Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2708 fois

Hébron -

La vie à Tel Rumeida

Par

Chelli Stanley est l'un des fondateurs du projet Tel Rumeida

Les conditions de vie à Tel Rumeida sont celles de l'Apartheid.
Situé dans la zone d'Hébron contrôlée par les Israéliens, Tel Rumeida est un petit quartier vivant sous l'absurdité brutale de l'occupation israélienne.
Il n'est pas permis aux Palestiniens de conduire leurs véhicules dans les rues; elles sont seulement pour les Israéliens.
Les habitants palestiniens doivent tout porter ou utiliser des carioles jusqu'à leurs maisons tandis que les colons font des virées dans le quartier.

La vie à Tel Rumeida


Exemple de graffiti raciste taggé par les colons d'Hébron

Bien que l'on puisse dire que chaque région de Palestine est unique, Tel Rumeida est vraiment un monde en lui-même.

Situé dans la zone d'Hébron contrêlée par les Israéliens, Tel Rumeida est un petit quartier vivant sous l'absurdité brutale de l'occupation israélienne.

Si Tel Rumeida est vu comme un microcosme du projet israélien pour la Palestine, les réalités parfois subtiles de la vie des Palestiniens sous occupation et le genre d'Etat palestinien qu'Israël désire peuvent plus facilement être comprises.

Presque chaque stratégie utilisée par Israël pour créer son occupation impitoyable est employée à Tel Rumeida : déplacement, emprisonnement, étranglement économique, militarisation extrême, détention arbitraire, confiscation de terres, interruption de la vie normale des Palestiniens, violence des colons, brutalité des soldats, complicité du gouvernement aux actions illégales des colons et humiliation quotidienne.

Les habitants palestiniens de Tel Rumeida ne vivent jamais une journée normale.

Les presque trois ans de couvre-feu qu'ils ont subi pendant cet Intifada ont effrayé de manière permanente la vie de chaque habitant et de la communauté elle-même. Les cinq postes de soldats et le checkpoint électronique modernisé récemment situé sur trois rues rendent presque impossible aux habitants de marcher n'importe où librement.

Les deux colonies, Beit Haddasseh et Tel Rumeida, où vivent certains des colons les plus extrêmes de Cisjordanie (dont des membres de Kach, désignés par Israël comme étant une organisation terroriste) et situées en haut et en bas du quartier de Tel Rumeida, s'assurent que les Palestiniens vivant ici, auront au moins un rappel quotidien qu'ils ne sont plus les bienvenus dans leur propre quartier.

Les maisons abandonnées et les magasins forcés de fermer, dont bon nombre d'entre eux sont taggés par les colons avec des graffitis extrèmement racistes, contribuent à leur manière à l'atmosphère oppressante du quartier.

Les conditions de vie à Tel Rumeida sont celles de l'Apartheid.

Il n'est pas permis aux Palestiniens de conduire leurs véhicules dans les rues; elles sont seulement pour les Israéliens. Les habitants palestiniens doivent tout porter ou utiliser des carioles jusqu'à leurs maisons tandis que les colons font des virées dans le quartier.

Les Palestiniens sont forcés de prendre des routes sinueuses, dangereuses et secondaires pour atteindre leurs maisons tandis que les colons israéliens utilisent les routes principales.

Bien que les habitants palestiniens ne participent pas à la violence, qui est tellement et sans cesse apparente dans le quartier, ce sont eux qui sont arrêtés par les soldats israéliens et forcés de soulever leurs chemises et d'ouvrir leurs sacs.

Bien que ce soit principalement les enfants de colons, à l'abri de toute poursuite judiciaire, qui terrorisent les enfants et les adultes palestiniens et qui attaquent les soldats, ce sont les enfants palestiniens qui sont constamment arrêtés, qui ont leurs cartables fouillés, qui se font crier dessus et frapper par les soldats.


Ce sont les Palestiniens qui doivent attendre en ligne pour entrer dans le checkpoint électronique à chaque fois qu'ils entrent ou sortent de leur communauté.

Ce sont les Palestiniens qui sont harcelés et humiliés par presque toute sorte imaginable de loi israélienne existante.

Les colons israéliens dirigent Tel Rumeida. Des jeunes garçons colons se baladent dans les rues de Tel Rumeida en lapidant ou en attaquant des maisons et des habitants palestiniens à volonté sous les yeux indifférents des soldats israéliens et de la police.

Les maisons palestiniennes endommagées et détruites, les jardins, les canalisations et les lignes téléphoniques, les fenêtres sont les traces des précédentes actions de colère des colons.

L'impunité absolue avec laquelle ces colons agissent, combinée avec leur camaraderie manifeste avec les soldats israéliens et les policiers, n'est rien d'autre qu'un message clair adressé aux habitants palestiniens du quartier que leur sécurité n'est pas un souci pour les Israéliens.


Presque chaque habitant palestinien de Tel Rumeida a une histoire très choquante, comme celle d'une jeune mère enceinte qui a eu deux fausses couches en deux ans en tant que résultat direct de la violence israélienne.

L'année dernière, elle était enceinte de deux mois et, après que les soldats israéliens soient venus à l'intérieur de sa maison et aient tiré avec leurs armes, elle a été retrouvée allongée sur le sol de sa maison, en sang. Elle a ensuite perdu son enfant.

Cette année, il y a seulement un mois, enceinte de jumeaux et seule à la maison, sept colons armés des colons ont attaqué sa maison en hurlant des menaces de mort. Les soldats postés à moins de 30 mètres de sa maison n'ont pas répondu à ses appels à l'aide pendant l'attaque qui a duré 20 minutes.

Deux heures plus tard, allongée encore sur le sol de sa maison, elle a perdu son premier jumeau. Plus tard à l'hêpital, elle a perdu le second. Depuis la mort de ses jumeaux, elle souffre de crises de nerfs et a été hospitalisée à plusieurs reprises après s'être évanouie.

Les enfants de Tel Rumeida ne jouent presque jamais dehors. Ceux qui osent s'aventurer dehors détalent dans les rues au premier bruit d'un véhicule de colons et courent se réfugier dans leurs maisons quand des groupes de colons se promènent dans le secteur.

Même l'enfant le plus jeune de Tel Rumeida a appris les leçons indélébiles au sujet du type de personnes que sont leurs voisins colons israéliens et leur propre place dans le quartier, en mettant en application ces leçons quotidiennement.

Tel Rumeida est l'un des quelques secteurs en Palestine vivant directement sous occupation israélienne. Les conséquences de cette occupation sont une communauté palestinienne brutalisée, dévastée économiquement et emprisonnée, vivant sous la violence sans fin de leurs voisins israéliens.


Tel Rumeida est l'occupation israélienne dans son ensemble.


Source : Tel Rumeida Project

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Racisme

Même auteur

Chelli

Même date

23 octobre 2005