Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1364 fois

Negev -

Les forces du "Manhal" (de l'Administration des terres d'Israël) détruisent des centaines de dunums dans le Naqab

Par

Les bulldozers de l'Administration des terres d'Israël ont commencé ce lundi 17 janvier 2005 à détruire des centaines de dunums de champs cultivés appartenant à la famille Hamamide, dans le village non reconnu Sdir, à l'est de Shuqayb Salam.
Les unités spéciales conçues pour la destruction des maisons, formées récemment par le gouvernement israélien, protègent les bulldozers de la colère de la population.

Récemment, la Haute cour israélienne avait interdit l'arrosage des terres avec des pesticides, ce qui a amené l'Etat sioniste à arracher et détruire les terres.


Ces destructions des terres cultivées appartenant aux Palestiniens du Naqab font partie du plan sioniste d'occupation de toute la région du Naqab en parquant les Palestiniens dans quelques zones et en poursuivant l'expropriation de leurs terres, qui ne représentent que 2% de la région du Naqab.


Dimanche 16 janvier, des milliers de Palestiniens du Naqab et d'autres régions ont manifesté, à l'appel du Conseil régional des villages non-reconnus, contre la politique sioniste d'expropriation des terres et de démolition des maisons, surtout dans les villages d'Al-Sdir, Umm Hayran et Tel Arad, visés par la nouvelle campagne de démolitions.


La manifestation a eu lieu dans la ville de Beer Saba', avec la participation des députés arabes Talab Sane', Jamal Zahalka, Ahmad Tibi, qui ont affirmé leur refus de la politique israélienne, Ahmad Tibi, affirmant :
"la politique du gouvernement vise, par les destructions et les confiscations, à transférer les propriétaires réels de la terre pour remettre celles-ci à ceux qui colonisent notre pays, l'Etat d'Israël est le seul Etat qui ne reconnaît pas une grande partie de ses citoyens en les classant en villages non-reconnus, c'est Israël qui est venu à nous en 48, il veut nous prendre notre terre. La lutte pour le Naqab est notre cause à nous tous, la cause de toutes les masses arabes, car c'est la cause des plus opprimés d'entre les Arabes de 48."

Le directeur d'Ittijah, Union des associations civiles arabes, dont le siège est à Haïfa, Ameer Makhoul, a également participé à la manifestation et il a affirmé le refus absolu de la politique de démolitions et d'expropriations menée par le nouveau ministre de l'Intérieur.


Les Palestiniens du Naqab en danger

Les démolitions de maisons dans les villages non-reconnus a pris une nouvelle ampleur apres la notification ces dernières semaines par les tribunaux sionistes que près de 500 maisons vont être prochainement démolies.

Les occupants ont décidé de faire vite afin de préparer le terrain aux colons de la bande de Gaza qui risquent d'en partir mais peut-être aussi qu'il ne s'agit que d'un préexte pour cet Etat qui ne cherche qu'à démolir et a détruire tout ce qui est palestinien pour faire appel aux juifs du monde entier de venir s'installer dans cette région de la Palestine occupée en 48.


Le Naqab représente 60 pour cent de la Palestine occupée en 48, et en 1948, presque toute la population palestinienne a ete expulsée. Aujourd'hui, 150.000 Palestiniens continuent a vivre sur moins de 2 % du Naqab, mais les sionistes n'en veulent pas. Ils veulent que tout le Naqab riche en eau soit entre les mains des Juifs.

D'où la politique de démolitions, d'expulsions massives qu'ils sont en train de mettre en place.
La population palestinienne du Naqab craint que ces mois ne soient néfastes pour eux, et le Conseil regional des villages non-reconnus commence à se préparer pour une bataille de défense contre les démolitions de leurs maisons et du vol de leurs terres.


En 48 et les années qui ont suivi, l'Etat d'Israël avait dépouillé les Palestiniens de 98 % de leurs terres. Les Palestiniens ont été regroupés dans une zone fermée dans les années 50 et 60, au temps du gouvernement militaire, qu'ils ne pouvaient quitter.

