Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1282 fois

Bilin -

Le Village de Bil’in continue sa lutte Contre l'Apartheid israélien

Par

Le 30 décembre 2005, la création de Bil’in Ouest a été célébrée en opposition à la politique d'Apartheid israélienne qui exige son démantèlement.
La semaine dernière, des Palestiniens de Bil’in ainsi que leurs partisans israéliens et internationaux, ont établi l'“avant-poste” palestinien de “Bil’in Ouest” qu'ils appellent le “Centre Pour la Lutte Commune".

Le Village de Bil’in continue sa lutte Contre l'Apartheid israélien



Des Palestiniens, principalement des femmes, des enfants et des familles entières, sont arrivés à 8h au Centre, en apportant de la nourriture et de l'eau pour la journée, y compris un fourneau pour faire le pain, avec de l'huile d'olive et du Zaatar.

Ils ont également labouré leur terre toute la journée et se sont occupés de leurs oliviers qui ont été détruits ou endommagés au cours de l'année en raison de la construction du mur.

A 9h, le Centre et le terrain voisin a commencé à se remplir de médias venant du monde entier dont la chaine française TF1, Al-Jazeera, Associated Press et beaucoup d'autres.

Les activistes israéliens sont arrivés à 10h, et il y eut très rapidement près de 50 activistes appartenant aux groupes tels que les Anarchistes Israéliens Contre le Mur, Gush Shalom, et d'autres.

A 11h, Sheikh Tayeer Tammimi, l'imam de la Mosquée Al-Aqsa de Jérusalem est arrivé à Bil'in Ouest et il a aussitêt dirigé la prière de midi pour le village sur les terres de Bil'in qui avaient été détruites par la construction de la colonie illégale. Une personnalité politique palestinienne, Kaddoura Fares, a rejoint le village pour la prière.

À 12h, les parents de Rachel Corrie accompagnés d'une quarantaine d'internationaux sont venus en solidarité avec les familles du village de Bil'in.

Les Corrie et plusieurs activistes avaient été à Bethlehem ces trois derniers jours pour assister à la conférence internationale sur la Non-Violence, et sont venus à Bil'in pour être témoins de la poursuite de la construction du mur d'Apartheid illégal.

Tout en assistant à la manifestation, ils ont parlé avec des membres du Comité Populaire Contre le Mur, le cheik Tayeer Tammimi et ils ont passé le reste de l'après-midi avec la population du village, en appréciant leur hospitalité et en voyant de près la destruction et le vol des terres de Bil'in.


Sur le chemin menant au chantier de construction, les Corrie se sont arrêtés pour photographier les nombreux bulldozers Caterpillar et les véhicules qui travaillent à la construction du mur.

C'était un bulldozer D-9 construit par Caterpillar qui a tué leur fille Rachel Corrie. Elle était une pacifiste de l'ISM et citoyenne américaine. Elle a été tuée dans la ville de Rafah, dans la bande de Gaza, le 16 mars 2003 alors qu'elle protestait contre la démolition d'une maison palestinienne.

Le bulldozer D-9 est fabriqué par Caterpillar Inc. et est vendu par le programme de ventes militaire à l'étranger des ETATS-UNIS (le blindage est fourni par l'entreprise d'Etat israélienne, Israël Military Industries (IMI)).


Toute la journée, les soldats israéliens étaient présents par petits groupes autour de Bil'in Ouest, des groupes de 4 à 7 soldats, soit au total entre 30 et 40.

Bien que les gens aient été stoppés à plusieurs reprises pendant la journée, il y a eu peu d'interférence des militaires israéliens ce jour-là. C'était à l'opposé de la lutte non-violente de près d'une année au cours de laquelle la population de Bil'in a été traitée extrêmement violemment par les militaires israéliens, dont des tabassages, le tir de balles en métal recouvert de caoutchouc et de balles réelles, et des rafles nocturnes de garçons et de jeunes hommes à l'intérieur du village.

Cette journée fut un grand succès pour la population de Bil'in, qui avec leurs familles et leurs amis, ont pû se joindre aux Israéliens et aux internationaux sur leur terre pour défier la destruction constante par la force irrésistible de la construction des colonies illégales israéliennes.

Les efforts du gouvernement israélien pour surveiller et enlever l'avant-poste palestinien de Bil'in Ouest diffère totalement du soutien du gouvernement israélien pour l'établissement des centaines de colonies et avant-postes israéliens illégaux dans l'ensemble de la Cisjordanie .

La construction du mur d'Israël à Bil'in et dans d'autres villages est utilisée comme une excuse pour annexer la terre palestinienne dans l'ensemble de la Cisjordanie à Israël, ce qui est une violation du droit international.



Participez à la Campagne de Boycott d'Israël


Participez à la Campagne de Boycott de Caterpillar


Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Non Violence

Même date

31 décembre 2005