Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1359 fois

Ramallah -

Les villageois de Ni'lin brisent le couvre-feu pour tenir une manifestation non-violente

Par

Le 4 Juillet à 5h du matin, les Forces d’Occupation Israélienne ont déclaré le village de Ni'lin Zone Militaire Fermée et ont bloqué les trois entrées du village. Le village est maintenant sous couvre-feu. L'armée israélienne a empêché les Palestiniens d'entrer et de sortir du village.
Le comité contre le Mur avait prévu une manifestation-prière non-violente, comme tous les vendredis, à douze heures.

Habituellement, la manifestation a lieu sur le chantier de construction du mur mais en raison de la déclaration de Zone Militaire Fermée, elle a eu lieu aujourd'hui près de l'un des barrages routiers.

600 villageois ont participé. 15 activistes israéliens et internationaux se sont joints aux manifestants après avoir réussi à entrer dans le village en passant à travers champs.

Au cours de la journée, 24 personnes ont été blessées par des balles en caoutchouc, des balles réelles et des gaz lacrymogènes. Trois maisons ont été attaqués par des gaz lacrymogènes et ont eu leurs fenêtres brisées.

Quatre activistes israéliens ont été arrêtés en partant du village après les manifestations. Un journaliste d’AB News a été arrêté alors qu'il tentait d'entrer dans le village.

Le barrage routier a empêché les ouvriers de se rendre à leur travail, les villageois de rendre visite à leurs amis ou à leurs familles à l'intérieur et à l'extérieur de Ni'lin, parce que l'un des barrages routiers sépare le village en deux parties.

L'armée israélienne a également arrêté des ambulances au barrage routier et a empêché leur passage même si il y avait des blessés. Une femme de 65 ans, Fayqa Hussni Khawaja, avait besoin de se rendre à l’hôpital mais elle n’a pas pu y aller en raison du barrage routier.

Les soldats ont patrouillé le village à plusieurs reprises avec leurs jeeps pour déranger les villageois. La police des frontières était également présente dans le village.

La manifestation a été l’un des plus importantes dans l'histoire de Ni'lin. Malgré le couvre-feu, 600 villageois ont protesté en se joignant à la manifestation- prière. Il s'agissait d'une manifestation pacifique contre la punition collective imposée au village.

La manifestation a été attaquée par des bombes assourdissantes, du gaz lacrymogène, des balles de caoutchouc et des balles réelles. Les protestations ont duré jusqu'à environ 6 heures de l'après-midi.

Au cours des deux derniers mois, 160 personnes ont été blessées par des balles de caoutchouc et 300 ont été gravement affectées par les gaz lacrymogènes tirés au cours des manifestations contre la construction du mur, les colonies, le checkpoint et la punition collective imposée au village. Parmi eux, il y a eu des enfants âgés de 8 à 20 ans.




Images de la manifestation à Nilin du 1er juillet dernier

Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Non Violence

Même auteur

ISM

Même date

4 juillet 2008