Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1607 fois

Jérusalem -

Les revendications de la communauté de Sheikh Jarrah contre le nettoyage ethnique à Jérusalem

Par

Introduction : Depuis 1972, les habitants du quartier de Sheikh Jarrah, au nord de la vieille ville de Jérusalem, sont confrontés à un projet israélien visant à les déplacer et à construire une colonie sur les décombres de leurs maisons. Aujourd'hui, les habitants de Sheikh Jarrah sont menacés par l'intensification des mesures israéliennes visant à mettre en œuvre ce plan, avec l'émission d'ordonnances successives de tribunaux israéliens en faveur des organisations de colons qui dirigent ce projet expansionniste.

Les revendications de la communauté de Sheikh Jarrah contre le nettoyage ethnique à Jérusalem

L'histoire de ce quartier, et en particulier du terrain de "Karm al-Jaouni", a commencé en 1956. Cette année-là, un accord a été signé entre le gouvernement jordanien et l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), qui prévoyait le logement de 28 familles de réfugiés palestiniens déplacées en 1948, tout en préservant leur droit de retourner dans les villages d'origine d'où ils ont été déplacés. Selon l'accord, chaque famille s'est vu attribuer une maison et un lopin de terre à "Karm al-Jaouni", avec le mandat que l'acte de propriété soit signé au nom des familles après 3 ans d'occupation du terrain. Cela n'a jamais eu lieu - un fait que les organisations de colons utilisent maintenant pour revendiquer la propriété de "Karm al-Jaouni".

Depuis 1972, année où les organisations de colons ont commencé à exiger l'évacuation forcée des résidents palestiniens de leurs maisons, des colons ont réussi à contrôler quatre maisons et demie et à déplacer plusieurs familles. Au début de l'année 2021, le tribunal d'instance de l'occupation à Jérusalem a rendu une nouvelle décision donnant aux familles al-Jaouni, al-Qasim, Iskafi et El-Kurds jusqu'au 2 mai pour quitter leurs maisons, et a donné aux familles al-Daoudi, al-Dajani et Hammad jusqu'au mois d'août. En outre, le tribunal a rendu une décision de dépossession de la famille Al-Sabbagh.

Au total, 28 familles palestiniennes, soit environ 550 personnes, risquent d'être déplacées et expulsées de Jérusalem au cours des prochains mois, notamment en raison de la partialité totale des tribunaux de l'occupation en faveur des colons et de leur refus successif de prendre en compte les revendications et les demandes des résidents. Les autorités israéliennes prévoient de construire une colonie sur les ruines de ces maisons palestiniennes pour la relier à ses environs, en commençant par l'Université hébraïque à l'est, en passant par la colonie "Karam Mufti", pour arriver à la Rue 1 et aux quartiers de Jérusalem Ouest - tout cela au prix de l'élimination de la présence palestinienne et en déplaçant les habitants indigènes du pays.


ooOOOoo

Les revendications de la communauté de Sheikh Jarrah
contre le nettoyage ethnique à Jérusalem


1. Nous n'acceptons pas la juridiction du tribunal de l'occupation en faveur des organisations de colons qui travaillent ouvertement pour judaïser complètement Jérusalem et la nettoyer éthiquement de ses résidents palestiniens. Nous exigeons la reconnaissance de la complicité du système juridique israélien dans la mise en œuvre des politiques coloniales de déplacement et de collusion avec les organisations de colons depuis le début de la Nakba, et en cours jusqu'à notre Nakba actuelle.

2. Nous demandons à la communauté internationale et à toutes ses institutions de prendre des mesures diplomatiques et politiques officielles strictes pour condamner les crimes de guerre de l'occupation israélienne et sa politique continue de déplacement forcé, de nettoyage ethnique et de judaïsation dans le quartier Sheikh Jarrah. Nous leur demandons instamment de faire pression sur l'entité d'occupation pour qu'elle mette fin à ses déplacements, à la construction de colonies et à ses politiques coloniales dans tous les autres quartiers de Jérusalem occupée, comme le quartier de Batn el Hawa à Silwan.

3. Nous demandons à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) d'assurer la protection des réfugiés du quartier Sheikh Jarrah, dont le statut de réfugié et les avantages ont été confisqués en 1956 en échange d'une promesse jamais tenue. Nous demandons également que l'UNRWA rejette le déplacement massif de plus de 500 Palestiniens, ce qui augmentera leur risque de perdre leur carte israélienne de résidence à Jérusalem, menaçant ainsi leur présence historique sur le front nord de Jérusalem.

4. Nous exigeons que le gouvernement jordanien honore ses obligations et incite fortement les autorités israéliennes à reconnaître sans équivoque les droits de propriété des citoyens sur leurs maisons. Nous demandons à Sa Majesté le Roi Abdullah bin Al Hussein de prendre une position politique contre les mesures injustes de l'occupation qui déchirent le tissu social de Sheikh Jarrah, jetant des centaines de personnes à la rue.

5. Nous appelons la population de Jérusalem à soutenir les familles menacées de déplacement en participant à des sit-in et en manifestant contre les mesures de l'Occupation coloniale imposées aux 28 familles de Sheikh Jarrah et aux habitants de Jérusalem en général.

6. Nous exigeons la diligence requise pour restituer les maisons volées à Sheikh Jarrah au cours des années, en commençant par la maison de la famille Al-Shanti, qui a été saisie par des organisations de colons sans procès après l'occupation illégale et l'annexion de Jérusalem en 1967, ainsi que les maisons de Al-Ghawi, Hanoun et Umm Kamel Al-Kurd, ainsi que la deuxième partie de la maison volée à la famille Nabeel El-Kurd. Nous exigeons l'arrêt de tous les procès et ordres coloniaux.

Avec notre sincère reconnaissance et notre respect,
et un appel urgent à la solidarité et à la justice,

Les habitants du quartier Sheikh Jarrah
#SaveSheikhJarrah.




Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même date

16 mars 2021