Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2467 fois

Hébron -

Les défenseurs internationaux des droits de l'homme arrêtés et expulsés tandis que l'armée d'occupation transforme Hébron en ghetto

Par

Deux militantes pour les droits de l'homme ont été arrêtées à Hébron (al-Khalil) hier matin, le 3 novembre, pendant que six autres recevaient l'ordre de quitter leur appartement dans le quartier H2 de Tel Rumeida sous la menace d'arrestation. Les ressortissantes allemande et américaine ont été arrêtées à 07h50 alors qu'elles étaient en surveillance au checkpoint 56, à l'entrée de la Rue Shuhada ; quelques instants auparavant, l'armée d'occupation leur avait interdit l'accès au checkpoint 55, un peu plus bas dans la rue, de la même manière totalement arbitraire.

Les défenseurs internationaux des droits de l'homme arrêtés et expulsés tandis que l'armée d'occupation transforme Hébron en ghetto

Les militants d'ISM apprennent qu'ils sont expulsés du quartier Tel Rumeida, à Al-Khalil occupée tandis que deux autres sont toujours au poste de police
Elles ont été arrêtés pendant qu'elles observaient, de manière pacifique, le passage des écoliers au checkpoint, au motif qu'elles "dérangeaient les soldats" et qu'elles se trouvaient dans une zone militaire fermée, après qu'un soldat en poste au checkpoint se soit plaint à des officiers passant dans un véhicule de police.

Les militantes ont été privées de leur droit légal de communiquer avec leurs ambassades et n'ont pu avoir de l'eau au poste de police qu'après des demandes répétées. "Nous avions peur de ce qui pouvait se passer, mais nous nous en sommes tellement mieux sorties que les Palestiniens qui se trouvaient dans le poste de police et que nous avons entendu être tabassés, " a dit l'une des deux femmes. Elles ont été libérées à 16h30, après avoir accepté de signer une condition leur interdisant de revenir à Hébron pendant une semaine. Juste avant d'être libérées du poste de police, l'agent enquêteur a admis qu'il n'y avait "aucune preuve" contre elles, mais qu'elles étaient punies sur les allégations des soldats.

Quelques heures plus tard, l'armée d'occupation a empêché d'autres membres de l'équipe de passer par le checkpoint 56 qui divise Tel Rumeida de la zone H1 d'Hébron, qui est sous pleine autorité palestinienne. Depuis samedi 31 octobre, lorsque Tel Rumeida a été déclaré "zone militaire fermée" pendant 24 heures, la circulation des Palestiniens et des internationaux a été sérieusement restreinte. Les résidents ont reçu l'ordre de se faire enregistrer, au risque de se voir empêchés de passer les checkpoints qui coupent le secteur s'ils ne le font pas.

Alors que récemment la documentation officielle des zones de Tel Rumeida a été manifestement contradictoire, les militants ont été choqués cet après-midi de voir leurs passeports confisqués par un ordre de quitter la zone militaire fermée qui comprend leur appartement. Les forces israéliennes ont exigé qu'ils signent un contrat légal déclarant leur résidence dans la zone, ou bien ils seraient expulsés et déportés.

Le checkpoint 55 est fréquenté par les écoliers de différents groupes scolaires qui le traversent pour aller et revenir d'écoles qui jouxtent la colonie illégale de Tel Rumeida. Il a été bloqué dimanche dernier lors de ce que les soldats ont décrit comme "de nouvelles mesures contre le terrorisme". Depuis des années maintenant, des agences internationales ont constaté l'impact de l'occupation sur les écoliers d'Hébron bien que ce travail ait été considérablement réduit au cours des dernières semaines, au milieu d'une recrudescence des tensions dans le quartier.

Une militante d'ISM, enseignante australienne, a déclaré : "Seront-ils jamais satisfaits ? Le mois dernier, les forces israéliennes ont violé ouvertement le droit international. Elles ont perpétré les exécutions extrajudiciaires de Palestiniens devant des témoins, dans une impunité totale." Elle a ajouté : "Tous les jours nous avons été physiquement attaqués par les colons devant les soldats et les policiers, puis ils nous ont ordonné de partir, menaçant de nous arrêter parce que notre présence est une provocation. Ils ont tenté de nous intimider, ils nous ont harcelés, maltraités, détenus et maintenant arrêtés parce que nous surveillons les violations aux droits de l'homme sur des enfants, et expulsés à cause de notre présence dans un quartier lourd de tensions. Notre présence est légale et nous pensons qu'elle est plus importante que jamais."

Les internationaux ont déclaré que leurs plus grandes préoccupations concernent cependant les habitants palestiniens de Tel Rumeida et l'intensification angoissante des violences des colons et les manifestations physiques de l'occupation, dont l'expansion de l'infrastructure utilisée pour limiter la circulation dans les rues. Se faisant l'écho des préoccupations des résidents palestiniens, un militant néerlandais a déclaré qu'avec ces mesures, on a le sentiment alarmant que "Hébron est en train de devenir un ghetto." Il a ajouté, "si la communauté internationale ne réagit pas maintenant, alors la colonie va sûrement s'emparer de tout le quartier Tel Rumeida. C'est ce qui nous fait le plus peur."

Les internationaux de Hollande, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, Pologne, France et Australie, ont promis de reprendre leur travail de présence protectrice, de surveillance et de journalisme dans le district et considèrent les derniers développements comme l'image affreuse des idéaux prétendument démocratiques d'Israël.


Photo
Ordre de zone militaire fermée présenté par les soldats d'occupation aux internationaux lorsqu'ils leur ont demandé de quitter l'appartement


Photo
Carte des zones militaires fermées du quartier présentée aux internationaux



Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Sionisme

Même auteur

ISM

Même date

4 novembre 2015