Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1662 fois

Ramallah -

Les habitants d’Al-Mazra'a ash Sharqiya enlèvent un barrage routier qui les empêchaient d'accéder à la route 60

Par

Le jeudi 16 octobre, environ 150 habitants du village de Al-Mazra'a ash Sharqiya, rejoints par des militants israéliens et internationaux, se sont rassemblés pour tenter d’enlever quatre barrages routiers placés sur une route reliant le village de Al-Mazra'a ash Sharqiya à la route 60.
A 11 h du matin, les voitures venues du centre de la ville sont parties en direction la route bloquée. Les manifestants ont enlevé physiquement de nombreuses grosses pierres bloquant la route d'accès. Ils arrivèrent au dernier bloc, tout près de la route 60, et continuèrent leur travail.

Vers midi, une jeep de l'armée israélienne est arrivée et a tenté d'arrêter le travail des habitants. Peu de temps après, trois autres jeeps de l'armée ainsi que deux jeeps de la police sont arrivées sur les lieux. Plusieurs militants et habitants du village ont essayé de négocier le retrait pacifique des barrières, mais les soldats ont refusé.

Pendant que les militants restaient près des soldats, en espérant les retenir, les Palestiniens travaillaient dur pour finir de nettoyer la route. Avec l'aide d'un tracteur, la route a été nettoyée.

Deux voitures ont roulé depuis le haut de la colline jusqu'à la route 60 comme un symbole du succès du jour, mais ils en ont été empêchés par les soldats israéliens.

L'action toute entière est restée non violente et ceux qui s'étaient rassemblés pour rétablir la circulation sur la route sont retournés au village vers deux heures de l'après-midi. Après leur départ, l'armée israélienne a amené un bulldozer et a réinstallé deux barrages.


Cette route est essentielle pour relier Al Mazra'a ash Sharqiya et les villages voisins de Silwad, Deir Jarir, Ranmun, et At Tayba pour un passage plus facile par la route 60 jusqu'à Naplouse.

Selon le recensement de 2007 du Bureau Central Palestinien des Statistiques, le nombre d'habitants de ces villages pouvant vraisemblablement utiliser cette route s’élève à 19.385.

Les villageois d’Al Mazra'a ash Sharqiya ( 4 495 habitants), de Silwad (6 123 habitants), de Deir Jarir ( 3 986 habitants), de Ranmun ( 2 626 habitants) et d’ At Tayba (2 155 habitants) n’ont pas pu accéder à la route 60 depuis la seconde intifada. Au lieu de cela, les habitants doivent descendre au sud, près de Ramallah, afin de prendre la route 60.

D’autre part, les habitants ne peuvent pas se rendre en voiture à Ramallah en raison de leur incapacité à utiliser cette route. Selon l'Institut de Recherches Appliquées de Jérusalem (ARIJ) et le Centre de Recherche de la Terre (LRC), les barrages routiers rallongent le chemin entre Al Mazra'a ash Shaqiya et Ramallah de 22 kilomètres à 40 kilomètres.

Etant donné l'importance de cette route reliant les villages environnants aux zones commerciales de Ramallah et de Naplouse, ceux qui ont participé aujourd’hui au retrait des barrages routiers espèrent répéter l'action jusqu'à ce que la route soit ouverte de façon permanente.



Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MM pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

ISM

Même date

17 octobre 2008