Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2428 fois

Jayyous -

Les Forces d’Occupation Israéliennes prennent un jeune Palestinien en otage pendant l'invasion de Jayyous (VIDEO)

Par

Les Forces d’Occupation Israéliennes ont continué leurs dernières attaques contre le village de Jayyous, près de Qalqilya, en l’envahissant les 5 et 6 Février dernier.
Le 5 Février, les Forces d’Occupation Israélienne (FOI) ont envahi le village à 14h, en y imposant un couvre-feu jusqu'à 22h.
Le lendemain, vers 12h30, l'armée a de nouveau pénétré dans le village, en utilisant cette fois un bulldozer pour ouvrir le chemin à 6 jeeps et à des dizaines de soldats et de policiers des frontières qui tiraient du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

Les Forces d’Occupation Israéliennes prennent un jeune Palestinien en otage pendant l'invasion de Jayyous (VIDEO)


Les soldats israéliens ont ensuite occupé une maison, en prenant position sur le toit alors que les villageois tentaient de résister à l'invasion en jetant des pierres.

Les FOI ont aussi tenté d’entrer par effraction dans une autre maison à proximité. Lorsque leur tentative d'ouvrir la serrure de la porte d’entrée avec une pierre a échoué, ils ont utilisé le bulldozer pour l’ouvrir, causant de nombreux dégâts à la porte. Pourtant, malgré de nombreuses tentatives, ils n’ont pas réussi à fracturer la porte d'entrée et ont menacé en permanence les militants des droits de l’homme qui filmaient et tentaient de les arrêter.

Plusieurs jeeps et des soldats à pied sont ensuite descendus dans le village en continuant à tirer sur les résidents. Lorsque les militants internationaux se sont confrontés aux soldats, on leur a dit que le secteur était une zone militaire fermée et que les étrangers étaient menacés d'arrestation s'ils restaient. Pendant tout ce temps, les soldats israéliens n'avaient pas les papiers requis pour déclarer le secteur Zone Militaire Fermée.

L'armée s’est déployée dans l’ensemble du village, en tirant des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des balles réelles au hasard, à un tel point que l’on pouvait penser qu’ils prenaient cette invasion comme un jeu.



Les soldats se déplaçaient vers une maison dans le centre du village, quand deux militants sont arrivés à portée de vue de la maison. Les soldats ont tiré sur les militants internationaux à une distance d'environ 10 mètres, alors que ces derniers étaient clairement non armés et qu’ils avaient même été reconnus par les soldats avant qu’ils leur tirent dessus.

Les soldats sont alors sortis de la maison avec un jeune homme et l’ont emmené vers les jeeps, lorsque son frère, qui tentait d'empêcher l'arrestation a été gravement blessé au bras par une balle de caoutchouc tirée à bout portant. Alors qu’un militant des droits de l’homme se dirigeait vers le lieu où les soldats israéliens arrêtaient le jeune homme, un soldat a de nouveau tiré sur son frère, en visant de toute évidence sa tête.

Pendant la demi-heure suivante, de nombreux villageois sont sortis de leurs maisons et s’en sont pris aux soldats, en demandant la libération du garçon et leur retrait du village. Plus d'une fois, les soldats ont utilisé des grenades assourdissantes, en les jetant sur la foule composée principalement de femmes et d’hommes âgés.

En réponse aux tentatives visant à libérer le garçon, les soldats ont utilisé la violence physique et ont pointé leurs armes sur le visage des gens. Les soldats israéliens sont finalement repartis à la limite du village près de la porte sud. Ils ont dit aux villageois qu'ils allaient rester là et que si le village restait tranquille pendant 5 minutes, ils libéreraient le garçon, ainsi il était évident qu'ils l’avaient arrêté sans aucune autre raison, juste pour faire pression.

Au bout d’une demi-heure, après l’arrivée de la DCO israélienne et des négociations fermes du grand-père, le garçon a été libéré. Pendant ce temps, l'armée a obtenu l'accès à la maison dont ils avaient tenté de fracturer l’entrée auparavant et des snipers ont pris position sur le toit. Après plusieurs affrontements entre les jeunes du village et l'armée israélienne, les Forces d'Occupation sont retirées temporairement à la porte sud, avant d’entrer une nouvelle fois dans le village, cette fois à pied et sans le soutien de jeeps.

A la nuit tombée, les Forces d'Occupation se sont à nouveau retirées près de la porte sud, avant de se déployer le long de la clôture qui longe la lisière du village.

Les jeunes du village ont tenté et réussi à plusieurs reprises à enflammer des pneus sur la clôture mais les soldats ont utilisé des fusées éclairantes et ont tiré à de nombreuses reprises au fusil automatique.

Cela a continué pendant plusieurs heures jusqu'à ce que le village soit à nouveau envahi par de nombreuses jeeps et soldats et que l’ensemble du village soit encore une fois placé sous couvre-feu.

Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jayyous

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

8 février 2009