Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1798 fois

Cisjordanie occupée -

Les Palestiniens jurent de s’opposer à l'ordre israélien de fermeture des comptes bancaires des prisonniers

Par

09.05.2020 - Vendredi soir, les dirigeants palestiniens ont juré de s’opposer à un ordre militaire israélien qui pourrait mettre fin aux versements spéciaux effectués pour soutenir les prisonniers, leurs parents et les familles des personnes tuées pendant les soulèvements.

Les Palestiniens jurent de s’opposer à l'ordre israélien de fermeture des comptes bancaires des prisonniers

Prisonniers palestiniens dans la prison sioniste Ofer, près de Ramallah
(source photoJust world educational)

L'ordonnance, qui doit entrer en vigueur samedi, menace d'amendes et de prison toute personne qui effectuerait de tels paiements, et a incité les banques palestiniennes à fermer les comptes des prisonniers et de leurs familles ces derniers jours. Israël considère que ce programme récompense la violence et cherche depuis longtemps à le supprimer.

Ramallah s'est engagé à poursuivre les paiements à environ 11.000 personnes et familles, les décrivant comme une forme de protection sociale et de compensation (…) à un système de justice militaire injuste.

Nombre de Palestiniens considèrent les prisonniers et leurs familles comme des héros, et la fermeture des comptes a suscité des réactions furieuses. Deux succursales d'une banque, la Cairo Amman Bank, ont été attaquées pendant la nuit ; l'une a été incendiée et l'autre a essuyé des tirs d'hommes armés.

Treize banques opèrent dans les zones de Cisjordanie régies par l'Autorité palestinienne. Sept d'entre elles appartiennent à des Palestiniens, cinq sont jordaniennes et une est égyptienne.

Quatre banques ont décidé de fermer des comptes, selon le Club des prisonniers palestiniens, qui représente les prisonniers.

D’après Reuters, l'armée israélienne a déclaré que l'ordre militaire lui permet de saisir les biens appartenant à ceux qui commettent un délit de sécurité.

Pourtant, vendredi soir, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a dit que les banques avaient accepté de rouvrir les comptes. "Les familles des prisonniers peuvent activer leurs comptes bancaires à partir de dimanche", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous rejetons les menaces israéliennes sur les banques concernant les allocations de prisonniers et de martyrs, et nous ne nous y soumettrons pas".

Samer Bani Odeh, 51 ans, libéré en 2011 après 16 ans de prison en Israël pour appartenance à un groupe armé, a déclaré à Reuters que la Cairo Amman Bank lui avait dit que son compte était fermé.

"Nous (un groupe de prisonniers) avons rencontré un directeur de banque à Naplouse et il nous a dit : nous sommes désolés mais nous devons fermer vos comptes. Cela est hors de notre contrôle", a déclaré Odeh.

Les associations de banques en Palestine ont défendu les fermetures de comptes comme un moyen de protéger les avoirs des prisonniers de la saisie et les banques de la punition israélienne. Elle a demandé à l'AP de trouver un autre moyen d'effectuer les virements.

L'Autorité palestinienne a une autonomie limitée en Cisjordanie , terre occupée par Israël depuis une guerre de 1967 et où vivent près de 3 millions de Palestiniens.

Source : Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Prisonniers

Même date

10 mai 2020