Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1245 fois

Qalqilia -

Le siège du village d'Azzoun continue

Par

Azzoun reste sous couvre-feu total après l'invasion de vendredi dernier 8 février. Le village de 11.000 habitants, situé dans la région de Qalqilya, est actuellement assiégé, les habitants ne peuvent quitter leurs maisons et les magasins sont obligés de rester fermés depuis que dix chars israéliens ont envahi le village vendredi à 19 heures.

Le siège du village d'Azzoun continue


Les soldats israéliens ont terrorisé le village pendant ces trois derniers jours, tirant à balles réelles, à balles caoutchouc-acier des bombes assourdissantes pour effrayer les gens. Azzoun est assiégé presque tous les jours depuis deux ans.

Onze jeunes ont été pris par l'armée, deux d'entre eux ont été arrêtés et sont actuellement en prison. L'un de ces jeunes a été arrêté dimanche matin alors qu'il essayait de se procurer un médicament pour sa mère diabétique. D'autres ont été pris puis relâchés plus tard, et ils ont dit que l'armée les avait battus. Les militants pour les droits de l'homme ont été témoins de la détention de quatre de ses jeunes à l'entrée principale d'Azzoun, menottés et les yeux bandés, avant d'être libérés sans charge. Interrogés, les soldats ont dit que les jeunes avaient été détenus pour violation du couvre-feu.

Lorsque les habitants du village se sont réveillés samedi matin, ils ont découvert que l'entrée principale du village, qui venait juste d'être ouverte la veille, était à nouveau bloquée par des monticules de terre de deux mètres de haut et des barbelés à lame. Certains des habitants ont spontanément commencé à essayer de les enlever, mais les soldats les ont menacés de leur tirer dessus. Toute traversée du barrage de terre est interdite.

Pendant la journée, six jeeps ne cessent de sillonner les rues d'Azzoun, toutes sirènes hurlantes, tirant des grenades assourdissantes et des balles réelles pour annoncer leur présence, commandant aux habitants de rester chez eux.

Alors que deux militants internationaux essayaient de filmer cette punition collective du village, ils ont été violemment attaqués par les soldats qui ont tenté de voler leur caméra, forçant les militants à se mettre sur le sol. Dans l'impossibilité d'obtenir que les militants leur donnent la caméra, les soldats ont menacé de la casser s'ils filmaient encore. A la réflexion que c'était illégal, le commandant de l'unité a déclaré : "C'est moi qui décide ce qui est légal."

Dimanche, quatre jeeps ont patrouillé le village, tirant à nouveau des grenades assourdissantes et des balles réelles. Les soldats ont enfoncé la porte d'une maison pour l'envahir et ont kidnappé un jeune, qui est toujours détenu. Le couvre-feu a été imposé toute la journée, en dépit des assertions du Bureau de Commandement de District (DCO) disant qu'il avait été levé le matin de bonne heure.

Pendant la nuit, on a vu des bulldozers dans le village, en train de bloquer toutes les routes sauf deux, y compris les routes agricoles.
Le siège d'Azzoun est terrible pour l'économie locale, avec tous les bureaux et magasins obligés de fermer et les fermiers dans l'incapacité de s'occuper de leurs cultures et de vendre leurs produits. Ce centre d'activités commerciales, tellement prospère il y a quelques années, est économiquement paralysé par deux années de couvre-feux imposés par l'armée israélienne.

Les soldats ont informé les militants des droits de l'homme que le couvre-feu et les barrages routiers étaient imposés à cause d'un projectile qui aurait été jeté sur une route pour israéliens, au nord d'Azzoun.

Ces mesures sont une fois de plus un exemple clair de punition collective, illégale selon la loi internationale.

Voir quelques photos d'Azzoun assiégé

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

12 février 2008