Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2757 fois

Ramallah -

Manifestation contre les arrestations politiques à Ramallah, mardi 2 octobre

Par

Notre manifestation vient en réaction à une vaste campagne d'arrestations menée par les forces palestiniennes de sécurité (les services secrets, la sécurité préventive et le renseignement militaire), qui a débuté au soir du mercredi 19 septembre 2012, et continue à ce jour. Selon les déclarations de nombreuses organisations palestiniennes pour les droits de l'homme (Addameer, la Comission palestinienne indépendante pour les Droits de l'Homme, Al-Haq), le nombre d'arrestations politiques s'élève à 130.

Manifestation contre les arrestations politiques à Ramallah, mardi 2 octobre

Alors que certains des arrêtés ont été libérés, d'autres arrestations ont eu lieu ces derniers jours, et le nombre total des détenus est toujours inconnu. Certains des arrêtés ont entamé une grève de la faim illimitée.

Bien que les arrestations politiques soient un phénomène qui a accompagné l'établissement de l'Autorité palestinienne, elles ont considérablement augmenté ces dernières années. Sous le prétexte de la division entre le Hamas et le Fatah, les plus fondamentaux des droits de l'homme ont été violés, à savoir la liberté d'expression et l'opposition pacifique au régime gouvernemental.

Pourquoi des arrestations politiques ?

Lorsqu'une personne est emprisonnée à cause de son opposition au régime et/ou de son engagement politique, ou de sa sympathie avec des opposants au régime ou pour avoir rendu service à ses opposants : en d'autres termes, quiconque critique les résultats de l'Autorité Palestinienne ou choisit de s'opposer à elle d'un point de vue politique court le risque d'être arrêté. Dans le contexte actuel, des citoyens "normaux" et des militants politiques courent également le risque d'une arrestation politique.

Ci-dessous le nombre de personnes qui ont été arrêtées dans le cadre de la récente campagne :
 
Qalqilia – 24, Ramallah – 9, Salfit – 20, Jenin – 5, Hébron – 8, Bethléem – 7, Jéricho – 4, Tulkarem – 22, autres lieux – 22. 

De plus, entre 10 et 20 personnes ont été arrêtées dans la Bande de Gaza pendant la même période, avec au moins 30 à 40 autres personnes arrêtées puis relâchées.

Comment pouvons-nous savoir qu'une arrestation est politique ?

Les autorités peuvent affirmer qu'une personne a été arrêtée pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la politique ou la liberté d'expression. C'est ce que prétendent habituellement les autorités pour couvrir/cacher leurs violations et trouver une excuse légale pour restreindre la liberté des militants politiques. Pour cette raison, toute personne qui a été arrêtée devrait connaître les accusations portées contre elle, devrait être détenue conformément au droit et, en conséquence, traduite en justice en présence d'un avocat pour la défendre.

Ce qui se passe aujourd'hui est cependant loin de cette procédure légale. Les organisations palestiniennes pour les droits de l'homme ont recensé de nombreux cas qui indiquent que des arrestations ont été exécutées pour des raisons politiques, et que la procédure légale idoine n'a pas été suivie, parce que, pour le dire simplement, il n'y a pas de loi criminalisant l'affiliation politique ou la liberté d'expression. En conséquence, l'arrestation de tout citoyen en raison de son affiliation politique à un parti politique palestinien, ou parce qu'il a exprimé son opinion de façon pacifique, est considérée comme une arrestation politique, et continuera d'être considérée comme telle, même si d'autres accusations légales ont été fabriquées.

Des agences de presses ont rapporté que les forces palestiniennes de sécurité ont arrêté des prisonniers qui venaient d'être libérés des geôles israéliennes, en plus d'un nombre de journalistes et de jeunes militants, et ces arrestations sont considérées comme une violation de la Loi fondamentale palestinienne.

Pourquoi y a-t-il des arrestations politiques ?

Tout régime tyrannique pense que lorsque des dissidents, des militants ou même des gens ordinaires sont arrêtés, le reste de la population craindra de le critiquer, et en conséquence, en arrêtant 100 personnes, c'est de fait l'emprisonnement par la peur de la population tout entière. Cette pratique facilite le contrôle du pays. Pour cette raison, le détenu politique est souvent exposé à la torture en prison, dont le shabah (le prisonnier, pieds et mains liés derrière le dos, est assis sur une chaise très basse et maintenu dans cette position pendant des périodes longues, ndt.), les coups et la privation de sommeil prolongée, selon des rapports des organisations pour les droits de l'homme.

Palestinians for Dignity
فلسطينيون من أجل الكرامة


Photos de la manifestation du mardi 2 octobre à Ramallah, "Non aux arrestations politiques", sur Facebook.


Traduction : MR pour ISM


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Collabos

Même auteur

Palestinians for Dignity

Même date

3 octobre 2012