Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2192 fois

Hébron -

Les tanneries palestiniennes menacées de fermeture

Par

Dans les années précédant l'établissement de l'Etat d'Israël, les caravanes et les commerçants des Etats arabes voisins traversaient les frontières apportant, depuis Damas, Beyrouth et le Caire, des peaux qui faisaient travailler les tanneries de Palestine, aux côtés des matériaux locaux. Aujourd'hui, les quelques tanneries palestiniennes qui survivent dans la zone industrielle d'Hébron sont menacées de fermeture en raison d'une série de restrictions israéliennes.

Les tanneries palestiniennes menacées de fermeture

13 tanneries restent ouvertes à Hébron aujourd'hui, tandis qu'un petit nombre d'ateliers survivent au nord de la Cisjordanie . Les tanneries d'Hébron sont toutes gérées par la famille Zatari, qui a toujours dirigé l'industrie du cuir locale, et elles s'entassent dans un coin de la zone industrielle de la ville.

Jusqu'à la seconde Intifada, les tanneries de Cisjordanie étaient régulièrement approvisionnées en peaux brutes de Gaza. Cette voie d'approvisionnement a ensuite été interdite par Israël, qui interdit également l'importation internationale de peaux brutes en Palestine. Ceci ne laisse aux tanneries que l'accès aux peaux brutes locales, qui sont insuffisantes pour satisfaire la demande.

En 1998, USAID a financé une usine d'élimination et de recyclage du chrome à côté des tanneries, dont le but était d'assurer la survie de l'industrie par des pratiques environnementales saines. En 2005, Israël a interdit l'entrée de l'acide sulfurique - produit chimique essentiel dans le fonctionnement de l'usine - en Cisjordanie pour des "raisons de sécurité". Sans acide sulfurique, l'usine de recyclage a été obligée de fermer.

L'année dernière, les Amis de la Terre-Moyen Orient ont annoncé qu'Israël était en train de changer sa politique, dans le cadre d'une série de gestes visant à prolonger les négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne. Malgré cette affirmation, les tanneries d'Hébron disent qu'Israël continue de refuser l'accès à l'acide sulfurique et autres produits chimiques essentiels.

Les tanneries d'Hébron employaient près de 300 personnes avant la deuxième Intifada mais aujourd'hui, ce chiffre a diminué. Waleed Zatari, qui dirige une des tanneries familiales dans la zone industrielle d'Hébron, dit qu'il avait auparavant plus de 10 ouvriers à temps plein mais qu'aujourd'hui, il n'en reste que 2. Lui-même travaille dans les entreprises familiales depuis qu'il est enfant. Des tanneries plus petites sur le même site sont à l'arrêt, même si elles ne sont pas officiellement fermées.

Zatari dit que ses jours de travail sont maintenant aussi comptés :
"Nous continuons d'entendre des promesses, mais rien ne se passe. Si nous ne pouvons pas nous procurer de nouveaux produits chimiques, nous serons obligés de fermer à fin mars, alors qu'allons-nous faire ? Nous n'avons que cette industrie..."


Voir les photos prises par Rich Wiles pour MEMO ICI

Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Economie

Même auteur

Middle East Monitor

Même date

2 mars 2015