Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1763 fois

Naplouse -

La vérité est évidente pour ceux qui veulent la voir

Par

A 2h30 hier matin mercredi, les forces israéliennes sont entrées dans le camp de réfugiés de Ein Beit El Ma, au nord du centre ville de Naplouse, tirant des grenades lacrymogènes et des balles réelles.
Pendant l’invasion, cinq personnes ont été légèrement blessées, dont une jeune fille de 14 ans qui a été blessée à la jambe.

La vérité est évidente pour ceux qui veulent la voir


Photo ISM : véhicules après le passage des barbares

Les tireurs israéliens se sont positionnés sur les toits et terrasses palestiniens, chassant les familles. Réveillés par les fusils pointés sur eux, des hommes, des femmes et des enfants ont été forcés de sortir de leurs lits pour aller dormir dans les couloirs et les caves.

Une femme et sa fille, effrayées par une grenade assourdissante qui a brisé leur fenêtre, n’ont pu se rendormir et sont restés dans la salle de séjour.

Dix minutes plus tard, 12 soldats ont surgi en rampant par un grand trou dans le mur, faisant tomber une lourde armoire sur le lit où elles dormaient quelques minutes plus tôt. Une masse à la main, le premier soldat entré dans la maison a obligé les femmes à aller dans la cuisine, qu’il a fermé à clef. Elles ont été relâchées six heures plus tard.

Plus de 20 maisons ont été occupées par l’armée israélienne ce matin-là. Une grand-mère, très angoissée, a demandé aux militants internationaux de surveiller son petit-fils de 3 ans que les soldats détenaient sur la terrasse avec sa mère et ses enfants plus âgées.

Après quelque négociation, les soldats ont quitté les lieux, laissant derrière eux une maison dévastée, triste spectacle similaire dans toutes les autres maisons du voisinage. Impacts de balle sur les murs et les meubles, gravats, affiches de martyrs déchirés, chambres d’enfants sens dessus dessous.

Des marques brunes de chaussures des soldats souillaient les matelas, des morceaux de vitres brisées pendaient aux fenêtres et les enfants fatigués, le visage grave, regardaient leurs parents essayant de nettoyer les traces de l’invasion.

Plus tôt, le matin, un combattant de la résistance du PFLP, Baha, avait été visé à la poitrine par un tireur israélien. L’aide médicale a été bloquée, il s’est vidé de son sang et est mort une heure après.

Sa mère a été accompagnée à travers le camp par les militants, pour qu’elle puisse dire au revoir à son fils en paix avant la procession des funérailles.

Il était étendu sur un matelas au milieu de sa famille, son visage, calme et déterminé, entouré d’un bandage. Sa mère est restée assise près de lui un long moment, caressant ses cheveux et ses bras repliés, lui rappelant quelque chose d’amusant qu’il lui avait dit la semaine dernière et se frappant les joues de douleur.

Pendant ce temps, deux adolescents de l’Association Palestinienne d’Aide Médicale étaient kidnappés par les soldats israéliens alors qu’ils se tenaient à l’extérieur du camp. Ils leur ont bandés les yeux, leur ont mis les menottes et les ont jetés à l’intérieur d’une jeep, où ils ont été détenus jusqu’à ce que les militants réussissent, à force de pressions, à les faire relâcher. Six autres hommes ont été détenus à l’intérieur du camp et relâchés quelques heures après.

Les forces israéliennes ont quitté le camp vers 11h. Malgré les gaz lacrymogènes restant dans l’air, les gens sont sortis dans les rues pour constater les dégâts. Au moins 5 voitures avaient été écrasées, renversées par les bulldozers israéliens et les trottoirs étaient défoncés.

Des femmes et des hommes, les larmes aux yeux, ont suivi à travers Naplouse la civière qui portait le corps de Baha, les hauts-parleurs faisant retentir un beau discours sur une mère qui perd son fils dans la lutte. Pourtant, même sans musique, la solidarité et la peine sincère que se témoignent les uns aux autres les voisins du camp sont émouvantes, impressionnantes.

Comme l’a dit Hassan Ali Khatib, père de six enfants : « Je n’ai pas besoin de chercher les mots, ni d’ajouter quoique ce soit à mon histoire. Je parle avec mon cœur, et c’est suffisant. Ici, la vérité est évidente pour tout ceux qui veulent la voir. »

Il avait passé la nuit entière coincé au checkpoint Sabatash, très inquiet pour sa femme et ses enfants au fur et à mesure qu’il recevait les nouvelles inquiétantes que lui envoyaient ses amis depuis le camp. Assis sur le sofa, sa plus jeune fille à ses côtés, il a levé les yeux, optimiste tout d’un coup, et s’est mis à parler football.

Et c’est ainsi que la vie quotidienne et l’action reprennent chaque jour le dessus.

Voir les photos des dégâts après l'invasion de l'armée la plus morale du monde :
http://www.palsolidarity.org/main/2006/11/15/alein-invasion/

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

16 novembre 2006