Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2008 fois

Qalqilia -

Les Forces d’Occupation Sionistes imposent un couvre-feu à Azzoun

Par

Le samedi 12 Septembre à 10h30, un couvre-feu a été imposé au village d'Azzoun, près de Qalqiliya, pour la troisième fois en 6 jours. Les soldats sionistes ont annoncé par haut-parleur le couvre-feu depuis une jeep sans donner d’autres explications aux villageois. Les villageois ont été forcés de rester chez eux jusqu'à l'Iftar, la rupture du jeûne pendant le mois sacré du Ramadan.

Les Forces d’Occupation Sionistes imposent un couvre-feu à Azzoun


Ci-dessus : localisation du village d'Azzoun - agrandir la carte

Le mardi 8 Septembre, une jeep de l'armée israélienne était entrée dans le village et avait tiré en l’air à balles réelles. Elle a été suivie par 7 autres jeeps qui ont annoncé un couvre-feu et obligé les propriétaires de magasins à fermer leurs boutiques à 17h, peu de temps avant l'Iftar, faisant perdre aux commerçants les produits périssables qui auraient dû être achetés juste avant l'iftar. Le couvre-feu a duré jusqu'à environ 2 heures du matin, lorsque les forces sionistes ont envahi le village en lançant des grenades assourdissantes et bouclé les issues en installant des barrages et des monticules de terre pour empêcher toute entrée ou sortie.
Ils ont aussi harcelé les villageois vivant le long de la route principale, proche de la Route 55, une route israélienne illégale qui est ouverte en partie au trafic palestinien.

Le jeudi 10 Septembre à 19h30, 2 jeeps avec environ 15 à 16 soldats par jeep, ont de nouveau envahi le village en tirant à balles réelles et des gaz lacrymogènes. Les Forces d’Occupation Sionistes se sont rendues au Lycée de Garçons où des jeunes locaux regardaient et jouaient au basket et à d’autres sports. Les soldats ont donné 2 minutes aux garçons pour quitter l’école et rentrer chez eux sans donner aucune explication.

En entrant dans l'école, les soldats sionistes ont arrêté deux garçons de 13 ans et les ont kidnappés pour les emmener vers un lieu inconnu. Les jeeps ont alors patrouillé le village pendant plusieurs heures avant d'imposer un autre couvre-feu au village.

Après minuit, le village a été envahi par près de 35 jeeps. Les soldats ont alors commencé à fouiller des maisons où, selon eux, vivaient des garçons "recherchés". Ils ont fait des dégâts et harcelé les habitants.

Au cours des perquisitions, les soldats sionistes ont arrêté Samir Jamal Ishadey (20 ans), Mohammed Rafah Cartesh et Adham Saahar Saleem (15 ans), et les ont emmenés vers un lieu inconnu. On pense que Mohammed a tenté de résister à son arrestation et qu’à ce moment-là, les soldats lui ont tiré dessus, mais lorsque que les ambulanciers du Croissant-Rouge ont essayé de se rendre sur les lieux, les soldats les ont empêché de s’approcher. Mohammed a été arrêté et son état reste inconnu.

Lorsque les soldats ont arrêté Samir, ils ont agressé son frère Mohammed Jamal, en lui donnant des coups de crosse de fusil sur la tête et dans le dos. Cette attaque a été menée par un groupe de soldats qui avaient insulté Muhammed et Samir, lors de l'invasion de mardi soir, en les traitant de «fils de pute». Muhammed avait alors insulté le soldat et jeudi, le même soldat faisait partie du groupe de soldats qui l’ont agressé et arrêté son frère deux jours plus tard.

Le vendredi 11 Septembre à 5 heures du matin, les Forces d’Occupation Sionistes ont à nouveau imposé un couvre-feu qui a duré jusqu’aux prières de midi.
Des internationaux sont arrivés dans le village, peu après les prières de midi et ils pouvaient voir les soldats à la périphérie du village.

Alors qu’il faisait le tour des monticules de terre installés par les soldats sionistes pour empêcher tout mouvement dans et hors d’Azzun, un agriculteur a été agressé par un groupe de soldats assis sous un arbre. Il a été giflé au visage et des internationaux se sont rendus dans le secteur. A 16h00, un groupe de 20 colons et de 6 voitures ont tenté de s’approcher du village pour harceler et attaquer les commerces et les maisons voisines, mais les soldats les en ont empêchés.

Au cours des derniers mois, environ 105 garçons du village ont été arrêtés et emmenés vers une destination inconnue. Ils peuvent être détenus pendant une période de 6 mois en détention administrative sans accès à un avocat ou à leur famille.

Cette durée peut être prolongée indéfiniment pour des raisons de "sécurité" qui ne sont pas divulguées à la personne détenue. La Croix-Rouge et d'autres ONGs n’ont également pas le droit de voir les détenus ou de savoir où ils sont pendant une période pouvant aller jusqu’à 20 jours.

Selon l'occupation militaire israélienne, les Palestiniens de plus de 13 ans sont considérés comme des «adultes», ce qui est une violation flagrante du droit des enfants.

Le village d'Azzun et les villages voisins sont constamment soumis à la violence de l'armée et des colons. Le village est entouré par le Mur de l'Apartheid, les colonies illégales de Ma'ale Shomeron et d’Alfe Menashe et par la route 55. Les soldats sionistes affirment que les jeunes palestiniens jettent des pierres sur les véhicules de colons qui passent sur la route 55.

Ils ont fermé 3 sorties du village par des monticules de terre, ne laissant ainsi qu’une seule issue pour les véhicules de village via les villages d’Izbat at-Tabib et d’Isla pour accéder à la route 55 et à la route en direction de Naplouse, Tulkarem et Qalqilya, rallongeant considérablement le voyage.

Pendant les invasions, ils peuvent facilement bloquer cette route qui rend quasiment impossible aux villageois de se déplacer ou d’avoir accès aux villes voisines.

Comme de nombreux autres villages, Azzun a perdu des milliers d'hectares de terres pour la construction des colonies et du Mur.

Le Gouvernement israélien a accordé l'autorisation pour la construction d'une nouvelle route reliant les colonies illégales sur les terres d’Azzun, favorisant l'annexion des terres, ce qui fait partie de la philosophie de la croissance naturelle du Premier Ministre Netanyahu. La route elle-même sera également entourée d’une zone de 600 mètres de Zone Militaire Fermée.

Le gouvernement israélien a également donné son accord à la construction d’une nouvelle zone industrielle et au cours des 2 derniers mois, de nombreux colons sont venus régulièrement dans le secteur qui appartient aux villages palestiniens d'Azzun et d’Izbat at Tabib. La zone industrielle annexera 2500 dounams de terres palestiniennes.

Les villages qui, autrefois, n’étaient éloignés que de 2 km, sont désormais séparés par un ensemble de zones militaires fermées, de Murs, de clôtures, de monticules de terre et des bâtiments de colons.

Le Mur de l'Apartheid et les colonies sont illégales au regard du droit international et la Cour Internationale de Justice a statué en 2004 que le mur devrait être démantelé.

Israël continue de construire le mur et d’agrandir des colonies en violation directe de ces décisions. Seules 27% des terres situées derrière la Ligne Verte (la ligne d'armistice établie après la guerre de 1967) sont considérées comme disponibles pour les Palestiniens.

Plus de 450.000 colons vivent en Cisjordanie où ils annexent des terres palestiniennes et démolissent des maisons pour y créer un réseau de routes et des infrastructures non accessibles aux Palestiniens, bien que ces terres appartiennent à des Palestiniens.

Source : http://palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

14 septembre 2009