Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1344 fois

Cisjordanie occupée -

Les ventilateurs de la Palestine au maximum de leur capacité alors que les cas de COVID-19 explosent

Par

Yumna Patel est la correspondante de Mondoweiss en Palestine.

07.07.2020 – La Palestine a franchi une étape terrifiante au cours du week-end : le 4 juillet, les 350 respirateurs artificiels disponibles dans les territoires palestiniens occupés étaient officiellement occupés, tant par des patients COVID-19 que par des patients souffrant de maladies chroniques, selon le ministère palestinien de la Santé. Les dirigeants luttent pour maintenir le contrôle du virus, le nombre de cas ayant dépassé les 5.000.

Les ventilateurs de la Palestine au maximum de leur capacité alors que les cas de COVID-19 explosent

Désinfection des rues de Bethléem, mars 2020
Selon le ministère palestinien de la Santé, au 7 juillet, il y avait au moins 5.092 cas de virus en Cisjordanie occupée, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza. Sur ces 5.092 cas, seuls 668 patients étaient en convalescence.

Sur l'ensemble des cas en Palestine, 4.575 se trouvent en Cisjordanie , 72 dans la bande de Gaza et 445 à Jérusalem-Est occupée.

Le taux quotidien d'infection continue d'augmenter, avec plus de 300 cas signalés rien qu'au cours des dernières 24 heures. Au cours du week-end, plus de 500 cas ont été signalés en une seule journée.

Le district d'Hébron, le plus grand de Cisjordanie , reste l'épicentre de l'épidémie, avec plus de 70 % des cas qui y ont été signalés. Hier, sur les 306 nouveaux cas signalés, 278 se trouvaient dans le district d'Hébron.

Au moins un nouveau-né dans le district d'Hébron aurait été diagnostiqué avec le virus à la naissance, et aurait été immédiatement mis en quarantaine avec sa mère.

Le ministre de la Santé, Mai al-Kaila, a averti que la situation à Hébron "devenait incontrôlable" et a exhorté les habitants du district à respecter les ordres de distanciation sociale et à se conformer aux ordres de quarantaine à domicile.

L'ensemble de la Cisjordanie a été bloqué pendant cinq jours à partir du vendredi 3 juillet. C'était la première fois depuis des semaines que l'Autorité palestinienne (AP) imposait un embargo national, après plusieurs fermetures de moindre envergure ordonnées par chaque gouvernorat à ses résidents respectifs.

Les postes de contrôle de la police à l'intérieur et entre les villes de Cisjordanie ont été réaménagés pour la première fois depuis des semaines, et toutes les entreprises non essentielles ont été fermées.

Mais alors que le verrouillage actuel était sur le point de prendre fin mardi soir, des rapports faisant état d'une prolongation du verrouillage ont commencé à faire surface, les craintes concernant le virus et sa rapide propagation sur le territoire se renforçant.

Depuis le début de cette seconde vague du virus à la mi-juin, l'Autorité palestinienne a eu du mal à maîtriser la situation.

Le choix entre fermer le pays afin de contrôler le virus, ou maintenir l'économie ouverte afin de maintenir les civils financièrement à flot, s'est avéré être un véritable défi pour les dirigeants palestiniens.

L'économie étant encore sous le choc du premier confinement de deux mois qui a débuté en mars, le gouvernement s'est abstenu d'imposer un blocus prolongé par crainte des bouleversements sociaux qui pourraient résulter de la perspective de nouvelles perturbations économiques.

La situation politique actuelle du gouvernement n'a fait qu'aggraver son incapacité à freiner la propagation du virus, en particulier dans les villes et villages ruraux qui se trouvent dans les zones B et C, où l'AP n'a plus de présence policière en raison de la fin de la coordination de la sécurité avec Israël pour cause d'annexion.

La présence affaiblie du gouvernement dans ces zones, associée à la poursuite sans entrave des mariages, des fêtes de fin d'études et autres grands rassemblements, n'a fait qu'aggraver la situation.

Malgré l'augmentation du nombre de décès, qui atteint désormais 22 personnes, il existe toujours une croyance largement répandue selon laquelle le virus n'est pas aussi dangereux qu'on le prétend.

Une histoire de corruption généralisée au sein de l'AP a contribué à la conviction que le gouvernement exagère la gravité de la crise et exploite la situation pour recevoir plus d'aide internationale, qui est à son tour utilisée pour remplir les poches de l'élite de la classe dirigeante.

Cette situation est exacerbée par le fait que la majorité de la population n'a reçu aucune forme d'aide gouvernementale depuis le début de la crise en mars dernier.

Une conséquence malheureuse de cette conviction est le refus d'une grande partie de la population de prendre la situation au sérieux, en particulier chez les jeunes qui, comme les données le suggèrent, sont les principaux porteurs du virus en Palestine.

Selon le ministère de la santé, les principaux porteurs du virus en Palestine sont âgés de 20 à 29 ans (23,58 % du total des cas), suivis de près par les jeunes de 10 à 19 ans (18,23 %).

En outre, les réunions sociales sont la principale source d'infection ; elles représentent près de 67 % des cas. Alors que le gouvernement continue de menacer de punition ceux qui ignorent les ordres de distanciation sociale, les grands rassemblements, des fêtes d'anniversaire aux rassemblements funéraires, se sont pour la plupart poursuivis sans conséquence au cours des dernières semaines.

En mars dernier, quelques douzaines de cas de coronavirus à Bethléem ont semé la panique dans la plupart de la Cisjordanie et ont amené les habitants de la ville à respecter scrupuleusement les consignes de fermeture. Cette fois-ci, cependant, des centaines et des milliers de cas ne semblent pas vouloir empêcher les gens de vivre leur vie de sitôt.


Source : Mondoweiss

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Virus

Même auteur

Yumna Patel