Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2578 fois

Tulkarem -

Le village de Shufa plongé dans le noir depuis 6 jours

Par

Le village de Shufa près de Tulkarem s’est retrouvé sans électricité pendant six jours de suite après que les groupes électrogènes de la municipalité, qui sont la seule source d'électricité pour le village, aient grillé.
Depuis 2001, Shufa n’a pas été autorisé par les autorités israéliennes à être relié au principal réseau électrique, malgré le fait que tous les pilonnes et les lignes soient installés. "Nous avons essayé à de nombreuses reprises de recevoir l'électricité de la municipalité de Tulkarem ou d'Israël, mais Israël ne l’autorise pas" dit un résident de la localité.

Le village de Shufa plongé dans le noir depuis 6 jours


Jusqu'à il y a six jours, le village était alimenté en électricité par des générateurs appartenant à la municipalité pendant six heures par jour - de 18h à minuit; ou moins si le prix du diesel est élevé. Toutefois, le coût de l'électricité produite est très prohibitif, cinq shekels par kilowatt. Dans la ville de Tulkarem, les résidents paient moins d'un shekel le kilowatt.

Cela a contraint les habitants à utiliser le moins possible d’électricité, avec des factures mensuelles d’électricité régulièrement supérieure à 500 shekels rien que pour faire fonctionner les lumières et les réfrigérateurs pendant six heures par jour.

Un habitant de Tulkarem compare : «J'ai l'air conditionné en été, le chauffage l'hiver, une machine à laver, tout fonctionne 24 heures par jour. Et ma facture ne n’élève qu’à 250 shekels par mois".

Maintenant, les habitants n’ont plus du tout d’électricité. "Je suis désolé je ne peux vous offrir que de l'eau froide", s'excuse un habitant, Ahmad, "il n'y a pas d'électricité, donc le réfrigérateur ne fonctionne pas. Hier, ma mère a dû jeter tous les aliments. Tous les poulets et la viande qui se trouvaient dans le congélateur : tout était fichu".

On ne sait pas quand il y aura de nouveau de l'électricité, puisque la municipalité de Shufa n’a pas les moyens de faire réparer les groupes électrogènes. On estime qu’il faudrait 20.000 Shekels rien que pour transporter les générateurs chez le réparateur. "J'ai interrogé le chef du conseil local et il m’a dit qu’il ne savait vraiment pas", a indiqué Ahmad.

Alors que la mosquée du village, et quelques-uns des habitants les plus riches ont des générateurs privés, le reste du village s’est retrouvé dans le noir la nuit. "Si vous venez pendant la nuit, c'est un endroit tranquille, comme un cimetière."

Bien que, légalement, Israël ne devrait pas avoir le droit de refuser l’électricité à Shufa, dans la pratique, les lignes électriques doivent nécessairement passer par la zone C - les zones de la Cisjordanie qui, depuis l'accord d'Oslo de 1994, sont sous le contrôle total du gouvernement israélien.

Ce refus pose donc la question de savoir pourquoi les autorités israéliennes font cela. La réponse pourrait se trouver dans la localisation stratégique du village, dont le nom "Shufa" fait référence au fait que le village occupe une importante position puisqu’il domine les secteurs environnants. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'une stratégie visant à obliger les Palestiniens à quitter le village.

Si tel est le cas, c’est une stratégie qui fonctionne. Au cours des cinq dernières années, on estime que plus de 30 familles sur les 150 familles vivant dans le village sont parties, à la recherche d’une vie meilleure ailleurs.

Avant cela, de nombreux villageois s’étaient aussi déplacés de Shufa à Izbit Shufa - la partie basse du village, séparée par une route d’un 1 km bloquée à quatre endroits par des monticules de terre - en raison de la facilité de la vie avec l'électricité et des solutions de transport viables, qui sont refusées à Shufa.

Alors que le siège qui a plongé Gaza dans les ténèbres fait les gros titres dans le monde entier, Shufa souffre en silence. Bien que les autorités israéliennes fassent actuellement miroiter la promesse de relier Shufa au réseau électrique en Décembre ou Janvier, les villageois n’ont pas beaucoup d'espoir.

"Ils disent cela tout le temps», explique Ahmad. "Toujours, ils disent, peut-être dans un mois, deux mois, trois mois, vous aurez l'électricité. Il ne se passe jamais rien". Jusqu'à ce que cela arrive, les habitants de Shufa pourraient bien continuer à passer leurs soirées aux chandelles.


Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Tulkarem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

ISM

Même date

19 octobre 2008