Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2302 fois

Palestine -

Les Palestiniens de Bir Idd continuent de s'accrocher à leur terre malgré le harcèlement de l’armée

Par

Les militants d’ISM viennent de passer les trois dernières semaines avec une communauté troglodyte de Bir Idd, au sud d’Hébron, à la lisière même du désert du Néguev. Les villageois, qui vivent de l’élevage de moutons et de chèvres, ainsi que des cultures saisonnières, sont arrivés récemment, après qu’un ordre du tribunal leur ait donné l’autorisation de le faire après 10 ans d’exil.

Les Palestiniens de Bir Idd continuent de s'accrocher à leur terre malgré le harcèlement de l’armée


En 1999, l’armée israélienne avait expulsé par la force les 700 personnes qui vivaient dans ce secteur, détruisant les maisons en pierre et faisant exploser les cavernes. Jusqu’à aujourd’hui, toutes les tentatives des villageois de récupérer leur terre s’étaient heurtées à la violence des colons des trois colonies voisines, Mezadot Yehuda, Susiya et Mitzpe Yair, toutes trois illégales selon le droit international.

La réponse des associations pour les droits de l’homme a été formidable. Taayush a fait des expéditions fréquentes dans le village, la Croix-Rouge internationale a procuré aux villageois des tentes, des matelas et des ustensiles de cuisine, parmi d’autres articles, et Breaking the Silence a emmené 30 personnes faire un tour de la région pour leur faire prendre conscience des conditions de vie très dures. Plusieurs tentes sont maintenant debout, des enclos pour le bétail ont été restaurés et 3 familles vivent maintenant à Bir Idd, et on espère qu’elles sont les premières d’une longue série.

Le succès a cependant rencontré le harcèlement de l’armée, qui continue d’intimider les Palestiniens lorsqu’ils se servent de la route qu’ils ont eux-mêmes construite à grand frais, et les obligent à emprunter un chemin de terre complètement impraticable.

Mercredi 25 novembre, les villageois ont manqué d’eau potable à cause de problèmes de communication, et lorsque Taayush a entrepris de leur en porter le lendemain, les soldats ont retardé le transport pendant plusieurs heures. Le chef du Bureau de Coordination de District (DCO) local est allé chapitrer ce jour-là les Palestiniens pour avoir utilisé la route, disant que ça gênait les colons du coin. Lorsque les Palestiniens ont fait référence à l’ordre du tribunal disant qu’ils avaient le droit de se servir de la route, l’officier du DCO a simplement répondu : « Je me fiche des tribunaux, je suis militaire. »

C’est cette arrogance manifeste envers non seulement le droit international mais aussi le droit israélien qui représente un des principaux problèmes pour les Palestiniens qui essaient de vivre leurs vies en Cisjordanie occupée. L’armée prend ses ordres auprès de colons fanatiques qui vivent sur des terres volées, pas auprès des tribunaux.

Mais les villageois de Bir Idd sont prêts à continuer à lutter contre l’injustice et la répression, et à vivre sur la terre qui est légalement la leur.

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

2 décembre 2009