Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1711 fois

Salfit -

La violence militaire fait cinq blessés au cours d’une manifestation pacifique près de la colonie d’Ariel

Par

Une manifestation non violente devait avoir lieu à l’entrée du village cisjordanien de Kifl Haris pour protester contre la destruction d’une oliveraie palestinienne pour faire passer une route de contournement pour Israéliens seulement.
Quatre adultes et un enfant ont été blessés par des bombes lacrymogène lancées contre les personnes.

La violence militaire fait cinq blessés au cours d’une manifestation pacifique près de la colonie d’Ariel


Carte 1 : Carte de localisation du village de Marda (agrandir la photo)


Des Palestiniens de Kifl Haris et des militants étrangers et israéliens ont démarré leur marche pacifique à 10h du matin au barrage qui interdit l’entrée du village qui se trouve près de la route menant à la colonie d’Ariel.

Des soldats se sont approchés des militants dès le début de la manifestation et ont lancé des gaz lacrymogènes pendant que les manifestants se trouvaient encore dans le village.



Aham Al Shkur, 22 ans, un Palestinien du village, a été frappé en pleine bouche par une bombe lacrymogène lancée par les soldats alors qu’il se trouvait encore dans son village avec les manifestants.

La bombe lacrymo est venue ricocher sur le visage de l’homme et a frappé à la tête sa nièce de 7 ans. Ahmad a été transporté à l’hêpital de Naplouse pour blessures graves, dont une fracture de la mâchoire, plusieurs dents en moins, et des lésions à la gorge.


Une autre bombe lacrymo. tirée dans la foule a frappé Imad Hammad, 35 ans, à la poitrine, lui brisant la cage thoracique. Il a aussi été transporté à l’hêpital de Naplouse.



Abed Zuhdi, 60 ans, a souffert d’avoir été directement exposé aux gaz lacrymogènes et Feras Khofash, 27 ans, a été atteint au visage par une bombe lacrymogène qui l’a frappé, après avoir rebondi sur le sol et l’a atteint au visage.



Un militant de la paix autrichien a été arrêté par les soldats juste après les tirs de gaz lacrymogène.
Il a été transféré dans une prison de la colonie d’Ariel et relâché plus tard à condition de ne pas revenir dans la région de Cisjordanie où le mur est en construction pendant quinze jours.


Lancer des bombes lacrymogènes directement contre des individus ou au milieu de la foule est interdit par la réglementation des tirs de l’armée israélienne.

Malgré tout, des soldats ciblent régulièrement et tirent des bombes lacrymogène en plein sur les manifestants non-violents causant de graves blessures.


Ces incidents font rarement l’objet d’enquête de la part de l’armée, créant une atmosphère qui permet aux soldats de se sentir libres d’utiliser des armes "non-mortelles" de manière plus dangereuses et potentiellement mortelles.



Source : www.palsolidarity.org

Traduction : CS pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Salfit

Même sujet

Le Mur

Même auteur

ISM

Même date

1 août 2005