planter sur les terres volées, affirmant de manière pacifique leur droit à être là.

Ces espoirs furent rapidement anéantis lorsque que l’armée d’occupation a tiré les premières salves de gaz laccrymogènes, obligeant les manifestants à se disperser dans les champs d’un côté ou l’autre de la route. Les soldats, positionnés au sud et au sud-est du village, ont ensuite tiré un barrage de grenades lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de balles caoutchouc-acier.

La manifestation s’est rapidement transformée en un exercice de résistance organisée, tandis que les manifestants montaient des barricades sur les routes, en prévision d’une invasion des jeeps dans le village. Ils ont fait rouler des bennes à ordure sur la route en direction des soldats, servant de barrage efficace et de protection contre les grenades lacrymogènes, les balles de calibre .22 et les balles caoutchouc-acier qui sifflaient au-dessus des têtes. Des pneus ont été positionnés au centre de la route et enflammés, la fumée noire se mêlant à celle des grenades lacrymogènes qui atterrissaient parmi les manifestants.

Dix jeunes Palestiniens ont été blessés dans l’attaque lancée par les forces d’occupation, dont Omar Tamimi, touché 5 fois par des balles caoutchouc-acier, et Risat Tamimi, touché 2 fois. 8 autres manifestants ont été blessés par les balles ou les grenades tirées par les M-16 des soldats, provoquant de graves blessures lorsqu’elles sont tirées directement sur les gens. Les blessés ont été emmenés par les médecins du Croissant Rouge.

En dépit de l’utilisation écrasante d’une force brutale disproportionnée par l’armée d’occupation, les jeunes du village ont fait preuve d’un courage remarquable dans ce qui est devenu la lutte hebdomadaire pour défendre leur village contre les forces d’occupation violentes. Des manifestations précédentes à An Nabi Salih ont vu des attaques militaires ciblant les enfants du village, des grenades lacrymogènes tirées à l’intérieur des maisons et des arrestations violentes lorsque les soldats sont entrés dans le village.

Vendredi, les manifestants ont réussi à maintenir les forces d’occupation en respect et à empêcher toute possibilité d’arrestation.

La manifestation s’est terminée vers 16h, lorsque les soldats ont quitté leurs positions près du village et ont fait retraite sur la route qui passe entre Halamish et An Nabi Salih.

Les manifestations du vendredi à An Nabi Salih ont commencé en décembre 2009, pour protester contre l’arrachage de centaines d’oliviers par des colons d’Halamish.

La construction de la colonie illégale Halamish a débuté en 1977, sur des terres appartenant à An Nabi Salih et à des villages voisins. Le conflit entre la colonie et les villageois a repris le mois dernier lorsque les colons ont tenté de ré-annexer la terre du village, en dépit d’une décision d’un tribunal israélien de décembre 2009 qui a reconnu que les habitants d’An Nabi Salih étaient les propriétaires légaux de la terre.

Malgré la promesse du Bureau israélien de coordination de district d’autoriser au village un accès sans restriction à ses terres, les fermiers ont été empêchés et attaqués chaque fois qu’ils allaient travailler sur la terre en question.

La résistance d’An Nabi Salih reflète la résistance populaire continue à Bi’lin, Ni’ilin, Sheikh Jarrah, Iraq Burin, Burin et Al-Ma’asara.




Pas de greffon vidéo disponible...

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

6 février 2010