Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1970 fois

Israël -

Les Forces d’Occupation Israéliennes ont tué des civils dans la bande de Gaza grâce au laxisme des règles d'engagement

Par

Au cours de l'opération Plomb Durci, les Forces d’Occupation Israéliennes ont tué des civils palestiniens grâce aux règles d'engagement laxistes et ont intentionnellement détruit leurs biens, déclarent des soldats qui ont combattu dans l'offensive.
Les soldats sont diplômés de l’académie militaire Yitzhak Rabin du Collège Oranim à Tivon.

Certaines de leurs déclarations du 13 février paraîtront jeudi et vendredi dans Haaretz. Des dizaines de diplômés de la formation qui ont pris part au débat ont participé aux opérations dans la Bande de Gaza.

Parmi les intervenants, il y a des pilotes et des soldats d'infanterie. Leur témoignage va à l'encontre des affirmations des Forces d’Occupation Israéliennes disant que les troupes israéliennes ont observé un haut niveau de comportement moral au cours de l'opération. La transcription de la session a été publiée cette semaine dans le bulletin d'information des diplômés du cours.

Les témoignages incluent une description par un chef de brigade d'infanterie d'un incident où un tireur d’élite des FOI a tué «par erreur» une mère palestinienne et ses deux enfants.

«Il y avait une maison avec une famille à l’intérieur.... nous les avons mis dans une pièce. Plus tard, nous avons quitté la maison et un autre peloton est entré et quelques jours après, un ordre est arrivé de libérer la famille. Ils avaient installé des positions à l’étage. Il y avait une position de tireurs d'élite sur le toit", dit le soldat.

"Le commandant de peloton a laissé partir la famille et leur a dit d'aller à droite. La mère et ses deux enfants n’ont pas compris et ils sont allés à gauche, mais ils ont oublié de dire au tireur d’élite sur le toit qu’ils les laissaient partir et que tout était ok, et qu’il ne devait pas tirer et il ... il a fait ce qu'il était supposé, puisqu’il suivait les ordres."

Selon le chef de brigade: «Le tireur d'élite a vu une femme et des enfants s’approcher de lui, au-delà de la ligne qu’ils ne devaient pas dépasser, selon les ordres reçus. Il a tiré sur eux. En tout cas, ce qui s'est passé c’est qu’en fin de compte, il les a tués.

"Je ne crois pas qu'il se soit senti mal, car après tout, dans la mesure où il était concerné, il fait son travail selon les ordres qu'il avait reçu. Et l'ambiance en général, de ce que j'ai compris de la plupart des hommes à qui j'ai parlé... je ne sais pas comment décrire cela .... La vie des Palestiniens, comment le dire, est énormément moins importante que la vie de nos soldats. Ainsi, dans la mesure où ils sont concernés, ils peuvent le justifier de cette manière", a t-il dit.

Un autre chef de brigade de la même brigade a raconté un incident au cours duquel le commandant de peloton a ordonné qu'une vieille dame palestinienne soit tuée par balle alors qu'elle se promenait sur une route à environ 100 mètres d'une maison que le peloton avait réquisitionnée.

Le chef de brigade a déclaré qu'il s'est disputé avec son commandant au sujet du laxisme des règles d’engagement qui ont permis le «nettoyage» des maisons en tirant sans avertissement préalable sur les habitants. Après que les ordres aient été modifiées, les soldats du peloton leader se sont plaints en disant : «Nous devrions tuer tout le monde là-bas [dans le centre de la bande de Gaza]. Ce sont tous des terroristes."

Le chef de brigade, a déclaré: "D’après les officiers, vous n'avez pas l'impression qu’il y a une logique dans cela, mais ils ne disent rien. Ecrire «Mort aux Arabes» sur les murs, prendre des photos d’une famille et cracher dessus, simplement parce que vous le pouvez. Je pense que c'est la chose principale: Comprendre à quel point l'armée israélienne a baissé dans le domaine de l'éthique, vraiment. C'est ce dont je me souviendrai le plus."

Le chef de la formation militaire, Danny Zamir, a déclaré à Haaretz mercredi qu'il ne savait pas à l'avance ce qu’allaient dire les soldats lors de la rencontre, et ce qu'ils ont dit "nous a choqués." Il a dit qu’après avoir entendu les soldats des FOI, il a parlé au chef d'état-major, Gabi Ashkenazi, de ses craintes d'un grave échec moral dans les rangs de des FOI.

Le bureau du chef d’Etat-Major a demandé une copie de la transcription de la discussion, et Zamir lui a founie. Cette semaine, Zamir a rencontré le responsable de l'éducation de l'armée israélienne, le Brig. Gen Eli Shermeister, pour discuter du sujet. Zamir a déclaré qu’il pensait que l'armée prendra l'affaire au sérieux. "Ils n'ont pas l'intention d'échapper à leurs responsabilités", a t-il dit.

Le porte-parole du bureau des FOI a déclaré: «À la suite de la demande du chef de la formation militaire Rabin, M. Danny Zamir, au chef du bureau de l’Etat-Major, une réunion a eu lieu entre Zamir et le responsable de l'éducation, le Général Eli Shermeister. L’officier responsable de l'éducation a expliqué à la direction de la formation militaire que des procédures d’enquêtes opérationnelles et éthiques seraient menées par les FOI et l’équipe du responsable de l'éducation à tous les niveaux."

Le responsable de l'éducation a également expliqué « les mesures prises avant, pendant et après l'opération pour inculquer aux soldats et aux commandants des aspects moraux du combat."

Le porte-parole a déclaré que «le Général Shermeister a également précisé que l'armée israélienne est en train de mener des enquêtes détaillées et que les commandants encouragent les discussions sur ces questions. L'armée israélienne n'a pas d'information préalable sur ces événements. L'armée israélienne vérifiera leur véracité et enquêtera, au besoin. Le chef de l’académie militaire a reçu l’ordre également de transmettre à l'armée israélienne toutes les informations afin que nous puissions traiter cette question et enquêter en profondeur. "

D'autres témoignages de soldats seront publiés dans Haaretz au cours des prochains jours.






La "Direction Générale de l'Information" israélienne dit qu'elle est en train de gagner la "guerre des mots" dans les médias en envoyant et en répétant des messages clés dans les médias du monde entier et en utilisant les méthodes de propagande moderne afin de s'assurer qu'elles sont acceptées en tant que consensus indiscutable consensus dans l'opinion publique .

Toutefois, elle a également admis que lorsqu'il s'agit des images, ils ne peuvent pas gagner la bataille, parce que les images parlent d'elles-mêmes.

Susan Howard-Azzeh

Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Racisme

Même auteur

Amos Harel

Même date

19 mars 2009