Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2494 fois

USA -

Le Moyen-Orient connaît le respect, connaît la Paix : Pas de respect, Pas de Paix

Par

Hedy Epstein de St. Louis est une survivante de l’Holocauste, enseignante de l’Holocauste et activiste des Droits civiques depuis longtemps et pacifiste. Son histoire est décrite dans le documentaire qui a gagné Academy Award : "Into the Arms of Strangers: Stories of the Kinder transport."

Je savais que ce que j'avais dit et fait était vu par certains comme discutable mais sûrement pas comme une menace. Aussi, je n'ai pas imaginé que les Forces de Sécurité Israélienne qui protègent l'aéroport Ben-Gurion maltraiteraient une survivante de l’Holocauste de 79 ans, en me retenant pendant cinq heures et en me déshabillant et en effectuant une fouille complètement inutile de chaque partie de mon corps nu.

Le Moyen-Orient connaît le respect, connaît la Paix  : Pas de respect, Pas de Paix


Hedy Epstein lors d'une manifestation en Palestine -
Photo: Kathy Kamphoefner


La violence, l’humiliation aggrave seulement le conflit entre Israël et les Palestiniens.

En 1939, j’ai quitté le village de Kippenheim, en Allemagne, dans un car d’enfants – un petit groupe d’enfants a été autorisé à aller en Angleterre – c’est pourquoi, j’ai survécu à l’Holocauste.

En décembre, je suis allée en Israël pour honorer la mémoire de mes parents, Ella et Hugo Wachenheimer, qui n’ont pas survécu à la guerre contre les Juifs. Devant un monument près de Jérusalem, j'ai allumé des bougies pour mes parents et pour les 80.000 autres Juifs déportés de France vers les camps de la mort.

Il est impossible d’aller en Israël de nos jours sans se rendre compte de la menace constante constituée par les terroristes. Des poseurs de bombes se suicident en tuant et mutilant des personnes innocentes qui montent dans des autobus ou prennent un repas dans un restaurant.

Nous, les Juifs qui avons survécu à la Shoah, savons tous trop bien que prendre pour cible de façon intentionnelle des civils est illégal et immoral.

Aussi, je m'attriste de la perte de vies à Jérusalem dans des attaques- suicides.

Mais je m'attriste également de la perte de vies en Palestine, qui se produit presque quotidiennement. Ainsi, je suis allée en Palestine en tant que membre de l’International Solidarity Movement (ISM) pour observer les conditions difficiles de la vie quotidienne sous occupation militaire.

Cela aurait été assez d'arriver et de juste toucher une Palestinienne, placer ma main sur son épaule et lui dire que j'étais avec elle dans sa douleur. Mais j'ai vu et j’ai fait beaucoup plus.

A Bethlehem, j'ai vu un bulldozer Caterpillar écraser des oliviers de plus d’une centaine d’années pour dégager un chemin destinés aux fils barbelés coupants et aux fossés anti-tanks et diviser la ville où Jésus est né.

A Qalqilia, je me suis sentie petite face au Mur de Séparation d'Israël qui s’élève à plus de 8 mètres de haut. Dans l'expression du Président George W. Bush, il "serpente dans et hors de la Cisjordanie ." Il sépare les fermiers de leurs champs et enferme 50.000 résidants de tous les côtés.

A Masha, j'ai rejoint une manifestation contre ce mur. J'ai vu un panneau rouge avertissant de façon inquiétante "du DANGER MORTEL" à toute personne qui ose passer cette barrière. Alors j'ai vu les soldats israéliens viser les protestataires israéliens et internationaux non-armés.

J'ai vu le sang versé par Gil Na'amati, un jeune Israélien dont le premier acte public après avoir terminé son service militaire fut de protester contre ce mur. J'ai vu l’éclat logé dans la jambe d'Anne Farina, une de mes compagnes de voyage de St Louis. Et j'ai pensé à Kent State et à Jackson State, où les Gardes Nationaux avaient ouvert le feu en 1970 sur des protestataires contre la guerre du Vietnam.

Près de Der Beilut, j'ai vu la police israélienne ouvrir un canon à eau sur notre manifestation non-violente. Et je me suis rappelé Birmingham, Ala, en 1963 et je me suis demandé pourquoi une société démocratique répond à une réunion pacifique en essayant littéralement de noyer la voix de notre protestation.


À la fin du voyage j'ai eu une expérience choquante.

Je savais que ce que j'avais dit et fait était vu par certains comme discutable mais sûrement pas comme une menace. Aussi, je n'ai pas imaginé que les Forces de Sécurité Israélienne qui protègent l'aéroport Ben-Gurion maltraiteraient une survivante de l’Holocauste de 79 ans, en me retenant pendant cinq heures et en me déshabillant et en effectuant une fouille complètement inutile de chaque partie de mon corps nu.

La seule honte que ces fonctionnaires de la sécurité ont exprimé fut de retourner leurs insignes de sorte que leurs noms soient invisibles. Le seul but imaginable de cette violation brutale de mon intégrité corporelle était de m'humilier et de me terrifier.

Naturellement, je me suis senti humiliée par cet outrage, mais je refuse d'être terrifiée par des lâches qui cachent leur identité tout en s'engageant dans un tel manque de respect inutile. C'est une cruelle illusion qu’une force brutale de ce type procure la sécurité en Israël. M’avilir ne peut pas faire taire ma petite voix.

De même qu’humilier les Palestiniens ne peut éteindre leurs espoirs d’une patrie. Seule, la fin de cette occupation tout à fait inutile apportera la paix à la région.

Source : The Saint Louis Dispatch

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Résistances

Même auteur

Hedy Epstein

Même date

18 février 2004