Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 811 fois

Gaza -

Les rues de Gaza

Par

> laila.elhaddad@gmail.com

C'est sinistre ici dans la ville de Gaza. Pendant la journée, peu de magasins choisissent de rester ouverts, et la nuit, la ville est transformée en une ville fantôme. Et alors les tirs commencent.
Ce soir, en plus de la plaisanterie habituelle des mitrailleuses, nous avons également entendu une forte explosion non expliquée : Il semble que ce soit une attaque au mortier dans le nord de Gaza, près du bâtiment de la Mukhabarat (les Services de Renseignements).

Hier, un haut responsable de la sécurité lié au Fatah a été enlevé et tué, et il y a eu des confrontations devant le Ministère des Affaires Etrangères après que des agresseurs inconnus aient tiré sur le convoi de Mahmud Zahar ;

Plus tard, les hommes armés du Fatah ont pris les Ministères de l'Agriculture et de l'Education, ce que Zahar a décrit comme une tentative de coup d'Etat militaire.

Dans le nord de la Bande de Gaza, à Jabaliya, les heurts se sont poursuivis aujourd'hui en dépit d'un fragile "cessez-le-feu" (les gens essayent maintenant de chercher une trace du cessez-le-feu).

Toutes les heures,du sang est à nouveau versé, et toutes les heures, nous entendons de nouvelles condamnations et des regrets sur le fait que ces choses arrivent entre frères.

Comment est-ce qu'une société glisse réellement dans la guerre civile ? Est-ce progressif ou brutal ?

Quand est-ce que cette ligne rouge est-elle finalement franchie, le point de non retour, quand tous les précédents volent en éclats, et que le mal devienne soudainement le bien ?

Et pourquoi sommes nous aussi impatients, dans les médias, d'appeler cela une guerre civile, presque comme si nous voulions que ce soit vrai, alors que la guerre civile en Irak fait rage depuis des années et que personne n'est encore capable de l'appeler comme tel.

Aujourd'hui, nous avons vu des membres de la garde présidentielle, qui avaient été déployés la nuit dernière, contrêler avec précaution chaque coin de la ville de Gaza.

Ils arrêtaient les voitures dans les pricipales rues de la ville de Gaza, en nous demandant d'allumer les lumières à l'intérieur de nos voitures alors que nous conduisions (peut-être afin d'éviter d'être une cible fortuite ?).

Comme changement, nous nous sentons un peu plus en sécurité mais aussi un peu plus vulnérables.

Je ne peux pas m'empêcher de repenser à l'article d'Amira Hass de l'été dernier. Ses mots résonnent encore et encore dans ma tête.

L'expérience a été un succès : Les Palestiniens sont massacrés. Ils se comportent comme prévu à la fin de l'expérience prolongée appelée : "Ce qui se passe lorsque vous emprisonnez 1.3 million d'êtres humains dans un espace fermé comme des poulets dans une batterie."

Les gens normaux ne savent plus quoi penser. Ils sont confus et et épuisés et la plupart du temps très, très effraysé.

Comme l'a dit aujourd'hui une amie de ma mère : "Nous ne savons plus qui a raison et qui a tort, et qui est fautif et qui ne l'est pas. Et nous voulons juste que cela se termine."

Source : http://a-mother-from-gaza.blogspot.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Même auteur

Laila al-Haddad

Même date

18 décembre 2006