Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2081 fois

Negev -

Le gouvernement israélien démolit le village de Twail Abu-Jarwal

Par

Conseil Régional des Villages de Bédouins non-reconnus dans le Negev (RCUV), 10 Mai 2007

Le 8 mai 2007, le gouvernement israélien a démoli une nouvelle fois l'ensemble du village de Twail Abu-Jarwal dans le Negev soit 30 tentes et cabanes.
Au coucher du soleil, la chaleur suffocante de la journée avait disparu, nous étions assis à écouter les villageois raconter les destructions qui ont eu lieu ce matin.

A 9h30, deux bulldozers accompagnés de nombreux policiers armés et une poignée de jeunes des colonies de Cisjordanie - des "ouvriers" – sont arrivés pour démolir le village entier.
"J'étais au travail, je ne savais pas que ma maison avait été démolie jusqu'à ce que je sois rentré à la' maison', raconte l'un d'eux.

"Ils ont enterré vivant les petits que couvaient les colombes", dit tristement Yunis

"Plusieurs personnes du village sont en Jordanie pour un mariage, elles devaient le savoir, ils ont des informateurs partout, même au passage des frontières", ajoute un autre. Le conducteur du bulldozer a pris son temps, il a travaillé lentement et parfaitement, il n'a rien laissé debout, rien."

"De l'autre côté du village, ils ont détruit les citernes à eau, ils ont même détruit le fourgon en panne qu'un vieil homme utilisait comme abri."

"Et l'autre vieux type, Muhammad, ne voulait pas quitter sa maison, donc ils l'ont empoigné et l'ont sorti de force," raconte Ibrahim.

"Et puis, quand son fils Yaser a voulu lui faire de l'ombre et qu'il a ramassé du tissu sur le sol et le poteau de la tente dans son autre main, il a été arrêté par la police qui a affirmé qu'il était sur le point de le frapper."

"C'est la huitième fois en deux ans qu'ils viennent pour démolir. C'est la quatrième fois qu'ils rasent tout."

Aqil el-Talalqa, le chef du Conseil du village, est souvent allé voir des représentants du Ministère de l'Intérieur, l'Autorité pour l'Evolution" des Bédouins, et l'Autorité des Terres Israéliennes. Ils ont proposé que lui et le village aillent dans un autre endroit provisoire, alors que le gouvernement étudie quoi faire de ces gens.
Mais Aqil refuse ; il en a assez des solutions provisoires. La population a été déplacée "temporairement" en 1952, et depuis, elle a toujours été repoussée.

Les 500 membres du village vivent toujours dans des maisons provisoires trop petites aux périphéries de Laqia sans possibilité d'obtenir de permis de construire ; leurs maisons dans leur village héréditaire sont démolies chaque mois, ils attendent toujours les parcelles de terrain qu'ils ont acheté dans la ville de Laqia en 1978.

N'est-il pas temps de proposer une solution permanente ?

Les gens du village ont présenté leur cas devant des cours israéliennes. En attendant leurs maisons sont démolies

Nous étions tranquillement assis à regarder fixement les ruines des maisons, à regarder les moutons déambuler.

Yunis a brisé le silence : "Mais les petits des colombes, pourquoi les ont-ils enterrés vivant ?"


Source : http://www.palsolidarity.org/main/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

Yeela Raanan

Même date

13 mai 2007