Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2341 fois

Israël -

Les grévistes de la faim maltraités par l'administration pénitentiaire israélienne

Par

Ramallah-Jaffa, 7 août 2012 - Quatre prisonniers politiques palestiniennes en détention israélienne restent déterminés à poursuivre leurs grèves de la faim illimitées alors que leurs états de santé continuent de se détériorer. L'Association Addameer de soutien aux prisonniers et pour les droits de l'homme, Al-Haq et Médecins pour les Droits de l'Homme-Israël (PHR-IL) sont particulièrement inquiets pour les vies des détenus administratif Samer Al-Barq et Hassan Safadi, qui sont en grèves prolongées et font l'objet de mauvais traitements constants aux mains de l'administration pénitentiaire israélienne (IPS)

Les grévistes de la faim maltraités par l'administration pénitentiaire israélienne

De droite à gauche : Hassan al-Safadi, Samer al-Barq, Ayman Sharawna
L'avocat d'Addameer Fares Ziad a visité MM. Al-Barq et Safadi au centre médical de la prison Ramleh il y a deux jours, le 5 août, et un médecin de PHR-IL a pu les voir le 2 août.

M. Al-Barq est aujourd'hui dans son 78ème jour de reprise de grève de la faim, qui font suite à ses 30 jours de grève précédents. Selon une déclaration sous serment recueillie par M. Ziad, M. Al-Barq a été transféré de Ramleh au tribunal militaire d'Ofer le 31 juin par les forces spéciales de l'administration pénitentiaire israélienne, ou Nahshon, connues pour leur traitement particulièrement brutal des prisonniers pendant les transferts. Pendant son transfert, les agents des forces spéciales ont ordonné à M. Al-Barq de marcher, et lorsqu'il leur a dit qu'il ne pouvait pas, ils l'ont frappé aux jambes. Ils ont fini par lui emmener un fauteuil roulant mais ne l'ont pas aidé, il a donc été obligé de ramper jusqu'à la chaise et de la faire rouler lui-même.

M. Safadi, qui est actuellement au 48ème jour de reprise de sa grève de la faim, qui font suite à ses 71 jours de grève précédents, a lui aussi raconté un incident choquant à M. Ziad. Le 30 juillet, cinq soldats israéliens ont saccagé sa cellule. Ils ont d'abord déchiré son oreiller avant de commencer à l'insulter et à le frapper sur tout le corps, le blessant à la jambe gauche. M. Safadi a fait remarquer que sa cellule est fouillée trois à quatre fois par jour, de façon violente, bien qu'il soit détenu dans une cellule d'isolement petite, où il n'y a que ses vêtements. Lui et M. Al-Barq sont maintenant détenus ensemble dans cette cellule, qui fait à peu près 1,5m x 1,8m, sans fenêtre ni ventilation.

M. Safadi a précisé au médecin de PHR-IL que ce n'est qu'après qu'il s'est plaint aux gardiens de ses difficultés à respirer dans sa cellule qu'ils ont immédiatement emmené M. Al-Barq pour qu'il partage la minuscule cellule avec lui. De plus, il n'y a pas de place dans la cellule pour le fauteuil roulant que les deux grévistes utilisent pour leurs activités quotidiennes, dont l'utilisation de la douche et des toilettes. Après qu'il a à nouveau protesté contre ces conditions et ce traitement, lui et M. Al-Barq ont été tous les deux frappés.

Lors de la visite du médecin de PHR-IL le 2 août, le médecin de l'IPS a dit que M. Al-Barq et M. Safadi refusaient souvent tous traitements, comme les minéraux et les vitamines. Les deux détenus ont dit au médecin de PHR-IL qu'ils le faisaient en dernier recours pour protester contre le traitement humiliant et violent du personnel de l'IPS. Depuis le 20 juillet, début du Ramadan, ils ne boivent de l'eau que la nuit et ils refusent également les prises de sang. Pendant la visite, l'IPS n'a pas autorisé le médecin indépendant à examiner les grévistes de la faim hors de la présence de son personnel, en violation avec la loi sur les droits des patients israéliens. Un auxiliaire médical était présent dans la salle d'examen où il a également emmené d'autres patients.

Le médecin a rapporté que MM. Al-Barq et Safadi étaient pleinement conscients pendant la visite. Bien qu'il ait accepté, ces derniers jours, quelques minéraux et vitamines, M. Al-Barq a dit au médecin qu'il envisageait d'arrêter tout traitement en raison des coups. Il est très faible et souffre de douleurs générales dans tout le corps sans origine spécifique. Son pouls étant faible, il a été envoyé en salle d'urgence à l'hôpital Assaf Harofeh mais en est sorti sans traitement. M. Safadi souffre de vertiges, en particulier lorsqu'il essaie de se tenir debout, et de douleurs au côté gauche de la cage thoracique.

Suite à la visite, le médecin de PHR-IL a commenté qu'il y a "toutes raisons de penser que la santé des deux grévistes va continuer de se détériorer et par conséquent, leur état requiert une attention particulière et une surveillance permanente." Il a noté en outre qu'il pensait que les grévistes de la faim devraient être examinés par un médecin impartial une fois par semaine, sans aucune restriction ni besoin de demander l'autorisation au tribunal.

Photo
Samer Al-Issawi


Deux autres prisonniers politiques palestiniens sont actuellement en grève de la faim : Ayman Sharawna et Samer Al-Issawi, respectivement aux 38ème et 7ème jours. Ils ont été libérés lors de l'accord d'échange de prisonniers d'octobre dernier et ensuite ré-arrêtés.

Addameer, Al-Haq et PHR-IL sont scandalisés par les mauvais traitements et les attaques violentes contre les prisonniers palestiniens en général, et spécialement dans les cas de ces grévistes de la faim fragiles. Addameer, Al-Haq et PHR-IL exhortent la communauté internationale à intervenir auprès d'Israël au nom de ces détenus avant que leur état ne se détériore encore davantage et demandent :
- que les accords signés les 14 et 15 mai 2012 soient respectés, y compris la libération des détenus administratives à qui il avait été promis qu'ils seraient libérés à la fin des ordres en cours ;
- que les conditions de l'accord d'échange de prisonniers soient pleinement respectées et que les prisonniers libérés dans le cadre de l'échange ne soient pas ré-arrêtés par Israël ;
- que Hassan Safadi, Samer Al-Barq et Omar Abu Shalal, ainsi que tous les autres détenus administratifs, soient libérés immédiatement et sans conditions ;
- un accès libre à des médecins indépendants pour tous les grévistes de la faim.

Source : Addameer

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Addameer

Même date

8 août 2012