Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3443 fois

Israël -

Malak, 14 ans, icône des prisonniers palestiniens

Par

Khaoula al-Khatib tient entre les mains le portrait d'une adolescente au visage pâle et joufflu. À 14 ans, sa fille Malak, accusée d'avoir voulu attaquer des soldats israéliens, est désormais la plus jeune prisonnière palestinienne. « Mon cœur s'est brisé quand je l'ai vue au tribunal, menottes aux mains et les pieds entravés, » dit sa mère, une Palestinienne de 50 ans accablée de chagrin. (1)

Malak, 14 ans, icône des prisonniers palestiniens

Chaque année, l'organisation de protection des enfants Defence for Children International recense l'arrestation par Israël d'un millier d'enfants palestiniens dans les territoires occupés. Pour sa part, le Club des Prisonniers, qui défend les 6.500 détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, dénombre près de 200 mineurs parmi eux. Quatre seulement sont des filles, mais ce chiffre est le plus élevé recensé depuis des années, selon la porte-parole Amani Sarahneh.

Si le cas de Malak, condamnée à deux mois de prison, a soulevé une vague d'indignation parmi les Palestiniens, jusqu'au plus haut niveau, c'est non seulement parce qu'elle est une fille, mais aussi la plus jeune d'entre elles.

De son côté, la direction palestinienne a plaidé en sa faveur dans des lettres aux responsables de l'Onu, dénonçant les arrestations d'enfants en pleine nuit, leur détention sans droit de visite pour les familles et les avocats, et les « tortures psychologiques et physiques » qui leur seraient infligées.

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux et dans la presse locale, le portrait de Malak, longs cheveux noirs encadrant son visage poupin, s'étale partout. Comment les soldats israéliens ont-ils pu arrêter, menotter et bander les yeux de cette fillette, cartable sur le dos et vêtue de son uniforme d'écolière, s'interroge son père, Ali al-Khatib. « Je ne sais pas comment un État comme Israël, qui a toutes les armes possibles, peut se sentir menacé par ma fille d'à peine 14 ans », lance à l'AFP ce père de huit enfants du village de Beitin, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée.

C'est pourtant bien une menace pour ses soldats qu'Israël a vue en elle. Selon l'acte d'accusation dont l'AFP s'est procuré une copie, Malak « a ramassé une pierre » près de la route 60, empruntée par les colons israéliens, de plus en plus nombreux en Cisjordanie occupée. « Elle avait un couteau pour poignarder tout soldat qui viendrait l'arrêter », ont affirmé dans leur déposition les cinq officiers israéliens qui l'ont interpellée le 31 décembre.

Après trois semaines de détention provisoire, Malak a été jugée par un tribunal militaire, le seul type de cour israélienne compétente dans les Territoires. Puis, le 21 janvier, le tribunal militaire d'Ofer l'a condamnée à deux mois de prison et 1.500 dollars d'amende. La Cour s'est fondée sur les aveux qu'aurait faits l'adolescente.

« Une fois dans les baraquements de l'armée israélienne, elle aurait pu reconnaître n'importe quel crime tellement elle avait peur. Ils lui auraient demandé d'avouer qu'elle avait des bombes nucléaires sur elle, elle l'aurait fait ! » s'emporte son père.

Il est vrai, les tribunaux israéliens s'appuient régulièrement sur les aveux des enfants et refusent leur libération sous caution, fustige l'Unicef.

L'agence onusienne dénonce aussi régulièrement les mauvais traitements réservés par l'armée israélienne aux enfants palestiniens qu'elle arrête. Dans un rapport de 2013, elle évoquait des interrogatoires marqués par des « intimidations, des menaces physiques ou sexuelles contre eux ou des membres de leur famille ».

« Chaque année, entre 500 et 700 enfants palestiniens comparaissent devant des tribunaux militaires israéliens », déplore Ayed Abou Qatich, de Defence for Children International. « La loi israélienne autorise à juger un enfant devant une cour militaire à partir de 12 ans », souligne-t-il. Un fait unique au monde, selon l'Unicef.


(1) L'AFP omet de citer la phrase de l'article de Ma'an News, qui est à l'évidence la source du leur, qui cite la mère de Malak : "Je lui ai apporté un manteau, parce qu'il fait froid, mais le juge a refusé qu'elle le prenne."




Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Enfants

Même auteur

AFP

Même date

8 février 2015