Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2114 fois

Gaza -

Les Palestiniens s’organisent pour la Marche pour la Liberté à Gaza

Par

Rami Almeghari est journaliste et professeur d’université dans la Bande de Gaza.«

Depuis la Bande de Gaza assiégée, nous demandons à tous les partisans de la paix du monde entier à venir ici participer à notre Marche pour la Liberté à Gaza, dont l’objectif est de briser le blocus israélien répressif contre les 1,5 million d’habitants de Gaza. » Ainsi s’exprime Mustafa al-Kayali, coordinateur du comité directeur pour la Marche. La marche doit partir le 31 décembre d’Izbet Abed Rabbo, une zone dévastée pendant l’attaque israélienne de l’hiver dernier, et se diriger vers Erez, le point de passage en Israël, au nord de la Bande de Gaza.

Les Palestiniens s’organisent pour la Marche pour la Liberté à Gaza

« Au cours de ces derniers mois, depuis que les 22 jours de guerre israélienne contre Gaza se soient terminés le 18 janvier 2009, nous, au sein du comité directeur qui représente les organisations de la société civile ici à Gaza, avons programmé l’organisation d’une telle marche pour tenter de mettre fin à trois années de blocus israélien paralysant de l’enclave cêtière, » explique al-Kayali (photo ci-contre, par R. Almeghari).

Ce qui différencie cette manifestation à venir est le fait qu’elle inclura environ 1.000 participants venus du monde entier, dont 800 personnes des Etats-Unis. Beaucoup des participants américains font partie du groupe pacifiste américain, Code Pink.

La marche coïncidera avec le premier anniversaire de l’attaque dévastatrice israélienne qui a tué plus de 1.400 Palestiniens de Gaza, pour la plupart des civils. En marchant vers Erez, les organisateurs souhaitent attirer l’attention sur la responsabilité d’Israël pour le siège, un point mis en lumière par le rapport Goldstone, qui a conclu qu’Israël était responsable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. « Erez est le passage le plus important de Gaza à l’Etat israélien d’apartheid, » dit al-Kayali, « marcher vers cet endroit montrera que les internationaux refusent les actions du régime israélien d’apartheid. »

Plusieurs organisations de la société civile soutiennent la Marche pour la Liberté à Gaza, dont la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israël - PACBI), la Campagne internationale pour briser le siège israélien, le Syndicat des travailleurs palestiniens, le Forum de la Jeunesse Sharek et le Réseau palestinien des organisations non gouvernementales (Palestinian Network of Nongovernmental Organizations - PNGO).

Dima al-Meshal, du Forum de la Jeunesse Sharek à Gaza, a aidé à faire connaître la Marche parmi les groupes de jeunes de Gaza.

Etudiante en médecine, al-Meshal dit que la marche est le reflet de la détermination du peuple palestinien à se débarrasser de la répression israélienne par des moyens pacifiques.

« Nous mettrons en lumière la situation de Gaza dans son ensemble, » dit al-Meshal. « Nous voulons dire que nous sommes un peuple qui a besoin de vivre dans la dignité. C’est la première fois que les Palestiniens se rassemblent en aussi grand nombre avec des internationaux pour dire non à la répression. »

Les jeunes, à Gaza, sont d’abord et surtout motivés pour une « vie meilleure et un avenir meilleur. Nous nous fichons de la nourriture ou autre. Nous voulons vivre normalement, comme beaucoup d’autres dans le monde. »

Depuis ces derniers mois, les gens à Gaza croient que la communauté internationale commence à porter son attention ailleurs, négligeant le siège de Gaza. Peu de médias internationaux prêtent attention à la situation ici.

Al-Kayali espère que la marche commencera à modifier cette indifférence : « Nous demandons aux internationaux qui vont venir de ne pas considérer leur visite comme du tourisme. Ils devraient plutêt porter un message réel du terrain vers leurs populations, organisations et gouvernements. »

Depuis janvier 2009, plusieurs campagnes internationales ont essayé de venir à Gaza en solidarité. Quatre bateaux, affrétés par le mouvement Free Gaza, ont réussis à venir par mer à Gaza. Mais l’été dernier, les autorités israéliennes d’occupation ont intercepté une nouvelle tentative et bloqué l’arrivée de bateau dans l’enclave cêtière assiégée.

Selon les organisateurs de la Marche pour la Liberté à Gaza, les participants internationaux entreront par le terminal de Rafah, à la frontière Gaza-Egypte, au sud de la Bande de Gaza.

« La plupart des jeunes de Gaza à qui nous parlons de la Marche ont exprimé leur excitation et leur enthousiasme pour y participer, » dit al-Kayali. « Ils tiennent à envoyer au monde extérieur le message que le peuple palestinien est là, et que les humains devraient s’unir au nom de la liberté. »

Source : Electronic Initifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Actions

Même auteur

Rami Almeghari

Même date

1 décembre 2009