Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1846 fois

Naplouse -

Les crimes de guerre de Naplouse : des témoins racontent

Par

"Des têtes trouées de balles, des corps déchiquetés". C'est par ces termes que Saad al-Bastami (30 ans) a décrit la scène des trois martyrs tués par les forces d'occupation près du jardin attenant à sa maison, dans la vieille ville de Naplouse, à l'aube du 18 décembre. Selon al-Bastami, l'opération a commencé lorsque plusieurs soldats se sont installés près de sa maison, à deux heures et demi du matin, ajoutant qu'il a entendu des échanges de tirs dans le jardin, intenses du côté israélien, alors que les combattants palestiniens n'ont tiré que quelques balles.

Les crimes de guerre de Naplouse : des témoins racontent


AP - Photo : Majdi Mohammed
Des soldats israéliens détiennent des Palestiniens lors d’une opération des Forces d’Occupation Israélienne d’hommes recherchés au Camp de réfugiés de Balata le 20 décembre 2003




"Des têtes trouées de balles, des corps déchiquetés". C'est par ces termes que Saad al-Bastami (30 ans) a décrit la scène des trois martyrs tués par les forces d'occupation près du jardin attenant à sa maison, dans la vieille ville de Naplouse, à l'aube du 18 décembre.

Quatre palestiniens sont tombés à l'aube, lorsque plus de 50 blindés militaires israéliens, parmi lesquels des chars, sont entrés dans la vieille ville, après minuit, et ont détruit plusieurs maisons.

Selon les sources médicales, les martyrs tombés dans le jardin sont Jibril Awwad (24 ans) Fadi Hanini (21 ans) et Majdi al-Bahch (23 ans), alors que le quatrième martyr, Alaa Din Dawaya (25 ans) est décédé près du rond-point principal de Naplouse, alors qu'ul se dirigeait de sa maison vers la boulangerie où il travaillait.

Dr. Khaled Salih, directeur par intérim de l'hôpital Rafidia de Naplouse dit que les quatre martyrs sont tombés à cause des coups de feu tirés sur plusieurs parties de leurs corps.

Dr. Ghassan Hamdan, président du secours médical à Naplouse, qui faisait partie de l'équipe de secours ayant transporté les corps des martyrs à l'hôpital, pense que les soldats de l'occupation ont exécuté après qu'ils aient jeté leurs armes dans le jardin, "leurs épaules étaient cassées, et les trous faits par les balles traversaient toutes les parties de leurs corps, et notamment dans la zone de la tête et du cou".

Selon al-Bastami, l'opération a commencé lorsque plusieurs soldats se sont installés près de sa maison, à deux heures et demi du matin, ajoutant qu'il a entendu des échanges de tirs dans le jardin, intenses du côté israélien, alors que les combattants palestiniens n'ont tiré que quelques balles.

Il a ajouté que les soldats de l'occupation se sont ensuite dirigés vers sa maison, qu'ils se sont postés derrière le mur donnant sur le jardin, ordonnant à al-Bastami, sa mère, sa soeur et son beau-frère, ainsi que leurs quatre enfants, à entrer dans la pièce éloignée du mur.

Pendant qu'ils se trouvaient dans cette pièce, une demi-heure, ils n'ont entendu qu'un léger bruit, et quatre rafales intenses de balles, et le bris de la vitre de leur cuisine, donnant sur le jardin, d'où les soldats israéliens tiraient.

Un silence s'est ensuite installé, et un soldat s'est dirigé vers eux, en les remerciant, pendant que les autres s'en allaient.

Al-Bastami précise que son frère s'est dirigé vers le jardin à peine les soldats sont partis et a commencé à crier demandant du secours, et ensuite, il a aperçu les corps. Lui a rejoint son frère et a été également choqué par la vue.

Israël avait justifié le meurtre des trois martyrs en prétendant qu'ils portaient des armes, mais des sources à Naplouse affirment que l'armée aurait pu arrêter les jeunes.

Les témoins affirment que le lieu où se trouvaient les corps n'était qu'à 15 mètres à vol d'oiseau de l'endroit où étaient postés les soldats de l'occupation, sur le toit d'une maison appartenant à Taysir al-Bistami, qui a été transformée en caserne militaire pendant que ses occupants étaient obligés de rester dans une des pièces.

Les soldats pouvaient donc blesser et arrêter les jeunes au lieu de les exécuter.

Quant au quatrième martyr, Alaa Din Dawaya, les forces de l'occupation prétendent qu'il a essayé de poser une bombe sur la route qu'elles empruntent, mais des témoins affirment qu'il se dirigeait à cette heure-ci de sa maison située dans la vieille ville à son lieu de travail, où il est boulanger dans la boulangerie al-Muslimani en ville.

Les témoins indiquent que l'armée israélienne a tiré sur lui vers 3h30 du matin et qu'elle l'a laissé se vider de son sang, pendant une demi-heure.

Source : www.amin.org

Traduction : RO

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Incursions

Même date

19 décembre 2003