Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1593 fois

Gaza -

Les égouts changent le visage de Gaza

Par

Un flot de boue putride et sombre serpente à travers les rues de Gaza. Il s'agit d'un mélange nocif de déchets humains et animaux. La puanteur est extrême. Le passant occasionnel en vomit.
Ces derniers jours, nous avons eu un spectacle plus habituel que la vente de nourriture dans les rues de Gaza, étouffées par un implacable siège israélien.

Les égouts changent le visage de Gaza


Photo Mohammed Omer : Un jeune garçon attend d’improbables soins médicaux

Des centaines de milliers d'habitants de Gaza, la quasi-totalité des hommes adultes sur une population de 1,5 millions d'habitants, sont allés en Égypte la semaine dernière pour acheter des provisions de base - et se remettre en forme. Cela a évité la famine. Mais les rues ressemblent à des cloaques.

La pluie n'a pas aidé. La boue s'est répandue, et avec elle, la puanteur. Manquant cruellement de ressources et de matériels, les services municipaux ont pratiquement cessé.

«L'odeur», dit Ayoub al-Saifi, 56 ans, en grimaçant tout en se couvrant le nez et la bouche d’un mouchoir. "La puanteur des égouts… ma femme est asthmatique, et elle ne peut pas respirer."

Saifi habite à côté de ce qui est devenu une nouvelle mare d’eaux usées. C’était la rue qui menait à sa maison. «Cela empire de jour en jour», explique son voisin Said Ammar, un ingénieur, père de quatre enfants.

La station d'épuration du secteur d'al-Zaytoun à Gaza City a besoin de 20000 litres de carburant par jour. La semaine dernière, Israël a cessé la livraison de l'ensemble du carburant et des marchandises à Gaza. Les conséquences ont été catastrophiques.

Sans carburant pour le pompage, les eaux usées sont refoulées, inondant les rues et obstruant les tuyauteries. Le ministère local de la Santé a déclaré qu’il s’agissait d’une catastrophe écologique.

Les médecins ont prévenu qu'une catastrophe médicale pourrait suivre par la propagation du choléra et d'autres maladies. A un moment où il n’y a même plus de services médicaux.

«Nous devons choisir entre couper l'électricité aux bébés de la maternité et aux malades cardiaques, ou fermer nos salles d'opération", explique le docteur Mawia Hasaneen, directeur des urgences à l'hôpital Al Shifa, le plus grand hôpital de la bande de Gaza.


L'Organisation Mondiale de la Santé a publié une déclaration le 22 Janvier alertant sur les graves problèmes de santé survenus dans la bande de Gaza, isolée par le siège israélien, la frontière égyptienne et la mer Méditerranée.

"Les fréquentes coupures d'électricité et l’énergie limitée disponible pour faire tourner les générateurs des hôpitaux sont particulièrement préoccupantes, car elles perturbent le fonctionnement des unités des soins intensifs, des salles d'opération et des urgences", a déclaré l'OMS. "Dans la pharmacie centrale, des coupures de courant ont interrompu la réfrigération des produits médicaux périssables, y compris les vaccins."

Christine McNab, directrice du Département de la Communications à Genève a ajouté : «nos préoccupations actuelles concernent la fourniture d'électricité aux services de santé, la capacité de faire entrer des fournitures médicales dans le secteur et la capacité des gens à se faire soigner à l’extérieur de la bande de Gaza."

McNab note que même si le blocus était totalement levé, des mesures supplémentaires devront être prises par la communauté internationale pour éviter toutes autres perturbations.

Israël a suspendu ses livraisons de carburant et de marchandises à Gaza car il dit qu'il fait face à des attaques à la roquette depuis le secteur palestinien qui a élu le Hamas, le parti palestinien qui ne reconnaît pas Israël.

Des sources officielles israéliennes disent qu'environ 150 roquettes artisanales ont été tirées en direction d'Israël à partir de Gaza depuis qu'Israël a commencé cette dernière attaque. Deux Israéliens ont été légèrement blessés et plusieurs autres ont été soignés en état de choc.

Israël a riposté par des tirs de chars et des attaques avec des avions F-16 qui ont tiré des missiles Hellfire sur les secteurs habités de Gaza. Au moins 76 Palestiniens ont été tués et 293 autres ont été blessés depuis le 1er janvier selon des responsables ici.

Malgré les souffrances, beaucoup de Palestiniens continuent de ne pas blâmer le Hamas.

"Le Hamas n'a jamais été le problème. L'occupation a toujours été le gros problème", dit Ammar. Mais il blâme le président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, qui administre la région palestinienne de Cisjordanie , et qui a été en pourparlers avec Israël.

»Abbas ne mérite même pas un pour cent du respect que (l'ancien leader palestinien Yasser) Arafat avait gagné. Israël ne pourra jamais trouver quelqu'un d'aussi bon qu’Arafat. Il leur avait donné la chance historique d’une solution à deux Etats. Pourtant, malgré cela, ils (Israël) l’ont assiégé. "

Rajaa Shalil, 38 ans, et mère de quatre enfants vivant à Rafah sur la frontière égyptienne, a déclaré : "mon respect pour le Hamas a augmenté plus que jamais. J'adore leur empathie pour les faibles."

Mais tous les habitants de la bande de Gaza ne ressentent la même chose. "Israël et le Hamas sont autant responsables», explique Abou Mohammed. "Avant, nous vivions tous dans de meilleures conditions, mais, depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza, ils ont été incapables de la gérer."


Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://www.ipsnews.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Environnement

Même auteur

Mohammed Omer

Même date

2 février 2008