Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2688 fois

Bethléem -

Manifestation à Al Walaja, l'emmurée

Par

Le vendredi 10 août, Bill et Peter ont pris un taxi pour Al Walaja, un village situé à l'ouest de Bethléem afin de participer à la manifestation contre la construction du Mur/barrière de séparation et la confiscation des terres des habitants par l'armée israélienne.
Quand le mur sera achevé, il encerclera entièrement le village, le transformant en une prison emmurée.

Manifestation à Al Walaja, l'emmurée


Carte Passia : Localisation d'Al-Walaja avec en rouge le Mur qui encerclera le village (voir la carte de la région de Bethléem)

C'était la troisième manifestation à Al Walaja, sur le site de la construction de la barrière. Elle était organisée par Holy Land Trust (HLT) et le Comité Populaire contre le Mur du Sud de Bethléem.

Peu de gens du village étaient présents. Un certain nombre de Palestiniens venaient d'autres communautés de la région de Bethléem. Beaucoup d'Israéliens et d'autres internationaux étaient présents. Environ 100 manifestants y participaient.

L'armée israélienne était venue en force, alignée le long de la barrière. Avant que commence la manifestation, un responsable palestinien s'est adressé durement au soldat israélien qui apparemment commandait l'unité.

Nous avons rencontré un jeune homme de l'Ohio qui a servi dans l'armée américaine en Irak pendant six mois, et qui est maintenant devenu un partisan de la désobéissance civile non-violente contre la guerre et la violence.

Il s'est impliqué l'été dernier dans le conflit palestino-israélien et il a décidé de venir ici pour voir pour la situation. Il était là pour protester contre le mur et la confiscation des terres.

Un Imam a lancé l'appel aux prières.
Sami Awad du Holy Land Trust (HLT), l'un des organisateurs de l'événement, s'est exprimé brièvement sur la nature non-violente de cette manifestation. Il a parlé en anglais, en s'adressant aux soldats israéliens alors que tout le monde se rassemblait pour manifester.

Le ton utilisé a semblé mettre les soldats un peu plus à l'aise pendant l'événement. Ils n'ont pas agi agressivement pendant cette manifestation.

Le maire du village s'est alors adressé aux manifestants en arabe. Après son intervention, les Palestiniens ont alors effectué la prière musulmane traditionnelle, en utilisant quelques tapis de prière.

Les manifestants ont tous tourné le dos à la rangée de soldats israéliens, comme geste de rejet face à l'agression contre leurs terres palestiniennes. Un conseiller municipal du village s'est alors adressé à la foule en arabe.

Il a été suivi d'une femme du village qui s'est adressée à la foule en anglais.

Elle a expliqué rapidement la souffrance d'Al Walaja, en incluant la façon dont ils ont été chassés de leurs maisons en 1948. La plupart sont partis pour la Jordanie à cette époque-là. Les gens ont commencé à revenir d'eux-mêmes à Al Walaja (et non en groupe). Certains ont vécu dans des cavernes pendant 12 ans.

Au début des années 50, ils ont commencé à construire des maisons. Maintenant, une grande partie de la terre a été annexée à Jérusalem, et en conséquence les gens vivent illégalement dans leurs propres maisons, selon la loi israélienne.

La population a présenté son cas devant un tribunal israélien. Ils ont également porté plainte contre la loi qui leur interdit de construire quoi que ce soit. Les bulldozers israéliens démolissent même les poulaillers.

Plus de 90 maisons sont programmées pour démolition. La manifestation s'est terminée avec son intervention passionnée.

Après la manifestation, nous avons marché pendant environ une demi-heure et nous sommes arrivés à la maison d'Omar (ce n'est pas son vrai nom), un organisateur de la résistance au mur et à la confiscation des terres à Al Walaja. Il a fait part de la bonne nouvelle : son affaire a été réglée à l'amiable et il peut encore aller travailler à Jérusalem.

Il a expliqué que pendant la manifestation il y a une semaine, vendredi, les Israéliens avaient coupé l'approvisionnement en eau d'Al Walaja.
Il n'a été rétabli que la nuit dernière. Ils ne l'ont rétabli que pendant quelques heures par jour. Ils ont dit aux villageois qu'ils allaient installer de nouvelles conduites d'eau, et que ce n'était dans l'intérêt de la population.

Il n'y a pas de puits là où vit Omar vit. Quand son fils Mohamed a tenté d'aller chercher de l'eau dans un puits situé à 1 km, les Israéliens l'ont arrêté avec son ami, tous les deux âgés de 14 années, puis ils les ont laissés partir deux heures plus tard

Environ 50 maisons ont été déjà démolies par les Israéliens à Al Walaja. Beaucoup sont devenus pauvres. Certains utilisent maintenant du bois plutôt que du gaz pour la cuisine.

Certains sont dans les prisons israéliennes pour différentes raisons.

Par exemple, ils peuvent être obligés de payer une amende d'environ 1.000 shekels.
Un voisin a refusé de payer l'amende pour la construction de sa maison, un acte illégal. Il est en prison depuis cinq mois.

Les familles maintenant doivent acheter des fournitures pour l'année scolaire de leurs enfants, qui commencera bientôt.

Al Walaja construit une école. Le premier étage est déjà achevé.
Sous les difficultés de l'occupation, les gens ne peuvent pas épargner de l'argent pour achever la construction. Il y a environ 350 familles à Al Walaja.

Le coût pour terminer l'école est d'environ 1.500 shekels par famille ($350 dollars US). Plus de 100 des familles sont très pauvres.

Omar dit que beaucoup ne pensent pas être en mesure de changer quoi que ce soit. Il nous a raconté l'histoire d'un voisin qui croyait que c'était inutile.

Quand il a vu la reconstruction de deux maisons (illégalement, selon loi israélienne), il a changé d'avis et il est d'accord maintenant avec Omar que c'est une manière de résister, et que si les Israéliens démolissent les maisons, les gens les reconstruiront encore.

Cet esprit chez Omar et chez tant de Palestiniens nous inspire et nous continuerons à faire ce que nous pouvons pour mettre fin à l'injustice de l'occupation en Palestine.


Source : http://www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Le Mur

Même date

12 août 2007