Cette zone est située du côté de la frontière avec la Cisjordanie (sous administration jordanienne à l'époque), dans le but de pousser la population à s'en aller. Pendant ce temps, les kibboutz se sont installés sur leurs terres, et c'est ainsi qu'ils ont perdu 98 pour cent de tout ce qu'ils possédaient.

Les autorites sionistes ont créé 7 villages pour y regrouper tous les Palestiniens du Naqab, mais ce sont des villages dortoirs, et qui ne peuvent être élargis, au contraire des villes et villages sionistes juifs qui sont amenagés et équipés pour accueillir les colons juifs du monde entier.


Les autorités de l'occupation poursuivent depuis quelques années leurs tentatives pour effacer toutes traces de présence palestinienne dans les zones situées entre Beer Saba et Arad. Trois villages sont menacés actuellement d'anéantissement total, il s'agit de Tal Arad, Al-Sdir et Umm Hiran Utayr.

L'histoire des habitants de ces villages montre ce que fut l'histoire des Palestiniens du Naqab depuis 1948, expulsions et confiscations de terres a n'en plus finir. Les habitants de ces villages ont deja été expulsés deux fois, une fois en 48, de leurs villages d'origine, une autre fois vers les années 70, lorsque les terres sur lesquelles ils ont été regroupés ont été confisqués pour construire d'une part le village sioniste de Omer et d'autre part un aéroport fantôme, prétexte à la confiscation des terres, et actuellement.

Le plan sioniste prévoit de transférer la population de ces villages vers les villages reconnus de Ar'ara et de ksaife dont le taux de chômage dépasse les 65 pour cent.


Car les villages reconnus, les sept où les autorités sionistes veulent confiner les Palestiniens du Naqab, souffrent d'un manque d'équipements et de ressources. Les maisons n'ont aucun espace, elles sont construites les unes colleés aux autres, contrairement aux villages-colonies habités par les Juifs. Si les Palestiniens veulent construire une maison dans ces villages, ils doivent attendre pendant deux ans l'autorisation, alors que dans les colonies juives, les autorisations sont obtenues en un mois.


Les autorités sionistes ont lancé pour le Naqab l'opération : "construit ta maison par toi-même", mais cela s'applique évidemment aux colons juifs qui débarquent. L'Etat leur fournit la terre, ou bien ils l'achètent à un prix derisoire - c'est facile de vendre à bon marché ce qui ne vous appartient pas et ce qui est volé -.

Pour les villages non reconnus, la politique sioniste consiste plutôt à dire : "Démolis ta maison par toi-même". Car les Palestiniens vivant dans ces villages sont obligés de démolir leurs propres maisons, sinon l'Etat les oblige a payer les frais de démolition lorsque les bulldozers viennent, accompagnés par les fonctionnaires de l'Etat.

Les autorites de l'occupation proposent aux gens de leur acheter leurs terrains : 600 shekels par dunum, soit 140 dollars. Pour acheter un terrain dans un village reconnu, il faut payer 180.000 shekels le dunum, soit 40.000 dollars.

Le président du conseil regional des villages non -reconnus a fait le calcul : pour acheter un dunum dans un village reconnu, il faut vendre 350 dunums dans un village non - reconnu. C'est le genre de marché que les autorites sionistes proposent, et c'est cette proposition que les medias sionistes et la propagande bon marché font passer par l'offre généreuse en faveur des Palestiniens des villages non-reconnus, offre qu'aucun propriétaire ne peut évidemment accepter.

C'est pourquoi les habitants des villages non-reconnus ont décidé de lutter pour empêcher leurs expulsions.
Ils ne veulent pas perdre leurs terres pour devenir des chômeurs dans les villages reconnus.

Comme le dit Ahmad Tibi, député arabe de la Knesset, la lutte des Palestiniens du Naqab est une lutte de tous les Palestiniens de l'Intérieur.

Elle représente la lutte contre l'injustice historique que le peuple palestinien subit à cause de la présence de l'Etat colonial sioniste sur ses terres.

Soutenons la population du Naqab dans sa résistance.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

Rim al-Khatib

Même date

17 janvier 2005