Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2609 fois

Hébron -

Les forces israéliennes envahissent l'appartement ISM dans le cadre d'une campagne de harcèlement continu contre les militants à Hébron/Al-Khalil (vidéo)

Par

Témoignage de l'équipe Khalil d'ISM.

05.03.2015 - A ce jour, et dans un laps de temps très rapproché, les militants d'ISM à Al-Khalil (Hébron) ont fait face à deux tentatives de raid nocturne, deux invasions et le harcèlement quotidien de la part des forces israéliennes d'occupation. D'autres organisations d'Al-Khalil, comme Youth Against Settlements (YAS) et Christian Peacemaker Teams (CPT), ont elles aussi subi le harcèlement, les raids, les arrestations et des périodes de détentions.

Les forces israéliennes envahissent l'appartement ISM dans le cadre d'une campagne de harcèlement continu contre les militants à Hébron/Al-Khalil (vidéo)

Dans la nuit du 18 au 19 février, l'armée israélienne a essayé de donner l'assaut à l'appartement ISM à Al-Khalil. Quatre militants ont été réveillés à 1 h du matin par des coups violents contre la porte d'entrée portés par des soldats qui menaçaient de l'enfoncer si les militants refusaient de l'ouvrir. Ceux-ci leur ont demandé à travers la porte s'ils avaient un mandat pour entrer légalement dans l'appartement, obtenant comme réponse "nous n'avons pas besoin de mandat" et "je suis la loi". Les soldats ont également menacé les militants que s'ils n'ouvraient pas la porte, "ça allait mal se passer". Afin d'empêcher les internationaux de documenter et d'avoir une vue générale de la situation, les soldats les visaient à travers les fenêtres de l'appartement avec des lasers verts montés sur leurs fusils.

Quelques jours avant cet incident, les internationaux se tenaient près d'une école où pour accéder, les écoliers devaient passer devant un groupe de soldats. Pour obliger les internationaux à quitter les lieux, les soldats ont appelé des policiers qui ont détenu les militants et ont pris des photos de leurs passeports. Pendant le raid nocturne, les internationaux ont reconnu les voix des soldats qui les avaient détenus plus tôt, et qui leur ont d'ailleurs dit, "Nous n'avons pas besoin de voir vos passeports, nous les avons déjà vus."

Les jours suivants, les soldats ont stoppé les ISMers dans la rue chaque fois qu'ils l'ont pu, et vérifié leurs papiers d'identité. Dans l'après-midi, sur le chemin du retour à l'appartement, des Palestiniens ont averti les ISMers qu'une quinzaine de soldats les cherchaient pour les arrêter. Environ une heure après, les soldats étant rentrés à leur base militaire, les militants ont pu regagner l'appartement.



Dans la matinée du 25 février, une vingtaine de minutes après que 2 des 3 ISMers ont quitté l'appartement, les soldats sont à nouveau venus cogner à la porte, exigeant qu'on l'ouvre. Ils ont prétendu qu'ils cherchaient Issa, membre éminent du groupe palestinien "Les jeunes contre les colonies" (YAS) (1), dont la maison avait été prise d'assaut la nuit précédente. Issa n'était pas à l'appartement ISM à ce moment-là. Les soldats ont menacé le militant international resté à l'appartement, lui disant que s'il ne les laissait pas entrer, ils "reviendraient cette nuit, enfonceraient la porte et jetteraient des grenades à l'intérieur," ajoutant que les ISMers "ne pourraient pas fermer l’œil de la nuit." Plus d'une heure après, la dizaine de soldats qui avaient menacé d'entrer dans la maison tout en empêchant les autres militants d'y revenir finirent par partir.

Quelques soldats sont revenus à l'appartement trois fois ce soir-là, ils ont cogné à la porte mais sont partis au bout de quelques minutes.

Photo
Les soldats dans les escaliers devant la maison où est situé l'appartement ISM


La nuit suivante, vers 1h, les internationaux ont été réveillés par des coups lourds contre la porte provoqués par les soldats qui commençaient à l'enfoncer. Aucune réponse lorsque les ISMers leur ont demandé s'ils avaient un mandat... Une 30ne de minutes plus tard, la porte était enfoncée et les soldats pénétraient dans l'appartement, visant les militants de leurs fusils.

Les ISMers ont essayé de documenter l'assaut pendant que les soldats fouillaient l'appartement mais ces derniers les ont enfermés dans la cuisine et les ont empêchés de se servir de leurs téléphones.

Ils ont pris une carte sur le mur de l'appartement, affirmant que c'était une preuve suffisante pour les faire expulser. Ils sont partis 30mn plus tard, menaçant que dans les 24h les internationaux seraient arrêtés par la police de l'immigration. Comme l'avaient prévu les militants, les menaces sont restées sans suite. Une semaine plus tard, ils continuent leurs actions à Al-Khalil.

La nuit suivante, les activistes sont rentrés tard, vers 1h moins le quart, et ont découvert que 7 soldats étaient en train de rassembler les outils nécessaires pour enfoncer la porte qui venait d'être réparée. 3 autres soldats ont empêché les militants de rentrer à l'appartement en les obligeant à rester en bas de l'escalier. Quelques minutes après, les ISMers ont pu regagner l'appartement et ont découvert la porte enfoncée et leurs affaires personnelles saccagées.

La même nuit, les forces israéliennes ont également attaqué la maison des Jeunes contre les colonies (YAS), ils l'ont fouillée et ont pris un poster qui était affiché sur un mur. Les soldats ont donné l'assaut à la maison la veille de la manifestation Open Shuhada Street ; une semaine avant, ils avaient également arrêté Issa Amro, coordonnateur de YAS.

Photo
Les soldats sortent de la maison de Youths Against Settlements après l'avoir fouillée (photo YAS)


Le harcèlement n'a pas cessé après la manifestation Open Shuhada Street - où une 20ne de participants ont été blessés, dont un jeune palestinien de 17 ans et une militante ISM allemande, et trois furent arrêtés.

Quelques jours plus tard, des policiers israéliens des frontières ont détenu et arrêté deux militants de Christian Peacemaker Teams (2) alors qu'ils escortaient des enfants palestiniens qui rentraient de l'école.

Les soldats de l'occupation israélienne ne cessent de harceler, menacer et détenir les militants internationaux. Encore ce matin, deux militants ISM et deux CPT ont été détenus pendant plus d'une heure à un checkpoint, après qu'ils soient intervenus pendant l'agression de la police des frontières contre des écoliers.

(1) YAS sur Facebook : https://www.facebook.com/media.yas
(2) CPT sur Facebook : https://www.facebook.com/cptpalestine
- Le site CPT : https://www.facebook.com/cptpalestine

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

10 mars 2015