Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3480 fois

Beit Ommar -

Manifestation et travail de la terre malgré le harcèlement de l'armée israélienne à Beit Ommar

Par

Le samedi 23 avril, 24 activistes internationaux et 8 israéliens ont rejoint les habitants de Beit Ommar pour une action près de la colonie israélienne illégale Karmei Tsur, organisée par le Comité national de Beit Ommar contre le mur et les colonies. Le contingent international était composé d'activistes de Palestine Solidarity Project (PSP) et de l'International Solidarity Movement (ISM), ainsi que du groupe belge "Checkpoint Singers" (Chanteurs de checkpoint) (1). Les manifestants se sont rassemblés sur les terres près de Karmei Tsur et ont marché vers la colonie en brandissant des drapeaux et des pancartes et en chantant des slogans contre l'occupation.

Manifestation et travail de la terre malgré le harcèlement de l'armée israélienne à Beit Ommar

Alors que la protestation approchait de la colonie, des soldats de l'occupation sont arrivés. La marche a continué pendant quelques centaines de mètres à côté des soldats, puis ceux-ci ont bloqué la route, refusant de laisser passer la manifestation.

Les Checkpoint Singers ont commencé à chanter pendant que les manifestants discutaient avec les soldats pour obtenir de continuer leur manifestation pacifique sur leur terre. Le lieutenant a montré des papiers disant que le secteur était "zone militaire fermée" et a menacé d'arrêter quiconque serait encore sur les lieux dans trois minutes. Les manifestants ont refusé de partir.

Les trois minutes passées, les soldats ont commencé à bouger. Alors Ahmed Abu Hashem leur a dit, montrant son champ près de la route :

"Nous sommes ici pour travailler ma terre."

"Alors, où est ton tracteur ? Reviens avec le tracteur et tu pourras travailler ta terre," a répliqué le lieutenant.

Abu Hashem a expliqué qu'il n'avait pas besoin de tracteur parce qu'il fallait d'abord enlever les pierres, à la main. Le lieutenant a répondu qu'une telle action nécessitait d'abord d'être coordonnée avec eux.

"Coordination mon cul," a crié un habitant de Beit Ommar.

Abu Hasem s'est détourné des soldats, contournant la rangée de soldats et a marché vers sa terre. Le reste des manifestants à suivi et les soldats ont formé un périmètre pour tenter de contenir le mouvement. Tandis que le chœur entonnait des chants anti-oppression, les Palestiniens, les Israéliens et les internationaux ont commencé à déterrer les pierres et à les ajouter aux murets de pierre qui bordent le champ. Chaque fois que l'un d'entre eux s'approchait des soldats, ceux-ci reculaient et bientôt, une poignée de travailleurs plus rapides avaient pratiquement repoussé les soldats hors du champ.

Tandis que les manifestants nettoyaient le champ, les soldats les appelaient et leur demandaient d'arrêter. Malgré la "zone militaire fermée" et les menaces d'arrestation, le travail a continué et personne n'a été détenu. Le groupe s'est dispersé quand le travail a été terminé et qu'un nombre important de pierres ait été retiré du champ.

(1) Groupe belge qui, aux checkpoints, entonne des chants révolutionnaires

Source : Palestine Solidarity Project

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Beit Ommar

Même sujet

Résistances

Même auteur

Palestine Solidarity Project

Même date

25 avril 2011