Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3072 fois

Liban -

Liban : la reconstruction de Nahr al-Bared dans l’incertitude

Par

Ray Smith est un activiste qui fait partie du collectif anarchiste média “a-films“. Le collectif a travaillé à Nahr al-Bared ces deux dernières années, et a publié une dizaine de courts-métrages sur le camp qu’on peut voir sur son site web "a-films".

Depuis fin août, les engins de construction sont au repos dans le camp de réfugiés de Nahr al-Bared. Le Conseil d’Etat libanais a décidé un moratoire de deux mois pour la reconstruction du camp détruit.
Nahr al-Bared, le plus au nord des 12 camps de réfugiés palestiniens du Liban, a été totalement détruit lors de la bataille de l’été 2007. Bien qu’un plan d’ensemble pour la reconstruction ait été dressé début 2008 et approuvé par le gouvernement libanais, le début des travaux de construction ont été sans cesse reportés.

Liban : la reconstruction de Nahr al-Bared dans l’incertitude


Nahr al-Bared, détruit et passé au bulldozer, toujours en attente de reconstruction depuis deux ans (photo Ray Smith).

Lorsqu’on a découvert au printemps 2009 un site archéologique sous les décombres de l’ancien camp, pratiquement personne parmi les réfugiés n’y a cru. Au cours des deux dernières années, ils ont entendu trop de justifications – souvent minces – pour les retards répétés de reconstruction.

Les découvertes archéologiques se sont avérées cependant réelles et la Direction générale des Antiquités libanaises (DGA) s’est impliquée. Avec l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les Réfugiés de Palestine (UNRWA) et le bureau responsable auprès du Premier Ministre libanais, une solution a été trouvée. Avant que les différents secteurs soient complétés et que les fondations de béton soient coulées, la DGA procèderait aux fouilles et recenserait les découvertes archéologiques.

Fin juin – la plupart des réfugiés ne purent en croire leurs yeux – les travaux de reconstruction de Nahr al-Bared ont enfin commencé. Le plan d’ensemble proposait un processus par étapes. Les travaux ont commencé par le secteur 1. Selon l’UNWRA, les travaux de comblement du secteur 1 étaient presque terminés à la fin août et les travaux de terrassement étaient sur le point de commencer lorsque le gouvernement libanais a ordonné à l’Agence d’arrêter la construction.

Que s’était-t-il passé ? Déjà au printemps, le leader du Mouvement Patriotique Libre d’opposition, Michel Aoun, avait porté plainte contre la décision du gouvernement sur le comblement du camp. Le 18 août, le Conseil d’Etat avait pris un moratoire, pour le moment. On attend une décision définitive pour octobre.

Des milliers d’habitants de Nahr al-Bared ont réagi le 31 août par une manifestation de masse à l’entrée du chantier et des protestations ont eu lieu dans plusieurs autres camps de réfugiés au Liban. Les critiques ne portaient pas seulement sur l’arrêt de la construction, mais aussi à nouveau sur le siège du camp, qui l’isole, ainsi que ses habitants et ses marchés, du monde extérieur. Le 16 septembre, les réfugiés sont allés protester dans les rues de Tripoli, au nord du Liban. Ils ont été rejoints et soutenus par des sympathisants libanais.

Les représentants du comité de reconstruction de Nahr al-Bared accusent les hommes politiques libanais de se servir une fois de plus des découvertes archéologiques pour marquer des points politiques. Le comité attire l’attention sur un autre discours qui demande la transformation du site archéologique en site touristique.

Ces deux dernières années, les protestations des habitants se sont pour la plupart limitées à des manifestations pacifiques et des rassemblements. Leur prudence s’enracine dans les souvenirs vivaces d’une manifestation, fin juin 2007, au cours de laquelle trois manifestants furent tués et beaucoup d’autres blessés. Lors d’une conférence de presse, les activistes de Nahr al-Bared ont fait allusion au lancement d’une série d’actions de protestation civiles, non violentes mais pourtant en augmentation. Ils pourraient aller jusqu’au défi du système de permis de l’armée par un boycott massif.

Source : a-films

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Même auteur

Ray Smith