Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1985 fois

Gaza -

Le sang de Raghada recouvre sa chaise d’école

Par

Article traduit de l'Arabe par Saeb Bannoura

Le sang de Raghada a recouvert sa chaise, à l’école de filles de Khan Younis, qui maintenant restera vide, laissant l’école dans la tristesse et sous le choc après qu’un soldat israélien ait ouvert le feu sur l’école et l’ait tuée tandis que des dizaines d’élèves paniquées sortaient en courant de leurs classes pour essayer d’échapper à la mort.

Raghada, 11 ans, était assise sur sa chaise de CM2, la première semaine de la rentrée, quand une balle lui est entrée dans la tête, laissant ses rêves innocents à la merci de la machine qui la fait vivre, à l’hôpital Nasser de Khan Younis.

Le sang de Raghada a recouvert sa chaise, à l’école de filles de Khan Younis, qui maintenant restera vide, laissant l’école dans la tristesse et sous le choc après qu’un soldat israélien ait ouvert le feu sur l’école et l’ait tuée tandis que des dizaines d’élèves paniquées sortaient en courant de leurs classes pour essayer d’échapper à la mort.

Le professeur essaya de calmer la panique des élèves, mais le pouvait-il après avoir vu leur camarade baigner dans son sang ?

Des cris et des voix terrorisées dominaient la scène, Haneen Assaf qui s’asseyait toujours à côté de Raghada au premier rang de la classe fait le récit de ce nouveau crime, raconte : "Nous écoutions le professeur quand nous avons entendu tirer et un grand cri. Ace moment j’ai vu Raghada montrer le côté droit de sa tête, et immédiatement tomber par terre ruisselante de sang. Notre professeur s’est précipitée vers elle et l’a transportée pour l’emmener à l’hôpital Nasser qui se trouve à seulement quelques mètres de notre école".

On voit clairement sur son visage tous les signes de la peur et du choc, elle a montré la fenêtre de la classe par laquelle était entrée la balle et dit : "C’est de là qu’est venue la balle qui est entrée dans la tête de mon amie, l’amie dont je ne sais pas quand, ni si je la reverrai jamais".


Sur le dernier banc de la classe est assise Samar Abu Khadder, qui regardait le siège de Raghada et dit : "Elle était une des filles les plus brillantes, elle portait toujours des grandes marques, pourquoi… pourquoi l’ont-ils tuée, qu’est-ce qu’elle leur a fait, nous ne sommes que des enfants qui ne rêvons que de vivre comme tous les autres enfants de l’univers, nous voulons jouer comme eux, apprendre comme eux, rêver comme eux, pourquoi doivent-ils (les soldats) nous tuer et tirer sur nous quand nous sommes assis dans nos classes"


La cour de récréation, trois jeunes filles se tenant par la main, frissonnent de peur d’avoir vu leur camarade s’écrouler couverte de son sang, qui est encore là sur son siège, près de son stylo, et de ses livres.

Des parents qui paniqués se sont précipités à l’école inquiets pour leurs filles, ont dit que le tir est venu des tours militaires qui s‘élèvent à plus de trente mètres de haut dans les colonies de Naveh Dkalim et de Gani Tal .
Les deux colonies et les tours militaires sont à un kilomètre de l’école.

Waleed Mkheimar, professeur de l’école, qui a condamné ce crime, les agressions et les violations continuelles, directeur du Ministère de l’Education à Khan Younis a déclaré que les soldats ont récemment pris pour cible plusieurs écoles et établissements d’enseignement endommageant sévèrement ces établissements scolaires.


Mkheimar a déclaré que les grandes tours militaires, qui sont même déplaçables, dans les camps militaire à l’ouest de Khan Younis ont provoqué la mort et les blessures de dizaines d’élèves de la région, en plus des graves dommages causés à différents bâtiments et mobiliers.


Mkheimar a fait appel à la Communauté internationale et aux organisations humanitaire toujours parfaitement conscientes de cet univers pour qu’elles viennent en aide aux palestiniens pour protéger leurs enfants contre les tirs militaires et les bombardements.


Les écoles sont des lieux où les parents devraient pouvoir se sentir tranquilles d’envoyer leurs enfants pour qu’ils y reçoivent l’enseignement et grandissent pour un futur meilleur, malheureusement les tirs militaire rendent les écoles dangereuses.


L’armée et pas seulement à Khan Younis, a constamment pris pour cibles les écoles et les élèves, violant clairement toutes les règles et tous les principes des Droits de l’homme.


Dans un autre incident, mais c’est presque la même scène, les soldats ont tiré jeudi sur dix élèves de Tubas, dans le nord de la Cisjordanie faisant des dizaines de blessés.

L’agression s’est produite à l’école primaire de garçons "Iben Al-Nafees", à Tubas. Des dizaines d’élèves suffoquaient après avoir reçu des gaz tirés par l’armée alors qu’ils étaient en classe et dans la cours de récréation.


Abdullah Al-Shareef,directeur de l’école a déclaré que les soldats ont tiré des gaz sur l’école pendant que les élèves jouaient dans la cour de récréation. « Des dizaines d’autres élèves ont été effrayés et paniqués et ont été pris de vertiges pendant que d’autres élèves s’évanouissaient. » dit Al-Shareef.


Quatre élèves au moins ont été hospitalisés. Parents, élèves et professeur, et quiconque est un être humain conscient ont pour but d’assurer un meilleur futur pour les enfants de ce monde ; les écoles où les enfants reçoivent leur première année d’éducation devraient être les endroits les plus protégées, et non une cible pour les tirs quotidiens de l’armée et ses agressions.


Les Parents des enfants palestiniens en appellent au monde pour les aider à apporter la sécurité et un environnement sain à leurs enfants pour qu’ils reçoivent l’enseignement scolaire et non les tirs de l’armée et la mort.

Source : www.imemc.org/

Traduction : CS pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Enfants

Même auteur

WAFA

Même date

8 septembre 2004