Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2014 fois

Bilin -

Le Prix de la Non-violence à Bil’in

Par

Bil’in n'a pas toujours été pauvre.
Ces cinq dernières années, beaucoup de villageois se sont retrouvés coupés de leurs sources de revenu en raison de l'interdiction d'entrer en Israel pour les ouvriers palestiniens, du siège israélien sur les villes et les villages palestiniens et du vol des terres pour la construction de colonies.

Depuis un an, les villageois se sont affrontés aux militaires israéliens par diverses stratégies créatrices non-violentes afin d'interférer dans la construction de la barrière d'Annexion sur leur terre.


La barrière, justifiée par Israël comme mesure de sécurité, séparera les villageois de plus de la moitié de leurs terres afin d'intégrer à Israël la colonie illégale de Modi'in Illit et les terres environnantes pour son expansion future.


Cependant, l'utilisation de la stratégie de l'action directe non-violente a un prix. Depuis le 22 octobre 2005, les Forces de l'Occupation Israélienne ont mené des incursions nocturnes dans le village de Bil'in, et ont arrêtés des jeunes hommes et des adolescents.

Ceux qui ont été arrêtés ont rapporté qu'ils avaient maltraités ou torturés en prison.

Récemment, 18 villageois ont été condamnés de un à quatre mois de prison en Israël et à des amendes de 1.000 à 2.000 NIS chacun.

Les amendes 1.000 NIS (180 Euros) ainsi que le mois d'emprisonnement ont laissé des factures impayées

Beaucoup de familles ruinées économiquement ne peuvent pas payer ces amendes, et se sentent délaissées et humiliées, incapables d'empêcher les semaines d'abus à venir.

Suite à une bataille juridique contre le système militaire israélien, quelques prisonniers ont reçu une offre de libération sous caution d'un montant entre 2.000 et 10.000 NIS chacun.

Avec l'aide de généreux donateurs, les Fonds Juridiques de l'ISM ont pû soutenir la communauté de Bil'in, lui montrant ainsi qu'elle n'était pas seule dans sa résistance non violente.

Nous avons remis 39.000 NIS (7.000 Euros) de caution pour la libération des chefs et des activistes de la communauté et 18.000 NIS (3.200 Euros) d'amendes pour permettre aux familles de Bil'in de libérer ceux qu'ils aiment.

L'ISM voudrait vous remercier de votre soutien et vous demander de continuer à donner ainsi nous pourrons empêcher d'autres exemples d'incarcération inutile.

Ci-dessous, liste des personnes que les Fonds Juridiques de l'ISM ont aidé en utilisant vos contributions:

• Rateb Abu Rahme a été libéré contre une caution de 5.000 NIS (900 Euros) après avoir été arrêté alors qu'il était allongé sur le sol et q'il tenait une pierre tombale en carton où l'on pouvait lire : R.I.P. 2005. Les accusations d'agression ont été abandonnées et l'argent de sa caution a été rendu après qu'une preuve visuelle ait prouvé son innocence.

• Abdullah Abu Rahme a été libéré deux fois contre une caution de 11.000 NIS (2,000 Euros) après avoir été arrêté à l'extérieur d'une installation d'un pont où l'on pouvait lire : "La paix a besoin de ponts et non de murs" et une deuxième fois en tenant une pierre tombale.

• Abdel Fatah Burnat a été libéré contre une caution de 2.000 NIS (360 Euros) après avoir été arrêté alors qu'il se trouvait dans une cage installée sur le tracé de la barrière d'Annexion.

• Tamer a été libéré contre une caution de 2.000 NIS (360 Euros) après avoir été arrêté alors qu'il se trouvait dans un tube en métal placé sur tracé du mur.

• Riad et Elyan ont été libérés contre une caution de 15.000 NIS (2700 Euros), (5.000 payés par l'ISM et 10.000 par des groupes de pacifistes israéliens) après avoir été arrêté à l'extérieur d'une foule non-violente par des provocateurs en civil.

• Akram Khatib a été libéré contre une caution de 4.000 NIS (720 Euros) alors qu'il tentait d'empêcher l'arrestation d'Abdullah.

• Hamze Samara a été libéré contre une caution de 10.000 NIS (1800 Euros) et attend son procès. Il a été arrêté chez lui et accusé d'avoir endommagé la "barrière de sécurité".


Ashraf Ibrahim Abu Rahme, Abdullah Ahmed Yassin, (14 ans), Faraj Yasin (19 ans), Khalid Shokat Khatib (20 ans), Mohammed Abdel fatah Burnat, et Wajdi Khatib (17 ans) ont été libérés après avoir effectué une peine de un à quatre mois dans les prisons militaires israéliennes et payé une amende chacun de 1.000 NIS (180 Euros) à 2.000 NIS (360 Euros)


• Fadel Awad Ali Yassin(23 ans), Iwad Imram Khatib, Jawad Khatib (19 ans) Nour Mahmoud, Yassin (19 ans), Nayef Gazzi Al Khatib (18 ans), Basem Ahmed Issa Yassin (28 ans), Baasil Shokat Al Khatib (21 ans), Hasan Awad Yassin (26 ans), Mohammed Omran Khatib (23 ans) et Saji Mohammed Ali Nasser sont toujours en prison et ont payé une amende de 1000 NIS (180 Euros) chacun.


• Issrar Samara (22 ans) et Khelmi Abu Rahme sont toujours emprisonnés et attendent leur procès.

Source : www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Actions

Même auteur

ISM

Même date

14 février 2006